Attentat de Strasbourg : un proche du tueur mis en examen et écroué

Des policiers lors de l'attentat de Strasbourg, qui a fait cinq morts et onze blessés. Deux suspects de l'attentat de Strasbourg ont été placés en garde à vue, selon des sources concordantes. [Alain JOCARD / AFP]

Un proche de Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat de Strasbourg, abattu jeudi au terme d'une traque de deux jours, a été mis en examen lundi par un juge antiterroriste et placé en détention provisoire, a-t-on appris de source judiciaire.

Arrêté jeudi, cet homme de 37 ans est soupçonné d'avoir joué un rôle dans la fourniture du revolver utilisé par le tueur. Il a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle» et «acquisition, détention et cession d'armes de catégorie B par au moins deux personnes en relation avec une entreprise terroriste». Il a été écroué conformément aux réquisitions du parquet de Paris.

Deux autres suspects en garde à vue

Deux suspects, soupçonnés d'être liés à la fourniture du revolver, ont été placés en garde à vue ce lundi, selon des sources concordantes.

Plus tôt dans la journée, le parquet de Paris, a annoncé avoir ouvert une information judiciaire, notamment pour «assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste», «association de malfaiteurs terroriste criminelle» et «acquisition, détention et cession d'armes de catégorie A ou B par au moins deux personnes en relation avec une entreprise terroriste».

Une cinquième personne morte des suites de ses blessures

La préfecture du Bas-Rhin a annoncé dimanche la mort d'une cinquième victime de Chérif Chekatt, l'auteur de l'attaque perpétrée dans la soirée du 11 décembre à Strasbourg.

Le parquet de Paris a confirmé dimanche soir le décès de cette victime de nationalité polonaise, qui résidait depuis vingt ans à Strasbourg.

«Mon frère Barto Pedro Orent-Niedzielski vient de nous quitter. Il vous remercie pour votre amour et pour la force que vous lui avez apportée», a écrit sur Facebook le frère de ce Strasbourgeois de 36 ans, originaire de Katowice en Pologne

Barto Pedro Orent-Niedzielski, son ami italien Antonio Megalizzi, décédé vendredi des suites de ses blessures, et d'autres amis se trouvaient devant le bar «Les Savons d'Hélène». Selon des proches, les deux hommes auraient tenté d'empêcher Chérif Chekatt de pénétrer dans le bar en s'interposant.

Surnommé «Bartek», le trentenaire rêvait «d'ouvrir une auberge linguistique à Strasbourg», a indiqué dimanche à l'AFP un ami proche de ce passionné des langues et autres cultures. Il était notamment responsable des animations du festival européen de la bande dessinée Strasbulles.

L'attentat de Strasbourg a fait cinq morts et onze blessés. Chérif Chekatt a été abattu jeudi par des policiers après deux jours de traque.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles