#Jesuisenseignant : des professeurs revendiquent le droit de critiquer le gouvernement

Une vague d'indignation a rapidement émergé sur les réseaux sociaux[FREDERICK FLORIN / AFP - Image d'illustration]

Très remontés contre l'exécutif, de nombreux professeurs se sont emparés du hasthag #jesuisenseignant sur les réseaux sociaux, afin de revendiquer leur droit de critiquer le gouvernement. 

Ce mouvement virtuel a rapidement éclaté sur Twitter, alors qu'une professeure résidant à Dijon (Côte-d'Or) a été convoquée par son rectorat, après avoir publié une tribune intitulée «Le grand chef blanc a parlé», dans laquelle elle critiquait ouvertement Emmanuel Macron.

«Le grand chef blanc a parlé treize minutes pour apaiser le ressentiment de millions d'indiens. Le grand chef blanc, au début de sa palabre, a prévenu que si les millions d'indiens continuaient de lui courir sur le calumet, il allait être intraitable pour rétablir l'ordre. Il en va de l'autorité du grand tipi de l'Elysée (...)», écrivait-elle sur le site dijoncter.info. 

Des mots moyennement appréciés par le rectorat. «L'Etat est en train de bétonner le système pour restreindre la liberté d'expression de chaque fonctionnaire», a-t-elle déclaré à franceinfo, peu après sa convocation. 

une vague d'indignation sur Les réseaux sociaux 

Révoltés, de nombreux enseignants ont donc décidé d'unir leur voix en critiquant, via le hashtag déjà viral, le gouvernement et l'Education nationale. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles