IDF : la région met en place 7 mesures pour aider les usagers de la N118

En février dernier, la N118 avait déjà été particulièrement touchée par la En février dernier, la N118 avait déjà été particulièrement touchée par la [© JACQUES DEMARTHON / AFP]

La région Ile-de-France, par la voix de sa présidente Valérie Pécresse, a présenté ce mardi 8 janvier les sept mesures mises en place pour limiter l'impact de la fermeture de l'une des voies de la N118, fermée en urgence pour travaux.

Décrétée le 20 décembre dernier, cette mesure «d'urgence» – qui concerne uniquement la voie de droite de la N118 dans le sens Saclay-Paris au niveau du pont de Sèvres – va en effet impacter les quelque 100.000 automobilistes qui empruntent chaque jour cet itinéraire.

«C'est un axe majeur qui va être durablement congestionné et dégradé, notamment en termes de pollution», a ainsi expliqué Valérie Pécresse, la présidente de la région mais également d'Ile-de-France Mobilités (ex-Stif).

Et c'est justement à ce titre que cette dernière a décidé de mettre en place ces «pansements», sept mesures «de compensation et d'amélioration» censées soulager les usagers de la N118 pendant toute la durée des travaux (dont on ignore encore le calendrier). 

Encourager le covoiturage

Pendant toute la période des travaux, Valérie Pécresse a ainsi annoncé la gratuité des covoiturages pour les trois départements des Hauts-de-Seine (92), des Yvelines (78) et de l'Essonne (91) – dans tous les sens de circulation – et ce, via l'une des huit plateformes partenaires de la région.

Concrètement, les usagers pourront se connecter sur l'application Via Navigo et choisir leur itinéraire sur l'une de ces plateformes Blablalines, Citygoo, Clem', iDVroom, Karos, Klaxit, Oui Hop' ou Roulez-Malin. Ces trajets seront financés par Ile-de-France Mobilités.

multiplier les aires de covoiturage

Et pour encourager cette nouvelle pratique du covoiturage, la région envisage également de multiplier les aires de covoiturages, soit autant de zones où les covoitureurs et leurs «clients» pourront se donner rendez-vous.

Pour Valérie Pécresse, il s'agit donc d'en créer une près du centre commercial de Vélizy, mais également autour des gares et des transports en commun, comme aux Ulis (91) par exemple, afin de favoriser les trajets de contournement de la N118.

renforcer les lignes de rabattement

En parallèle, plusieurs lignes de RER (B & C), de trains (L, N & U), ainsi que celle du Tram 6 seront renforcées. La région a notamment demandé à la RATP d'élargir la période de pointe du T6, d'une heure et demie supplémentaire le matin et le soir. 

En heures de pointe, les trams passeront donc toutes les 4 minutes, du premier train jusqu'à 11h en matinée et de 15h30 à 20h en soirée. 

mettre en place une cellule de crise pour les bus

Une cellule de crise va également être mise en place par Ile-de-France Mobilités en ce qui concerne les lignes de bus concernées par ces travaux, notamment dans le secteur des lignes L & U, notamment sur le réseau Phébus.

L'évolution du trafic sera suivie en temps réel et en cas de congestion de ces lignes de «rabattement», la région assure que l'offre sera adaptée et que celles-ci seront immédiatement renforcées. 

créer un comité d'usagers et d'élus

Par ailleurs, Valérie Pécresse a interpellé l'Etat afin qu'il communique précisément sur «la calendrier de réouverture de la voie», et qu'il associe aux travaux 0les usagers et les élus. Pour cela, la présidente de la région préconise la création d'un comité, qui rassemblera tous les acteurs concernés.

bloquer les tarifs du duplex de l'A86

En prévision de l'éventuel rabattement des usagers de la N118 sur l'A86, la région espère le gel des tarifs du duplex de l'A86, alors que ceux-ci viennent tout juste d'augmenter de 6 % au 1er janvier 2019 (de 2,2 euros en télépéage la nuit jusqu'à 13,1 euros aux heures de pointe).

«La hausse des prix du duplex de l'A86 est en total décalage avec la galère des automobilistes franciliens», a ainsi assuré Valérie Pécresse, qui souhaite mettre en place une tarification exceptionnelle pendant toute la durée des travaux.

encourager le télétravail

«Enfin, nous souhaitons profiter des travaux et de cette période de galère pour encourager le télétravail et le développement d'espaces de coworking», a souligné Valérie Pécresse, qui a pris comme exemple le dispositif mis en place récemment par plusieurs entreprises de La Défense. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles