«Gilets jaunes» : Luc Ferry revient sur ses propos polémiques

Au cœur d’une vive polémique depuis lundi pour avoir incité les forces de l’ordre à se servir de leur arme lors des manifestations des «gilets jaunes», l’ancien ministre Luc Ferry est revenu sur ses propos.

«Franchement, quand on voit des types qui tabassent à coups de pied un malheureux policier qui est à terre, mais enfin. Qu’ils se servent de leur arme une bonne fois. Ecouter, ça suffit. Il y a un moment où ces espèces de nervis, ces espèces de salop*** d’extrême droite, d’extrême gauche, des quartiers, qui viennent taper du policier, ça suffit», avait souligné Luc Ferry, lundi sur Radio Classique.

L’ancien ministre de l’Education nationale avait poursuivi sa diatribe en réclamant l’intervention de l’armée : «cette violence-là, je rejoins Darmanin, elle est insupportable. Je crois qu’on a la quatrième armée du monde, elle est capable de mettre fin à ces salop***».

Des propos qui ont suscité de vives réactions, tant du côté de la classe politique, que du côté des internautes sur les réseaux sociaux.

Ian Brossat, chef de file du PCF aux européennes, a ainsi dénoncé un «appel au meurtre» tandis que le leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a fustigé les «excès» de Luc Ferry.

Luc ferry se défend

Mardi, alors que la polémique enflait, le philosophe a précisé ses propos sur Twitter, se défendant d’avoir avoir appelé à tirer sur les «gilets jaunes». «Je demande simplement que les policiers puissent se servir comme ils le demandent de leurs armes NON LETALES quand CERTAINS cherchent carrément à les tuer», a-t-il ainsi souligné.

Luc Ferry a par ailleurs estimé que laisser la violence s’exprimer contre les forces de l’ordre lors des manifestations risquait de faire monter le Rassemblement national de Marine Le Pen.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles