Paris : où déposer son sapin de Noël pour qu'il soit recyclé ?

Au total, 174 points de collectes sont disséminés dans la capitale. [© MARTIN BUREAU / AFP]

Une fois les fêtes de fin d'année passées, reste l'encombrant sapin qui trône au milieu du salon. Pour le recycler, des points de collectes sont mis en place dans Paris à partir de ce mercredi 26 décembre.

Les Parisiens peuvent ainsi déposer – gratuitement – leur arbre dans l'un des 174 sites dédiés installés à travers toute la capitale, soit dix lieux de plus qu'en 2017. La grande majorité est située dans des espaces verts, comme les jardins publics et les parcs. Mais, nouveauté cette année, treize points de collecte sont également installés sur la voie publique, par exemple sur les places de la Bastille (12e) et Charles-Fillon (17e), ou encore sur le boulevard Edgar-Quinet (14e).

carte_sapins.jpeg

Les détails concernant la localisation exacte et les horaires d'ouverture des points de collecte – ouverts jusqu'au 27 janvier – sont précisés sur la page dédiée du site web de la mairie de Paris.

Dans la pratique, pour que le sapin soit accepté par les services municipaux, plusieurs conditions doivent être respectées. L'arbre doit être sans sac, non décoré et sans flocage ou peinture. En revanche, peu importe s'il a encore des racines ou pas.

Les sapins confiés par les habitants de la capitale sont broyés sur place. La matière ainsi obtenue (le «broyat») est ensuite réutilisée dans les jardins de la ville. Déposée sur le sol, elle servira en effet à protéger les sols ainsi que les plantes du froid ou de l’évaporation de l’eau. Elle est aussi un désherbant naturel efficace.

Une amende de 68 euros pour un sapin abandonné

L'an dernier, environ 72.000 Parisiens avaient fait recycler leur sapin de cette manière. A noter que les personnes indélicates qui abandonnent leurs arbres dans la rue s'exposent à une amende de 68 euros, soit la somme réclamée pour un encombrant classique.

Une fois déposés dans l'un de ces 174 points de collecte, les sapins sont presque immédiament recyclés. Pris en charge par la société Urban Elag, ils sont broyés sur place par des machines mobiles, et deviennent du «broyat», qui sera ensuite utilisé dans les parcs et jardins de la ville comme engrais naturel.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles