Grand débat national : l'opposition très critique envers la lettre aux Français d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a publié, dimanche soir, sa très attendue lettre adressée aux Français pour le lancement du grand débat. Les responsables politiques de l'opposition ont rapidement taclé son contenu.

Dans sa lettre, le président de la République fixe le cadre du grand débat national et appelle «le plus grand nombre de Français» à participer. Mais pour l'opposition, les termes du débat sont trop contraignants.

Jean-Luc Mélenchon

«Cette lettre sera un flop», a commenté le chef de file des Insoumis. «Ce document, à lui seul, confirme l’incompréhension de Macron sur la nature du moment politique en cours», a-t-il réagi dans un post sur Facebook.

Olivier Faure

Le premier secrétaire du Parti socialiste, a déploré sur Twitter que l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) soit exclu du débat. «Les conclusions doivent être celles des Français pas celles déjà prévues par le président de la République», a-t-il conclu. Dans un deuxième tweet, il a relayé l'appel de son parti pour un référendum sur le «rétablissement» de l'ISF.

Benoît Hamon

Pour l'ancien candidat à la présidentielle et fondateur de Générations, «la lettre d'Emmanuel Macron est explicite. On ne bougera pas la répartition des richesses et il faut continuer à réduire la dépense publique». «En matière de démocratie, tous les sujets sont ouverts à la discussion sauf le rôle du Président de la République. Faible et prévisible», a-t-il commenté sur Twitter.

Nicolas Dupont-Aignan

Le président de Debout la France estime que le chef de l'Etat «ne cherche qu'à gagner du temps». «Le seul #GrandDébat c'est un #Référendum sur des décisions concrètes. Assez de bla-bla !», a-t-il tweeté.

Florian Philippot

Selon le président des Patriotes, la lettre d'Emmanuel Macron est «extrêmement longue, illisible, et surtout des questions souvent fermées, orientées, des sujets fondamentaux absents, rien sur l'UE !»

Fabien Roussel

«Nous ne voulons pas que ce débat soit l'occasion d'éviter de répondre aux questions de justice fiscale et de justice sociale que posent les Français depuis des mois, a réagit dans un communiqué le secrétaire national du PCF Fabien Roussel. Il doit encore moins servir à cautionner des politiques d'austérité encore plus sévères. Il n'est à aucun moment question de "pouvoir d'achat" dans ce courrier aux Français». Il déplore également que le courrier ne contienne «rien non plus sur l'évasion fiscale et les moyens de lutter contre la financiarisation de l'économie».

Laurence Saillet

Pour la porte-parole des LR, interrogée sur LCI, «cette lettre ne permet pas de savoir si Emmanuel Macron va prendre conscience de ses erreurs et va effectivement changer de politique».

Sébastien Chenu

Sur FranceInfo, le porte-parole du Rassemblement national (ex-FN) a déclaré qu'il ne se faisait «aucune illusion sur ce grand débat qui est un grand pipeau national». Le député fustige «un baratin hypocrite qui nous indique simplement que La République en marche et le président de la République en premier, sont comme des poules devant un couteau et ne savent plus où conduire la France».

Les soutiens du président contre-attaquent

Du côté des soutiens du président, plusieurs personnalités politiques sont montées au créneau pour défendre l'initiative d'Emannuel Macron.

Olivia Grégoire

La porte-parole des députés LREM, estime sur Twitter que le président «pose de vrais enjeux sur la table» et qu'il «ouvre toutes les questions notamment celles attendues».

Julien Denormandie

Le ministre de la Ville et du Logement estime quant à lui que le grand débat national sera l'occasion d'«un exercice inédit du pouvoir. Une démocratie vivante où la voix de chacun est entendue pour continuer à transformer notre pays».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles