Tout savoir sur Ingrid Levavasseur, tête de liste des «gilets jaunes» aux Européennes

Fervente porte-parole des «gilets jaunes», Ingrid Levavasseur vit à Pont-de-l’Arche, dans l’Eure, en Normandie. Fervente porte-parole des «gilets jaunes», Ingrid Levavasseur vit à Pont-de-l’Arche, dans l’Eure, en Normandie. [Capture Youtube]

Des gilets jaunes ont officiellement constitué une liste pour les élections européennes du 26 mai 2019, baptisée le «Ralliement d'initiative citoyenne (RIC)». Ingrid Levavasseur sera la tête de liste de cette formation.

Cette fervente porte-parole des «gilets jaunes» vit à Pont-de-l’Arche, dans l’Eure, en Normandie, et a indiqué toucher 1250 euros par mois lorsqu'elle «travaillait dans une clinique à Rouen».

L’aide-soignante de 31 ans, en reconversion professionnelle pour devenir ambulancière, a été invitée sur tous les plateaux de télévision depuis le début du mouvement. 

Une manifestante impliquée

Ingrid Levavasseur a écumé les manifestations, réunions et ronds-points, avant d’exprimer rapidement l’envie de structurer le mouvement pour lui donner de la force et davantage de rigueur. La trentenaire a ainsi organisé une réunion de gilets jaunes à Pont-de-l’Arche, début décembre. Présente sur les Champs-Élysées le 24 novembre pour l'acte 2, elle agit aussi localement et a été à l'initiative de la manifestation du 1er décembre dans les rues de Louviers, dans l'Eure.

Son implication est telle qu'Ingrid Levavasseur avait failli rejoindre les chroniqueurs de BFMTV, pour une rémunération de 150 euros bruts par passage, avant de finalement renoncer sous les menaces et la pression de certains gilets jaunes, «jaloux», selon elle.

En route vers la politique

Alors qu'elle se trouvait sur le plateau d’une émission politique, la jeune femme s’était dite défavorable à un prolongement de ce mouvement social dans la sphère politique traditionnelle. Elle assurait vouloir «juste être entendue», et écartait toute candidature politique.

Mais son discours a changé début décembre pour la mère de famille, qui se projetait dans un parti «apolitique des gilets jaunes», avec «pourquoi pas», une liste aux élections européennes. 

Selon un sondage Elabe - portant sur l'hypothèse d'une liste de gilets jaunes en général et non sur celle-ci en particulier - la liste serait créditée de 13% d'intentions de vote, arrivant ainsi à la 3e place derrière LREM et le Rassemblement National.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles