Les hommes qui fument du cannabis, plus fertiles que les autres ?

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont collecté 1.143 échantillons de sperme, entre 2000 et 2017, provenant de 662 donneurs en couple et âgés de 36 ans en moyenne[Don MacKinnon / AFP]

D'après une étude américaine, publiée dans Human Reproduction, les hommes ayant déjà consommé du cannabis seraient plus fertiles que les autres. 

Les chercheurs de l'Harvard T.H. Chan School of Public Health ont en effet constaté une plus forte concentration de spermatozoïdes chez les individus qui avaient déjà fumé du cannabis par rapport à ceux qui ne l'avaient jamais fait. 

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont collecté 1.143 échantillons de sperme, entre 2000 et 2017, provenant de 662 donneurs en couple et âgés de 36 ans en moyenne. Parmi eux, 317 participants se sont fait prélever un échantillon de sang pour que les chercheurs analysent leurs taux d'hormones reproductives.

Les participants, qui avaient tous consulté la clinique après avoir rencontré des difficultés à avoir un enfant avec leur partenaire, ont rempli un questionnaire concernant leur consommation de cannabis. Il leur était notamment demandé s'ils avaient fumé plus de deux joints dans leur vie et s'ils étaient encore fumeurs à l'heure actuelle. 

Une concentration de spermatozoïdes plus élevée pour les fumeurs

Et là, surprise. Alors que les chercheurs s'attendaient à trouver un lien de corrélation entre consommation de cannabis et moindre qualité du sperme des participants, c'est l'effet contraire qui a été révélé. Les hommes ayant fumé du cannabis affichaient une concentration de 62,7 millions de spermatozoïdes par millilitre, contre 45,4 millions de spermatozoïdes par millilitre de semence pour  les hommes vierges de toute absorption de la substance.

En revanche, le sperme des anciens fumeurs de cannabis et celui de ceux qui fumaient encore au moment de l'étude ne présentaient pas de différence significatives.

Des taux de testostérone plus élevés pour les gros fumeurs 

Quant aux prélèvements sanguins, ils ont permis de mettre en évidence que les plus gros fumeurs de marijuana présentaient des taux de testostérone plus élevés en moyenne. 

Pour Feiby Nassan, l'auteur principal de l'étude, «(les) résultats allaient à l'encontre des hypothèses qu' (ils) (avaient) initialement émises». Toutefois, elles correspondent à deux interprétations. «La première étant qu'une faible consommation de cannabis pouvait être bénéfique à la production de spermatozoïdes à cause de ses effets sur le système endocannabinoïde, qui est connu pour jouer un rôle quant à la fertilité, mais que ces bienfaits sont effacés par la consommation plus importante de cannabis», précise le chercheur. «L'autre interprétation, tout aussi plausible, est que nos résultats pourraient refléter le fait que les hommes qui affichent des taux accrus de testostérone sont plus susceptibles d'adopter des comportements à risques, comme le fait de fumer du cannabis», ajoute Feiby Nassan.  

Une sous-déclaration des participants ?

Les scientifiques ont cependant appelé à la plus grande prudence quant aux interprétations de ces résultats, avançant notamment le fait que l'étude pouvait être biaisée par une sous-déclaration des participants sur leur consommation réelle de cannabis. 

Ils ajoutent par ailleurs que les études précédentes, qui laissaient penser que cette drogue pouvait avoir des effets néfastes sur la fertilité, avaient été principalement menées sur des animaux et s'étaient concentrées sur des hommes peu consommateurs de drogue. «Ces résultats inattendus soulignent notre ignorance des effets du cannabis sur la santé reproductive, et aussi de ses effets sur la santé en général», a noté l'un des auteurs de l'étude, Jorge Chavarro. Et de conclure : «Nos résultats doivent être interprétés avec prudence mais ils soulignent la nécessité de s'intéresser plus en profondeur aux effets de la consommation de cannabis sur la santé».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles