Ce que l'on sait sur Christophe Dettinger, l'homme qui a frappé des gendarmes

L'homme a la carrure imposante (1m92 pour 90 kg) est en couple et a trois enfants. [Capture d'écran / LinePress]

L'ancien boxeur de 37 ans Christophe Dettinger a été interpellé lundi 8 janvier, suite à sa violente altercation avec un gendarme sur un pont de Paris en marge d'une manifestation de «gilets jaunes» le 5 janvier. Il fait face à la justice ce mercredi 13 février et encourt notamment une peine de prison ferme.

En quelques heures, les images impressionnantes de l'accrochage entre cet ancien boxeur et un gendarme avaient déferlé sur les réseaux sociaux. Lors de l'«acte VIII», samedi 5 janvier, il était apparu, visage découvert, sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, qui relie le jardin des Tuileries et le musée d'Orsay. 

Sans gilet jaune, l'individu avait assèné plusieurs coups de poing à un gendarme avant de prendre la fuite. Le médecin avait prescrit à ce derner 15 jours d'ITT . 

UN ANCIEN CHAMPION DE FRANCE DE BOXE

Rapidement, l'homme avait été identifié et sa photo a été placardée sur les réseaux par le Syndicat des commissaires de la Police nationale. «Monsieur, vous qui avez frappé un collègue à terre, vous êtes identifié». Il s'agit de Christophe Dettinger. En fuite, l'homme s'est rendu à la police trois jours après les faits.

Christophe Dettinger est un ancien boxeur professionnel. Surnommé le «gitan de Massy», il a été sacré deux fois champion de France des poids lourds-légers, en 2007 et 2008. C'est en 2013 qu'il raccroche les gants avec un bilan de carrière plus qu'honorable : 18 victoires, 4 défaites et un nul.

L'homme a la carrure imposante (1m92 pour 90 kg) est en couple et a trois enfants. Selon Le Figaro, Christophe Dettinger serait actuellement fonctionnaire territorial dans une mairie de l'Essonne. 

«Un homme respectueux, ce n'est pas un voyou»

Interrogé par Le Point, son ancien entraîneur Jacky Trompesauce s'est dit surpris par le comportement de cet ancien sportif plusieurs fois titré. «Je le reconnais sur les images, mais, pour moi, il a dû se passer quelque chose qui n'apparaît pas sur la vidéo. Christophe est un sportif de haut niveau, c'est un homme respectueux, ce n'est pas un voyou. Il faudrait avoir toute la séquence pour comprendre. Il n'a pas dû supporter que les gendarmes s'en prennent à plus faibles qu'eux. Je crois voir sur les images des femmes qui reçoivent de la lacrymo, peut-être la sienne, il a trois enfants.»

Ajoutant pour sa défense qu'« il n'est pas cagoulé, il y va à mains nues, ce n'est pas un casseur. (...) Pour moi, ce n'est pas quelqu'un de politisé. Si certains le prennent pour un partisan de l'extrême droite, c'est uniquement à cause de son look. Il n'a rien à voir ni avec la violence ni avec l'ultradroite. Ce n'est pas un ‘crâne rasé’. Il n'a jamais laissé pousser ses cheveux.» 

De son côté, la Fédération française de boxe avait dénoncé dans un communiqué, dimanche, «le comportement inacceptable et honteux d'une personne identifiée comme ancien boxeur professionnel». Elle avait condamné «avec la plus grande fermeté de tels agissements d'une violence extrême qui sont totalement contraires aux valeurs prônées par notre discipline», assurant que «toutes les mesures en leur pouvoir afin de défendre leur image» seront prise.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles