Paris : 3.622 sans-abri recensés lors de la deuxième Nuit de la Solidarité

Lors de la deuxième Nuit de la Solidarité, 3.622 sans-abri ont été recensés à Paris.[© GERARD JULIEN / AFP]

Une semaine après la Nuit de la Solidarité, lors de laquelle 2.000 bénévoles sont partis à la rencontre des sans-abri de la capitale, la municipalité parisienne a annoncé ce jeudi 14 février avoir recensé 3.622 personnes à la rue.

«Le 7 février dernier, ⁦2.100 citoyens, acteurs sociaux et partenaires ont compté 3.622 sans-abri», a annoncé Dominique Versini, lors d'une conférence de presse, ce jeudi 14 février. Soit 600 personnes supplémentaires par rapport à 2018, lors de laquelle 3.035 sans-abri avaiant été recensés.

Et ce, «malgré les efforts réalisés pour la création de places d'hébergement» l'an passé, a regretté l'adjointe à la maire de Paris en charge des solidarités et de la lutte contre l'exclusion.

Dans le détail, 421 personnes ont été recensées dans le 18e, l'arrondissement le plus concerné, puis 318 dans le 19e et 140 dans le 12e. A titre de comparaison, 30 sans-abri se trouvaient dans le 3e la nuit du 7 au 8 février, et 46 dans le 4e (les deux arrondissements sont par ailleurs beaucoup plus petits).

capture_decran_2019-02-14_a_11.39.07.png

147 sans-abri recensés dans le bois de vincennes

Autre chiffres importants : 639 personnes se trouvaient dans les zones dites «spécifiques», qui comprenaient les bois de Boulogne (34 personnes) et de Vincennes (147 personnes), mais également sur la «Colline du crack», où 105 personnes se trouvaient là. 

Par ailleurs, un nombre important de sans-abri a également été recensé dans les gares, et les couloirs du métro. A eux seuls, ils ont assuré la présence de 590 personnes en grande précarité dans leurs infrastrcutures : 298 pour la SNCF et 292 pour la RATP.

Au total, 353 secteurs répartis dans tout Paris ont été passés au peigne fin, tout comme une trentaine de parkings, et grande nouveauté cette année, une vingtaine de parcs et jardins publics laissés ouverts pour l'occasion.   

«L'ugence sociale est une trop forte réalité à Paris», a ainsi fait savoir Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, assurant qu'il fallait «mieux comprendre pour mieux agir».

A l'issue de cette Nuit consacrée à ce sombre décompte, la municipalité a affirmé qu'elle devait servir à la mise en place d'une «action efficace, humaine et mobilisatrice», qui permettra «à nouveau d'adapter nos dispositifs d'hébergement».

Vous aimerez aussi

Marche contre l'antisémitisme : le rassemblement de Toulouse
solidarité Marche contre l'antisémitisme : le rassemblement de Toulouse
solidarité 30 000 places de ciné offertes via les restos du cœur
Nuit de la solidarité : les actions des bénévoles
solidarité Nuit de la solidarité : les actions des bénévoles

Ailleurs sur le web

Derniers articles