«Gilets jaunes», en direct : 10.200 manifestants en France à 14h, selon le ministère de l'Intérieur

A la veille de la 14e journée de mobilisation, Eric Drouet, figure des gilets jaunes, était jugé vendredi pour l'organisation d'une manifestation sans autorisation préalable. Un mois de prison et une amende ont été requis contre lui. Le délibéré sera rendu le 29 mars.

17H10

Un véhicule a percuté des manifestants à Rouen, vers 16h30. Trois personnes auraient été blessées, selon le Parisien. 

16H50

Le cortège parisien est atuellement bloqué aux Invalides, dans le 7e arrondissement de la capitale. Des altercations avec les forces de l'ordre ont eu lieu. Des manifestants ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogène. 

16h31

A Paris, des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre aux Invalides. 

16h03

Selon le ministère de l'Intérieur, on comptabilisait 10.200 manifestants en France, à 14h, dont 3.000 à Paris. 

14H41

Le cortège parisien, qui compte plusieurs milliers de personnes, se trouve sur la rue Saint-Jacques, selon un journaliste de France 2 sur place. Les manifestants remontent vers la Sorbonne, le Panthéon et le jardin du Luxembourg, où se trouve le Sénat.

12H49

Présent dans la manifestation à Paris, Jérôme Rodrigues a promis d'autres journées de mobilisation, «tant qu'on ne sera pas écoutés». «On est là, on manifeste, c'est notre droit le plus strict. (...) On n'est pas écoutés donc on continuera à marcher», a-t-il lancé

11h29

Plusieurs centaines de «gilets jaunes» se sont regroupés sur la place de l'Etoile, à Paris. Les forces de l'ordre sont également présentes en haut de l'avenue des Champs-Elysées.

09H58

A Paris, le parcours prévoit de descendre les Champs-Elysées et de passer rive gauche devant l’Assemblée nationale, le ministère du travail et le siège du Mouvement des entreprises de France (Medef), avant de rallier le Champ-de-Mars. 

A Bordeaux et à Toulouse, autres places fortes de la contestation, des rassemblements sont prévus en début d’après-midi samedi, préludes à des défilés

08H22

Trois mois de manifestations, un mouvement toujours aussi éparpillé et un début de lassitude qui gagne l'opinion: pour leur acte 14, les «gilets jaunes» veulent agir tous azimuts samedi mais aussi dimanche avec des moyens d'action et des mots d'ordre parfois différents.

Vendredi 15 février

22h40

Après 13 samedis de mobilisation des gilets jaunes, les commerçants de Bordeaux sont inquiets pour l'avenir de leur commerce.

21h35

«Il faut qu'on se parle, qu'on se réconcilie», a exhorté Brigitte Macron, interrogée lors d'un déplacement à Bar-le-Duc (Meuse) sur le thème du patrimoine. «Je pense qu'il faut qu'on se parle, qu'on se réconcilie, parce que, franchement, on a tout à faire ensemble, j'en suis persuadée», a dit devant la presse la Première dame, qui ne s'est exprimée sur le sujet qu'en de très rares occasions depuis le début du mouvement en novembre.

17h40

Interpellé mercredi à son domicile à Grenoble, un gilet jaune porteur d'explosifs âgé de 26 ans a été placé sous contrôle judiciaire ce vendredi. Il comparaissait  devant le tribunal correctionnel.

16h34

Les gilets jaunes seront demain dans la rue pour le 14e samedi consécutif. Voici tout ce qu'il faut savoir sur cette nouvelle journée de mobilisation.

16h31

Pour rappel, le délibéré du procès d'Eric Drouet sera rendu le 29 mars.

14H08

Le président des Républicains Laurent Wauquiez a demandé à l'exécutif de «faire montre de courage et de fermeté» à la veille d'un possible acte 14 des «gilets jaunes».

«Il est temps de faire montre de courage et de fermeté. Le gouvernement a la responsabilité de tout mettre en oeuvre pour obtenir un retour au calme. Les Français sont en droit d'attendre du président de la République et de son gouvernement qu'ils assurent le maintien de la sécurité dans nos villes», écrit M. Wauquiez dans un communiqué.

11h56

Un mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende ont été requis à l'encontre d'Eric Drouet lors de son procès au tribunal correctionnel de Paris. 

10h49

Un groupe d'experts des droits de l'homme des Nations unies a publié un communiqué dénonçant les restrictions graves» au droit de manifester en France, estimant que «les autorités devraietn repenser leurs politiques en matière de maintien de l'ordre pour garantir l'exercice des libertés».

«Depuis le début du mouvement de contestation en novembre 2018, nous avons reçu des allégations graves d’usage excessif de la force. Plus de 1700 personnes auraient été blessées à la suite des manifestations dans tout le pays» ont déclaré les experts.

«Les restrictions imposées aux droits ont également entraîné un nombre élevé  d'interpellations et de gardes à vue, des fouilles et confiscations de matériel de manifestants, ainsi que des blessures graves causées par un usage disproportionné d’armes dites 'non-létale' telles que les grenades et les lanceurs de balles de défense ou 'flashballs' ont-ils ajouté. Garantir l’ordre public et la sécurité dans le cadre de mesures de gestion de foule ou d’encadrement des manifestations implique la nécessité de respecter et de protéger les manifestants qui se rendent pacifiquement à une manifestation pour s’exprimer».

«Nous sommes conscients du fait que certaines manifestations sont devenues violentes et ont entrainé des débordements, mais nous craignons que la réponse disproportionnée à ces excès puisse dissuader la population de continuer à exercer ses libertés fondamentales. Il est très inquiétant de constater qu'après des semaines de manifestations, les restrictions et tactiques de gestion des rassemblements et du recours à la force ne se sont pas améliorées», concluent-ils. 

10h05

Des gilets jaunes ont tenté de bloquer jeudi soir le siège des Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA) à Strasbourg où est imprimé le quotidien régional, indique ce vendredi le journal sur son site.

10h04

Le procès d'Éric Drouet s'est ouvert au tribunal correctionnel de Paris. Le parquet a immédiatement demandé le renvoi mais le tribunal a décidé de retenir l'affaire.

08h20

Eric Drouet est arrivé au tribunal, accompagné de Jérôme Rodrigues. 

07h20

Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, dénonce sur CNEWS «l'appel à l'insurrection» lancé par Christophe Chalençon, l'une des figures des gilets jaunes. «C'est clairement insupportable», a-t-il souligné au micro de Jean-Pierre Elkabbach. 

Jeudi 14 février

21h07

Le Premier ministre Édouard Philippe était ce jeudi dans le Finistère pour participer à une réunion dédiée aux questions rurales.

21h

Quatre manifestants gilets jaunes soupçonnés d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier, ou d'avoir participé à la scène, seront jugés le 13 mars. Dans l'intervalle, le jeune homme qui a reconnu avoir conduit l'engin restera en détention, tandis que deux autres hommes et une femme ont été placés sous contrôle judiciaire.

19h21

La figure des gilets jaunes Jérôme Rodrigues, blessé à un oeil lors d'une manifestation à Paris, et trois autres manifestants blessés ont déposé plainte jeudi pour violences volontaires avec arme par les forces de l'ordre, a-t-on appris auprès de leur avocat.

Elles ont également porté plainte contre le Préfet de police de Paris, Michel Delpuech, pour complicité. 

«Nous avons déposé ce jour devant le doyen des juges d'instruction auprès du Tribunal de grande instance de Paris quatre plaintes criminelles avec constitution de partie civile pour violences volontaires aggravées par personne dépositaire de l'autorité publique, en réunion et ayant entrainé une mutilation permanente ; et complicité de violences volontaires aggravées contre X et contre M. Delpuech, préfet de Paris», a déclaré à l'AFP Me Arié Alimi. 

Ces quatre plaintes concernent Jérôme Rodrigues, qui affirme avoir perdu l'usage de son oeil droit à cause d'un tir de lanceur de balle de défense (LBD) le 26 janvier à Paris, Sébastien Maillet, qui a eu la main arrachée samedi dernier selon lui par l'explosion d'une grenade près de l'Assemblée nationale, ainsi que Franck Bridon et Antoine Coste, qui affirment également avoir perdu un oeil à la suite de tirs de LBD lors de manifestations dans la capitale. 

17h51

L'employé de boulangerie de 32 ans qui avait fait le buzz en refusant de servir un policier lors de l'acte 12 des gilets jaunes, le 2 février, place de la République à Paris, a été condamné à 70 heures de travaux d'intérêt général pour outrage sur personne dépositaire de l'ordre public.

La vidéo le montrant empêchant le policier d'entrer dans son établissement parce qu'il portait une arme, avait fait le tour des réseaux sociaux. Les faits que lui reprochaient ce jeudi la justice n'apparaissent pas dans cette vidéo.

16h48

Plusieurs membres d'un groupe de gilets jaunes rassemblés devant une agence du Dauphiné Libéré à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) s'y sont introduits «pour apposer des affiches et lancer un projectile malodorant», a-t-on appris auprès de la préfecture. Deux d'entre-eux ont été interpellés par la police, venue disperser ce «rassemblement non déclaré», et ont été placés en garde à vue après qu'une journaliste venue leur demander de quitter les lieux «a été bousculée», a précisé la préfecture dans un communiqué.

16h11

Voici les principales déclarations faites par Emmanuel Macron devant les maires de l'Indre :

- «Nous allons mettre 15 milliards d'euros dans la formation des jeunes, pour remettre sur le marché du travail près de 2 millions de jeunes»

- «Il y a un avenir industriel dans le rural»

- «Nous sommes le seul pays européen qui n'a pas réglé le problème du chômage de masse»

14H28

Les députés européens ont condamné jeudi l'usage «disproportionné» de la force par la police dans les manifestations, une résolution inspirée par le débat français sur le recours aux lanceurs de balles de défense (LBD) au cours des manifestations des «gilets jaunes».

Dans cette résolution, votée par 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions, les députés ont «dénoncé le recours à des interventions violentes et disproportionnées de la part des autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques».

13H34

Un employé d'une boulangerie parisienne qui avait refusé de servir un policier le 2 février, en marge de la manifestation des «gilets jaunes», a été condamné mercredi à des travaux d'intérêt général (TIG), a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

L'homme a été condamné à Paris à 70 heures de TIG dans le cadre d'une «comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité» (CRPC), le plaider-coupable à la française, selon cette source. L'employé de 32 ans avait été placé en garde à vue mardi pour «refus de vente et outrage sur personne dépositaire de l'ordre public», selon une source policière, confirmant des informations de presse.

10h11

Maxime Nicolle, figure des gilets jaunes, a déposé plainte pour «menaces» et «entrave à la liberté de manifester» lors d'une manifestation à Toulouse en janvier.

09h33

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner indique qu'il y a 8.400 interpellations depuis le début du mouvement des gilets jaunes, et 7.500 ont été placées en garde à vue. 

09h22

Quatre des six personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier lors de la huitième journée de mobilisation des gilets jaunes, ont été déférées au parquet. 

Mercredi 13 février

22h42

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a indiqué mercredi qu'il était «opposé» à toute amnistie pour les gilets jaunes condamnés depuis le début du mouvement, qui a été émaillé à plusieurs reprises de violences. Interrogé à LCI et RTL par l'une des leaders des protestataires, Ingrid Levavasseur, quant à l'opportunité d'accorder une amnistie, le Premier ministre a rétorqué qu'«il n'en (était) pas question».

22h33

Christophe Castaner a réagi à la peine infligée à Christophe Dettinger.

22h15

Christophe Dettinger a été condamné à 30 mois de prison, dont 12 ferme aménageable en semi-liberté.

20h42

Le montant de la cagnotte en ligne pour les forces de l'ordre blessées lors des manifestations des gilets jaunes, lancée par le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur Renaud Muselier, sera remise jeudi matin aux Invalides, à Paris. Près de 1,4 million d'euros seront reversés à l'amicale de la police nationale, une «association d'entraide» qui oeuvre pour les gendarmes, policiers et sapeurs-pompiers

20h11

Environ 350 personnes ont défilé jeudi soir à Argenteuil (Val-d'Oise), en soutien à Sébastien Maillot, originaire de la ville, dont la main a été arrachée samedi lors de la manifestation parisienne des gilets jaunes.

19h53

3 ans de prison, dont 2 ferme, ont été requis contre Christophe Dettinger à son procès.

18h53

Au procès Dettinger, les plaidoiries sont en cours. 

18h28

Le soutien aux gilets jaunes s'effrite (-5) et une majorité de Français (56%) souhaite que le mouvement s'arrête pour la première fois depuis le début de la mobilisation, selon un sondage Elabe diffusé mercredi. Si le «soutien» ou la «sympathie» pour les gilets jaunes reste majoritaire au sein de la population (58%), c'est 5 points de moins en deux semaines, et 31% (+7) des Français se disent en «opposition/hostilité» au mouvement.

16h31

La justice interroge désormais Christophe Dettinger sur la série de coups de poings visant un CRS qui a massivement circulé sur les réseaux sociaux. Le boxeur avait indiqué dans sa vidéo d'excuse avoir réagi à des violences policières. Une version qui ne convainc pas pour le moment la présidente du tribunal.

 

15H26

Le procès de l'ex-boxeur «gilet jaune» Christophe Dettinger, jugé pour avoir violemment frappé deux gendarmes début janvier en marge de l'acte 8 du mouvement social, a débuté ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris.

L'ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers doit répondre devant le tribunal correctionnel de «violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique», un délit passible de sept ans d'emprisonnement.

15H25

Le gouvernement a promis mercredi un plan d'action pour les villes qui ont subi des dégradations liées au mouvement des «gilets jaunes», qui dure depuis près de trois mois, après une réunion avec des maires de plusieurs grandes villes.

«Nous avons décidé de travailler à un plan d'action global qui permettra de compléter les réponses apportées aux commerçants, qui tiendra compte de l'impact de ces manifestations sur le budget des villes et apportera aussi les réponses sécuritaires nécessaires», a déclaré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

14H20

Les élus des grandes villes affectées par la mobilisation des «gilets jaunes» réclament des mesures concrètes au gouvernement pour répondre aux préjudices subis, notamment par les commerçants, lors des manifestations.

«Des commerces sont à l'agonie, nous ne pouvons pas rester sans rien faire et les abandonner», écrit Jean-Luc Moudenc (LR), maire de Toulouse et président de France Urbaine, dans un communiqué diffusé à l'issue d'une réunion mercredi à Bercy avec les ministres concernés.

14H33

Toujours lors du Conseil des ministres, Emmanuel Macron a estimé que ce n'était «pas par une hausse de la fiscalité qu'on répondra à la colère», alors qu'un retour de la taxe carbone a été défendu par plusieurs membres de la majorité, selon le porte-parole du gouvernement.

«Le président a souligné que nous étions entrés dans ce moment, le 17 novembre dernier, suite à une hausse de la fiscalité et ce n'est sans doute pas par une hausse de la fiscalité qu'on répondra à la colère qui s'est exprimée», a déclaré le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, dont la «conviction, c'est plutôt moins d'impôt que plus d'impôt à l'issue de ce débat».

13H49

En Conseil des ministres, ce mercredi, Emmanuel Macron a estimé que «les démonstrations de violences» chaque samedi lors des manifestations des «gilets jaunes» «doivent cesser», jugeant que «le temps de la clarification républicaine» était venu.

«Cette clarification républicaine, c'est à la fois la fermeté absolue à l'égard de ceux qui pratiquent ces actes violents et la réaffirmation de nos principes intangibles qui font notre République», a précisé le chef de l'Etat selon des propos rapportés par le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux à l'issue du conseil.

12h15

Jérôme Rodrigues, figure du mouvement des «gilets jaunes», a annoncé ce mercredi sur sa page Facebook qu'il avait perdu définitivement l'usage de son oeil droit après avoir été blessé lors d'une manifestation à Bastille, le 2 janvier dernier. «Je m'étais fait à cette idée, mais là c'est très dur», a-t-il déclaré. 

Il a ajouté avoir l'intention de consulter «toute une équipe de médecins et de spécialistes pour tenter d'au moins garder [son] œil, qu'il ne soit pas retiré». «Ce n'est pas que j'ai une obsession pour la beauté, mais c'est quand même mon physique. Ce que je vois tous les matins en me regardant dans le miroir», a-t-il ajouté. «Je veux dire que le combat continue et on qu'on ne s'arrêtera pas, a-t-il conclu. Macron paiera pour tout ça». 

Jerôme Rodrigues affirme avoir été victime d'un tir de LBD, alors qu'une autre hypothèse fait état d'un éclat de grenade assourdissante qui serait venue se loger dans son oeil. 

10h04

Une taxe carbone est «une arme fiscale» qui doit s'inscrire dans le cadre d'«un plan global» visant à réduire la consommation d'énergies fossiles, «dans une démarche socialement équitable et acceptée», plaide Gilles Le Gendre, patron des députés LREM.

09h16

Les gardes à vue des six personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier lors de la 8e journée de mobilisation des gilets jaunes, ont été prolongées. 

08h34

Le Conseil constitutionnel devra, s'il est saisi sur la loi anticasseurs, se prononcer pour «savoir si tel ou tel article relève d'une loi anticasseurs ou d'une loi antimanifestants», a expliqué son président Laurent Fabius.

07h

Dans une tribune, à l'origine de Matthieu Orphelin (ex LREM), 86 députés de plusieurs groupes politiques, plaident pour «fiscalité carbone juste socialement».

La taxe carbone, qui s'applique notamment sur les carburants, est le point de départ de la mobilisation des gilets jaunes. En réponse au mouvement, le gouvernement avait annulé l'augmentation de cette taxe prévue au 1er janvier. 

Mardi 12 février

21h07

La scène avait eu un fort retentissement sur les réseaux sociaux: un employé d'une boulangerie parisienne qui avait refusé de servir un policier le 2 février, en marge de la manifestation des gilets jaunes, a été placé en garde à vue mardi.

20h34

L'homme suspecté d'avoir incendié un véhicule Sentinelle a été mis en examen et écroué.

16h21

La rencontre de Ligue 1 entre Nîmes et Dijon, comptant pour la 25e journée, est avancée de samedi (20h00) à vendredi (19h00) à la demande de la Préfecture du Gard.

15h39

Edouard Philippe a annoncé que près de 1.800 condamnations avaient été prononcées par la justice depuis le début du mouvement des gilets jaunes.

15H22

Élus et commerçants des grandes villes, qui réclament une réponse aux préjudices subis après treize semaines de mobilisation des «gilets jaunes», seront reçus mercredi à Bercy par le ministre de l'Économie, a annoncé mardi le porte-parole du gouvernement.

12H40

Six personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier, lors de l'acte 8 des «gilets jaunes», ont été interpellées mardi, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Ces six personnes ont été placées en garde à vue mardi matin, selon le parquet. L'enquête est confiée aux enquêteurs du 3e district de la police judiciaire parisienne.

11h51

Bruno Retailleau, le chef de file des sénateurs LR, a réclamé un référendum sur les retraites et sur l'immigration pour donner «une issue au débat» et sortir de la crise des gilets jaunes. «Il faut une issue au débat, le risque, c'est qu'il s'embourbe dans des propos contradictoires et qu'il se focalise sur la figure du chef de l'État qui a une tendance à admirer son reflet dans le miroir des écrans de télévision», a mis en garde le sénateur LR au micro de France Inter.

10h38

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a affirmé mardi que le mouvement des gilets jaunes avait provoqué une «catastrophe» pour les petits commerçants, évoquant 70.000 personnes en «activité partielle», à la veille d'une réunion de crise à Bercy.

09h05

Elus et commerçants des grandes villes, qui réclament une réponse aux préjudices subis après treize semaines de mobilisation des gilets jaunes, seront reçus mercredi à Bercy par le ministre de l'Economie, annonce le porte-parole du gouvernement.

08h58

Quatre personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier, lors de l'acte 8 des gilets jaunes, ont été interpellées. Cette intrusion violente avait contraint le secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre à être évacué de ses bureaux, situés rue de Grenelle à Paris.

Lundi 11 février

22h32

Pour rappel, deux gilets jaunes seront jugés cette semaine à Paris : Christophe Dettinger, comparaîtra mercredi pour avoir boxé des gendarmes sur une passerelle et Eric Drouet, sera jugé vendredi pour l'organisation d'une manifestation «sans autorisation».

22h17

Après trois mois de manifestation des gilets jaunes, les commerçants et les maires des villes touchés par les casseurs interpellent les autorités sur une situation qu’ils estiment insupportable.

19h59

Un homme de 35 ans a été condamné à huit mois de prison ferme pour avoir frappé le 19 janvier le gérant d'un magasin de la périphérie de Brest lors d'une manifestation de gilets jaunes.

19h23

Un homme revendiquant son appartenance aux gilets jaunes a été condamné lundi à un an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Béziers (Hérault) pour obstruction à la circulation, vol de barrières de péage et destruction de matériel.

19h07

L'homme suspecté d'avoir incendié samedi un véhicule Sentinelle va être présenté à un juge mardi en vue d'une mise en examen.

18h02

Le match Dijon-Saint-Etienne (26e journée de Ligue 1) initialement programmé le samedi 23 février à 20h00, a été avancé au vendredi 22 février à 19h00. Ce changement a été effectué «à la demande de la préfecture de Côte-d'Or», en raison de la mobilisation des gilets jaunes.

16h21

Des gilets jaunes ont empêché la distribution de 75.000 exemplaires du Courrier de l'Ouest, du Maine-Libre et d'Ouest-France.

14h29

Hayk Shaninyan, ancien directeur de campagne du «Ralliement d'Initative Citoyenne» (RIC), la liste «gilets jaunes» emmenée par Ingrid Levavasseur, a annoncé la création de sa propre formation, le «Mouvement alternatif citoyen» (MAC). Il a dit espérer rassembler entre 10.000 et 15.000 adhérents d'ici fin mars. Un débat interne sera oganisé courant mars pour décider de la présence ou nom d'une liste MAC aux élections européennes. 

10h33

L'ultragauche était «à la manoeuvre» à l'occasion des violences survenues lors de la manifestation parisienne organisée dans le cadre de l'acte 13 des gilets jaunes samedi, a estimé le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez. «Samedi à Paris, c'est l'ultragauche qui était à la manoeuvre», a déclaré M. Nuñez sur France Info. Le secrétaire d'État a réaffirmé que «les manifestations qui dégénèrent» sont «en partie» la conséquence d'un «noyautage d'ultras», ultragauche et ultradroite, suivis par des «gilets jaunes radicalisés». «Je ne dis pas stop aux manifestations mais stop à la violence», a-t-il complété.

10h21

Marine Le Pen a estimé lundi que sans «réponse politique», il n'y aurait «pas d'arrêt du mouvement» des gilets jaunes, et dénoncé «la complaisance» du gouvernement à l'égard des «milices d'extrême gauche» qu'elle tient pour responsable des violences samedi.

07h

Les Français qui se définissent comme «gilets jaunes» sont plus sensibles que la moyenne aux théories du complot, selon un nouveau volet d'une étude de l'Ifop pour la Fondation Jean Jaurès et l'observatoire Conspiracy Watch, publiée lundi. 23% des gilets jaune" sont notamment d'accord quand on leur demande si l'attentat du marché de Noël à Strasbourg est «une manipulation du gouvernement pour détourner l'attention des Français et créer de l'inquiétude dans la population en plein mouvement des gilets jaunes», contre 10% des Français en moyenne. 19% considèrent qu'il subsiste «des zones d'ombre», 48% que l'attentat a bien été perpétré par Chérif Chekatt (contre 63% des Français), et 10% ne se prononcent pas.

Dimanche 10 février

13h 

Christophe Castaner a regretté dimanche la blessure à la main d'un manifestant, samedi à Paris. «Il a subi une opération, c'est une blessure que je regrette, une enquête est ouverte pour comprendre ce qu'il s'est passé», a déclaré le ministre de l'Intérieur. Il a également précisé que 133 enquêtes de l'IGPN ont été ouvertes à la suite de violences policières présumées. 

12h29

Un comptage par les «gilets jaunes», publié sur une page Facebook, fait état de 111.010 manifestants en France samedi à 18H00, rapporte l'AFP, contre 51.400, selon le ministère de l'Intérieur.

9h

Selon plusieurs médias, une grenade lacrymogène et assourdissante GLI-F4 serait à l'origine d'un grave accident survenu samedi, devant l'Assemblée nationale. L'engin, manifestement en cause dans cet accident, contient 25 grammes de TNT.

En décembre, un collectif d'avocat avait appelé Matignon à faire abroger le décret autorisant l'usage de ces engins. Dans la lettre qu'ils avaient adressée à l'exécutif, ils avançaient notamment le fait que la France était le seul pays à autoriser cette arme en Europe. 

 

samedi 9 février

23h11

Le parquet de Paris a annoncé qu'un homme a été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête ouverte pour «destruction par incendie d'un bien d'utilité publique». En effet, une voiture de la mission antiterroriste Sentinelle avait été incendiée au cours de la journée de samedi.

21h38

A Paris, il y a eu 39 interpellations. A 21 heures, 21 personnes étaient en garde à vue.

A Marseille samedi, 1.500 «gilets jaunes» ont défilé dans le calme, selon la police. A Nice samedi matin, plusieurs dizaines de «gilets jaunes» dont Maxime Nicolle, alias Fly Rider, ont pris la route de Vintimille pour tenter de bloquer l'autoroute côté italien. Bloqués par les gendarmes au péage de la Turbie, ils ont dû emprunter la route de la côte et sont arrivés vers 15H00 à Menton, où les forces de l'ordre les ont empêchés de franchir la frontière.

20h32

39 personnes ont été interpellées à Paris.

La mobilisation est faible pour la «nuit jaune» place de la République, à Paris.

19H55

Huit policiers ont été légèrement blessés par des jets de projectiles à Saint-Etienne en marge de la manifestation des «gilets jaunes» lors d'affrontements avec de petits groupes de manifestants, dont onze ont été interpellés, a-t-on appris samedi soir auprès de la préfecture de la Loire.

Une partie des 500 «gilets jaunes» qui avaient manifesté sans heurt à partir de 14H00 dans les rues de Saint-Etienne étaient repartis «lorsque vers 17H00 des groupuscules s'en sont pris aux policiers, qui ont riposté par des moyens appropriés», a précisé la même source. A Roanne, en revanche, aucun incident n'a été signalé lors de la manifestation qui a réuni près de 250 personnes, selon la préfecture.

19h21

Selon le ministère de l'Intérieur, la mobilisation des «gilets jaunes» a réuni 51.400 manifestants en France, dont 4.000 à Paris.

Ils étaient 58.600, dont 10.500 à Paris la semaine précédente, selon le ministère de l'Intérieur, dont les chiffres sont contestés par les «gilets jaunes». Un décompte parisien fait par le cabinet Occurence pour plusieurs médias, dont CNEWS, avait recensé samedi dernier 13.800 manifestants dans la capitale.

19h10

36 personnes ont été interpellées à Paris.

18h13

Des incidents ont éclaté entre des «gilets jaunes» et les forces de l'ordre à Metz où s'étaient rassemblées samedi près de 1.900 manifestants, selon la police. Vers 17H00, un noyau de 300 personnes a tenté de forcer un barrage des forces de l'ordre, positionnées sur un pont permettant d'accéder à la préfecture. Les forces de l'ordre, qui ont essuyé divers projectiles, ont répliqué en lançant des grenades lacrymogènes à plusieurs reprises.

A Mulhouse, entre 700, selon la police, et 1.000 personnes, selon les «gilets jaunes», ont défilé sans incident.

18h01

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a exprimé, sur Twitter, son «indignation» et son «dégoût» au sujet des violences qui ont émaillé les différents cortèges. «Les militaires de la mission Sentinelle protègent au quotidien nos compatriotes du risque terroriste», a-t-il déclaré. Ces attaques sont intolérables.»

«Tout sera mis en œuvre pour que leurs auteurs soient appréhendés et jugés.»

17h58

17 interpellations ont eu lieu à Lyon. Ces arrestations ont été effectuées avant et pendant la marche, pour «caillassage en direction des forces de l'ordre» et détention d'armes par destination (feux d'artifice et projectiles). Treize personnes ont été placées en garde à vue.

17h50

21 personnes ont été interpellées à Paris.

17h09

A Paris, des incidents sporadiques ont eu lieu sur le parcours de la manifestation, qui est arrivée vers 16H30 près de la Tour Eiffel, dans une ambiance très tendue. Des projectiles ont été jetés sur les forces de l'ordre, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. 

A Bordeaux, plusieurs milliers de «gilets jaunes» ont tenu des rassemblements, souvent émaillés de heurts. Au moins 2.000 personnes ont défilé à Lorient.  À Caen, 1.700 personnes ont manifesté, selon la préfecture, et à Montpellier, environ 1.500.

16H19

17 interpellations ont eu lieu à Paris. 

16H12

16 interpellations de gilets jaunes ont été effectuées à Lyon. 

16H

12.000 manifestants étaient présents en France à 14h, dont 4.000 à Paris selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. 

14h33

A Rennes, une banque a été prise pour cible par les casseurs.

14h30

En province, des gilets jaunes sont entrés à l'intérieur du centre commercial La Toison d'Or. A Bordeaux, les manifestants sont rassemblés place de la Bourse. 

14h08

Un commissaire de police a reçu un violent coup de pied de la part d'un manifestant à Paris.

14H

Des gilets jaunes bloquent la circulation boulevard du Montparnasse, à Paris. 

13h40

Un gilet jaune a eu une main arrachée devant l'Assemblée nationale en voulant ramasser une grenade de désencerclement.

13h28

Les gilets jaunes prennent désormais la direction du Sénat.

13H06

Deux policiers auraient été blessés à Paris ce matin selon les informations de CNEWS.

13h

Des tensions éclatent devant l'Assemblée nationale. Les forces de l'ordre ont reçu des pétards et du mobilier urbain lancés par les gilets jaunes.

12h10

Le cortège de gilets jaunes quitte peu à peu les Champs-Elysées.

11h04

Déjà quelques tensions existent à Paris entre manifestants et forces de l'ordre.

11h01

L'Elysée ressemble à une forteresse pour ce 13e samedi de mobilisation...

10h52

Un slogan anti-police entendu sur les Champs-Elysées où les gilets jaunes bloquent la circulation.

10h47

Les accès à différents lieux étaient perturbés ce matin par les gilets jaunes. C'est notamment le cas du centre commercial de Tourville-la-Rivière (Seine-Maritime) ou la gare maritime de Cherbourg (Manche).

09h47

Un cortège de gilets jaunes doit défiler ce samedi sur les Champs-Élysées pour demander la démission de Christophe Castaner.

09h10

 À Paris, une manifestation au départ de la place de l'Étoile doit débuter vers 10H30 et trois rassemblements ont également été déclarés. En régions, Bordeaux et Toulouse, pôles contestataires depuis plusieurs semaines, souvent avec des heurts, prévoient un rassemblement. Diverses manifestations et actions sont également programmées dans d'autres villes: Montpellier, Lille, Nantes, Rennes, Brest, Caen, Lorient..

VENDREDI 8 FEVRIER

19h50

Emmanuel Macron se rendra la semaine prochaine dans la région Centre-Val de Loire dans le cadre du grand débat, a annoncé vendredi Sébastien Lecornu, ministre chargé des collectivités territoriales aux journaux du groupe Ebra. Un peu plus tôt dans la journée, l'Élysée avait indiqué que le prochain déplacement du chef de l'État dans le cadre de cette consultation aurait lieu jeudi.

18h34

Le Premier ministre Édouard Philippe a écrit à la maire socialiste de Rennes Nathalie Appéré pour lui annoncer que sa municipalité, comme toutes celles «particulièrement affectées par les mouvements sociaux», bénéficierait de 3 millions d'euros pour relancer son activité en centre-ville.

17h53

Deux hommes de 34 et 24 ans ont été condamnés vendredi à Ajaccio respectivement à six mois de prison, dont quatre ferme, et trois mois de prison avec sursis pour des dégradations commises en janvier à la Caisse d'allocations familiales. Les deux hommes, qui arboraient des gilets jaunes au moment des faits, avaient tagué à la peinture jaune les initiales «GJ» sur le portail de la CAF avant de le dégrader, empêchant employés et usagers d'entrer dans les lieux.

16h59

La figure des «gilets jaunes» Maxime Nicolle, alias «Fly Rider», a annoncé sur Franceinfo qu'il allait «déposer plainte pour intimidations et menaces de mort de la part de dépositaires de l'ordre public», suite à son arrestation à Bordeaux le 26 janvier dernier, lors de laquelle il dit avoir été la cible de menaces. 

«J'ai dit que je quitterais le pays si je faisais toujours l'objet de menaces et d'un danger», a-t-il également expliqué.

16h06

La secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher exhorte les commerçants et entreprises touchés par les actions des gilets jaunes à solliciter les mesures d'accompagnement mises en place, car les demandes sont à ce jour «extrêmement limitées».

16h04

Des «gilets jaunes citoyens», dont la liste aux élections européennes est emmenée par Thierry Paul Valette, ont demandé une rencontre avec l'ancien président des Etats-Unis Barack Obama, selon un communiqué. «Votre regard éclairé d'ancien président des États-Unis sur la situation du monde actuel et sur les questions européennes est essentiel», écrivent ces gilets jaunes dans un courrier adressé à M. Obama, par l'intermédiaire de sa fondation. Ils estiment que leur demande est certes «ambitieuse» mais qu'elle «répond à des enjeux importants et comme vous le disiez vous-même 'Yes we can...'».

15h04

Des «gilets jaunes» du Sud-Est de la France, demandant un «RIC sans restriction» (référendum d'initiative citoyenne), vont s'élancer dans «une marche pacifiste» jusqu'à Paris où ils espèrent être rejoints par des cortèges d'autres régions, ont annoncé vendredi à Marseille une dizaine d'entre eux.

Le premier départ sera donné dimanche du Boulou (Pyrénées-Orientales) à la frontière avec l'Espagne par cinq à six «gilets jaunes», alors qu'un deuxième groupe d'une dizaine de personnes s'élancera le 16 février de Marseille. Les deux groupes se retrouveront le 19 février à Avignon pour ensuite converger vers Paris le 17 mars.

12h48

Pour leur acte 13, les gilets jaunes ont de nouveau prévu plusieurs rassemblements dans le pays, une mobilisation dont l'ampleur est incertaine, alors que le mouvement avait rassemblé 58.600 personnes la semaine dernière selon le ministère de l'Intérieur. À Paris, une manifestation a été déclarée en préfecture : rendez-vous est donné à 10H30 place de l'Étoile, et le cortège doit notamment passer par les Champs-Élysées, puis devant le Quai d'Orsay, l'Assemblée nationale, le Sénat, le Médef et se terminer sur le Champ-de-Mars à 17H00. À Bordeaux, autre place forte de la mobilisation ces dernières semaines, un appel à se rassembler a été lancé pour 13H, avec un parcours indéterminé mené par un cortège de motards en tête. À Marseille, comme chaque samedi, le rendez-vous est fixé en début d'après-midi sur le Vieux-Port.

 

10h18

Jacline Mouraud, figure du mouvement des «gilets jaunes», a estimé ce vendredi sur Franceinfo que «le mouvement est complètement noyauté par l'ultradroite et l'ultragauche». «Si on leur disait qu'ils sont manipulés par l'extrême droite et l'extrême gauche, est-ce qu'ils continueraient à descendre dans la rue tous les samedis ?, a-t-elle ajouté. Aujourd'hui, ce serait pour eux un aveu de faiblesse. Je suis très dubitative quand j'entends dire que le gouvernement ne prend pas ça au sérieux parce que c'est très grave ce qui est en train de se passer». 

Jacline Mouraud a également expliqué avoir arrêté de manifester «à partir du moment où il fallait partir dans la construction. L'avenir, c'est partir dans la construction politique. Sinon ça va donner quoi ? Une guerre civile ?».

21h42

La proposition de loi «anti-casseurs», adoptée par l'Assemblée au prix de sévères remous dans la majorité, continuera d'être discutée, promet dans une interview Edouard Philippe, qui dit pouvoir «entendre» les dissensions parlementaires. «Le débat doit et va se poursuivre avec les parlementaires», assure le Premier ministre dans Paris-Normandie à paraître vendredi.

20h06

Le débat entre le président et les jeunes se termine en Saône-et-Loire. Emmanuel Macron remercie chaleureusement toutes les personnes présentes et qui ont participé à cet échange. «Ne perdez rien de cet enthousiame, de ce que vous avez fait cet après-midi [...] Vous m'avez rendu formidablement fier d'être président», a-t-il souligné en conclusion. 

19h40

Interrogé sur l'ISF, Emmanuel Macron a dit assumer sa décision de le supprimer. «C'est vrai que les gens qui gagnent beaucoup beaucoup d'argent contribuent trop peu», a-t-il toutefois reconnu, disant vouloir changer «ce système». 

19h29

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, rappelle que le numéro gratuit 3020 a été mis en place, ainsi qu'une campagne de sensibilisation, pour lutter contre le harcèlement scolaire. 

19h05

Emmanuel Macron a admis que les citoyens avaient besoin de «s'exprimer plus directement», mais qu'il fallait encore trouver «le bon mécanisme» car le référendum ne «règle» pas «tout», lors d'un débat avec un millier de jeunes en Saône-et-Loire. «Sur certains sujets, à certains moments, que les citoyens puissent s'exprimer plus directement, c'est un besoin de notre société. Mais il faut qu'on trouve le bon mécanisme», a déclaré le chef de l'État, interrogé notamment sur le référendum d'initiative citoyenne (RIC), une des revendications des gilets jaunes.

18h40

«Vous n'avez pas le droit de me dire que vous ne vous intéressez pas à la politique !», a lancé jeudi Emmanuel Macron . «J'ai besoin que la jeunesse de notre pays fasse de la politique», a déclaré le chef de l'Etat, interrogé par un jeune homme sur le désintérêt des jeunes pour la vie politique.

18h

Le témoignage apporté par un jeune de 19 ans étudiant dans la chaudronnerie, récemment récompensé pour son travail et souffrant de dyslexie, a particulièrement ému le chef de l'Etat qui lui a rendu hommage. «Chapeau», lui-a-t-il notamment lancé.

17h22

Le président de la République parle désormais agriculture avec différents élèves suivant un enseignement agricole. Il fait notamment la promotion de l'agriculture biologique mais doit en même temps faire face au désarroi des enfants d'agriculteurs touchés par le retard des aides bio (deux ans).

17h09

«On va continuer à renforcer les sanctions contre le harcèlement à l'école (...). Je ne veux plus d'anonymat sur les réseaux sociaux», a déclaré Emmanuel Macron.

16H59

«En fin de seconde, pendant quinze jours, vous découvrirez un autre département, autour des valeurs de la République», vient d'annoncer Gabriel Attal en évoquant le service universel.

16h53

«On développe l'apprentissage et l'alternance dans le supérieur et on veut également le développer dans toutes les filières», a-t-il affirmé.

16H43

«Le premier pilier pour lutter contre les fausses informations, c'est le projet éducatif», explique Emmanuel Macron.

16h37

«On va renforcer une vraie politique pour baisser le coût du permis», a-t-il dit.

16h29

«Le taux de chômage est fort car il n'y a pas assez d'apprentissage», a reconnu Emmanuel Macron.

16h16

«Tous les jeunes de la 4e à la 1ère auront 54 heures par an de découverte des métiers», a indiqué Muriel Pénicaud, ministre du Travail.

16h09

«Ce que notre éduction vous doit, c'est de vous donner les moyens d'être des adultes libres», a dit le chef de l'Etat.

15h47

«Je voulais commencer en partageant une conviction : nous devons inventer le pays dont nous voulons, ni plus ni moins. J'attends de vous qu'on puisse débattre de tous les sujets sur lesquels j'ai interpellé les Français», a déclaré le président en ouverture du débat.

15h42

Emmanuel Macron est arrivé dans le gymnase sous une salve d'applaudissements. Le maire d'Etang-sur-Arroux, Dominique Commeau, prend la parole pour remercier le président de sa présence.

15h22

Les ministres qui accompagnent Emmanuel Macron dans son déplacement viennent d'arriver sur place. Le président devrait faire son apparition dans quelques minutes.

15h15

Le convoi présidentiel en route, Emmanuel Macron devrait arriver d'un moment à l'autre dans le gymnase de la petite commune d'Etang-sur-Arroux. Il doit rencontrer un millier de jeunes de 15 à 25 ans, qu'ils soient lycéens, étudiants, apprentis ou volontaires du service civique. Soit, selon l'Elysée, «un échantillon assez large et représentatif des jeunes» de la région rurale du Morvan.

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, et la ministre du Travail, Muriel Pénicaul, vont animer le débat.

13h40

Pointant l'existence de «nombreuses innovations locales pertinentes» (pétitions, consultations, référendums loaux, budgets participatifs, jurys citoyens...), une mission «flash» de l'Assemblée nationale a formulé onze recommandations pour stimuler la démocratie locale, dans le cadre du grand débat. Parmi elles : réduction des seuils exigés pour les consultations, éducation à la pratique démocratique, droit à l'expérimentation locale...

13h24

L'échange entre le chef de l'Etat et les maires de Saône-et-Loire a pris fin.

13h08

Ingrid Levavasseur, qui entend conduire une liste de gilets jaunes aux élections européennes, s'est déclarée «stupéfaite» jeudi de ne pas avoir été consultée sur la rencontre entre le vice-président du Conseil italien Luigi Di Maio et certains proches de sa liste. Le responsable italien et chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) a notamment vu mercredi à Montargis (Loiret) un délégué des gilets jaunes, Christophe Chalençon, et des candidats sur sa liste, selon un message qu'il a posté sur les réseaux sociaux.

12h22

Les participants aux futures «conférences citoyennes», qui doivent se tenir dans chaque région dans le cadre du grand débat national, seront tirés au sort à partir des bases de données des numéros de téléphone, et non des listes électorales, a indiqué jeudi Emmanuelle Wargon. «On a regardé avec les garants, avantages et inconvénients de plusieurs méthodes, et les garants nous suggèrent de ne pas prendre les listes électorales, mais de prendre les numéros de téléphone: nous allons respecter leurs propositions», a expliqué sur RTL la ministre chargée d'animer le grand débat national.

11h27

Leetchi a annoncé jeudi avoir saisi la justice pour trancher un litige concernant le bien-fondé ou non du versement des sommes récoltées par la cagnotte de soutien à Christophe Dettinger.

10h49

Emmanuel Macron rencontre jeudi en Bourgogne un millier de jeunes pour discuter études, emploi et citoyenneté dans le cadre du grand débat, qui s'est jusqu'à présent peu penché sur les problèmes de la jeunesse.

Avant ce débat, le chef de l'État est attendu en milieu de matinée à Autun (Saône-et-Loire) pour y discuter avec des maires de ce département rural et la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, la socialiste Marie-Guite Dufay. 

En parallèle, une délégation de «gilets jaunes» devait être reçue à Autun par Emmanuelle Wargon, co-animatrice du grand débat.

Mercredi 6 février

20h56

Le secrétaire national d'EELV David Cormand a dit avoir perçu «un doute» chez Emmanuel Macron sur l'organisation d'un référendum le jour des élections européennes, lors d'un entretien avec le chef de l'Etat mercredi soir à l'Elysée. «J'ai perçu une forme de doute de sa part, justifiée de mon point de vue, de l'organiser le même jour que les élections européennes» le 26 mai, a déclaré M. Cormand alors que l'hypothèse d'une telle consultation à l'issue du grand débat a été beaucoup commentée ces derniers jours.

18h55

Après le rejet de premières demandes de suspension en urgence de l'usage du lanceur de balles de défense (LBD), la Ligue des droits de l'Homme (LDH) a à nouveau saisi le Conseil d'Etat de recours contre cette arme controversée.

18h50

Marine Le Pen a conseillé mercredi à Emmanuel Macron, au cours d'un tête-à-tête à l'Elysée, de dissoudre l'Assemblée nationale et d'organiser des élections législatives à la proportionnelle intégrale pour sortir de la crise. «J'ai exprimé ma position : à savoir qu'aucun QCM référendaire (ndlr: Questionnaire à choix multiples) ni autre grand débat ne réglera le problème de cette crise de représentativité», a déclaré la présidente du Rassemblement national à l'issue d'un entretien de plus d'une heure à l'Elysée.

18h21

La rencontre de Luigi Di Maio, vice-Premier ministre italien et chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), avec des gilets jaunes en France est «une nouvelle provocation» qui n'est «pas acceptable», a réagi le ministère français des Affaires étrangères. «Cette nouvelle provocation n'est pas acceptable entre pays voisins et partenaires au sein de l'Union européenne», a commenté un porte-parole du Quai d'Orsay lors d'un point presse électronique, sur fond de tensions récurrentes entre Rome et Paris.

16h27

La décision sur la tenue ou non d'un référendum pour répondre à la crise des gilets jaunes sera «vraisemblablement» prise à l'issue du grand débat qui doit continuer jusqu'à la mi-mars, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

16h18

22 députés LREM emmenés par François Jolivet et Jean-François Cesarini, ont proposé mercredi, comme contribution au grand débat national, un «nouvel ISF»å que paieraient ceux refusant d'investir dans les PME. «Nous sommes d'accord avec le gouvernement sur la nécessité de ne pas rétablir l'ISF tel qui était. Cependant, il nous appartient de veiller au respect de l'esprit de la proposition du candidat Emmanuel Macron à la présidence de la République, c'est-à-dire de faire de cet impôt un impôt utile au service de l'économie», affirment-ils dans un communiqué, cosigné par Sonia Krimi, Martine Wonner, Laurianne Rossi et encore Yves Daniel.

15h02

Une centaine de personnalités réclament à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, de «lever le voile» sur «le nombre de manifestants et de membres des forces de l'ordre» hospitalisés depuis le début du mouvement des gilets jaunes, dans une tribune publiée mercredi sur Mediapart. Parmi les signataires, le journaliste Edwy Plenel, l'écrivaine Annie Ernaux, l'acteur Swann Arlaud ou encore la cinéaste Dominique Cabrera qui, aux côtés de syndicalistes, de sociologues, etc., dénoncent «l'épisode de répression le plus violent depuis 1968» à l'oeuvre selon eux «dans les rues de France». 

13H37

La préfète de l'Ardèche Françoise Souliman a porté plainte après l'incident qui l'a opposée à des manifestants, appelés à défiler par la CGT, et des gilets jaunes mardi à Aubenas, lors duquel un pneu de son véhicule a été crevé, et une personne a été interpellée, selon son cabinet.

13H27

Le président de la République à la rencontre de la jeunesse. Le débat se déroulera dans le gymnase d'Etang-sur-Arroux, une commune d'environ 2.000 habitants à une quinzaine de kilomètres d'Autun (Saône-et-Loire). Prendront place autour du président des jeunes de 15 à 25 ans: des lycéens d'Autun, du Creusot ou de Montceau-les-Mines, des apprentis, des élèves de CFA et d'IUT, ainsi que des volontaires du service civique, selon l'Elysée.

MARDI 5 FEVRIER

21h30

Un motard de 63 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Nîmes à deux mois de prison ferme pour avoir foncé sur des gendarmes le 12 janvier lors d'une manifestation inter-régionale de gilets jaunes à Nîmes. L'homme, qui n'avait jamais fait parler de lui au niveau judiciaire, a été reconnu coupable de violence aggravée sur personne dépositaire de l'autorité publique.

21h04

Une trentaine d'associations ont été reçues mardi à Matignon par Édouard Philippe pour une réunion de suivi du grand débat, durant laquelle les participants ont notamment exprimé leurs attentes sur «l'après». L'exécutif a entrepris un vaste tour de consultations cette semaine : Emmanuel Macron accueille à l'Élysée chefs de groupes parlementaires et de partis tandis que son Premier ministre doit écouter les partenaires sociaux mercredi.

19h19

Selon la CGT, «près de 300.000 personnes», dont de nombreux gilets jaunes, ont manifesté dans 200 villes de France. 

17h18

La manifestation parisienne a réuni 30.000 manifestants, selon la CGT, et 18.000 selon la préfecture de police. 

17h09

Luigi Di Maio vice-Premier ministre italien et chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), a annoncé avoir rencontré des responsables des gilets jaunes. «Aujourd'hui (...) nous avons fait un saut en France et nous avons rencontré le leader des gilets jaunes Christophe Chalençon et les candidats aux élections européennes de la liste RIC d'Ingrid Levasseur», a-t-il indiqué sur les réseaux sociaux.

17h01

La loi «anti-casseurs» a été adoptée à l'Assemblée nationale par 387 voix contre 92. 

Preuve de la polémique suscitée par cette loi, 50 députés LREM se sont abstenus lors du vote. 

15h55

Des affrontements ont éclaté entre forces de l'ordre et manifestants, près de la place de la Concorde à Paris. 

15h10

Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler mardi après-midi à Paris contre la politique de l'exécutif à l'appel principalement de la CGT et avec la participation de gilets jaunes. «Aujourd'hui c'est un succès qui en appelle d'autres», s'est réjoui le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, voyant dans la fermeture de la Tour Eiffel, dont les salariés ont répondu à l'appel à la grève du syndicat, le symbole «d'une journée de réussite».

14h09

Les Français ont dépensé 92,6 milliards d'euros pour leurs achats sur internet en 2018, une augmentation de 13,4% sur un an, malgré un «fléchissement» en décembre dû au mouvement des gilets jaunes, a annoncé mardi la fédération du secteur. La part de marché du commerce en ligne, ou «e-commerce», dans les ventes globales en France a progressé d'un point, à 9,4%.

12H54

La tour Eiffel a précisé, sur Twitter, que l'accès aux visiteurs n'était pas possible pour le moment.

12H36

Les accès à l'aéroport de Nantes (Loire-Atlantique) sont bloqués, l'A62 est saturée au nord de Toulouse, et des manifestations perturbent les transports publics à Grenoble. La CGT organise, mardi 5 février, une «grève nationale de 24 heures» et des manifestations, pour réclamer hausse des salaires et justice fiscale. Les syndicats Solidaires et FO, le parti de La France Insoumise, mais aussi des «gilets jaunes» sont également à ses côtés.

De nombreux préavis de grève ont été déposés, notamment dans la fonction publique (DGCCRF), à la RATP ou à la SNCF.

Sur son site, la CGT liste les différents cortèges prévus dans le pays.

12h18

Interdictions administratives de manifester, délit de dissimulation du visage: l'Assemblée devrait adopter mardi, par un large vote, la proposition de loi LR «anticasseurs», que la majorité a largement remaniée, sans convaincre tous les «marcheurs» dont certains vont s'abstenir.

08H25

La CGT organise ce mardi une «grève nationale de 24 heures» et des manifestations pour réclamer hausse des salaires et justice fiscale, avec à ses côtés Solidaires, des syndicats FO, la France Insoumise, mais aussi des «gilets jaunes».

Vous aimerez aussi

Les trois «gilets jaunes» ont été légèrement blessés par une voiture qui a tenté de traverser leur manifestation. (Image d'illustration).
Mouvement social «Gilets jaunes» : un véhicule percute des manifestants à Rouen, trois personnes blessées
Manifestation de «gilets jaunes», à Marseille, le 9 février 2019 [GERARD JULIEN / AFP/Archives]
mobilisation Les «gilets jaunes» de retour dans la rue pour les trois mois du mouvement
Gilets jaunes : les commerçants de Bordeaux à bout
Mouvement social Gilets jaunes : les commerçants de Bordeaux à bout

Ailleurs sur le web

Derniers articles