Le représentant du pape en France visé par une enquête pour «agressions sexuelles»

Mgr Ventura est en poste depuis 2009 à Paris.[REMY GABALDA / AFP]

Le représentant du pape en France, Mgr Luigi Ventura, est visé par une enquête pour «agressions sexuelles», ouverte le 24 janvier par le parquet de Paris, a-t-on appris ce vendredi 15 février. 

La mairie de Paris avait signalé la veille au parquet, en vertu de l'article 40 du code de procédure pénale, qu'un jeune cadre municipal s'était plaint d'attouchements répétés du prélat italien de 74 ans lors de la cérémonie des vœux à l'Hôtel de Ville le 17 janvier, selon des sources concordantes.

«Il y a eu un incident lors des voeux aux autorités diplomatiques et rapidement la décision a été prise de le signaler au procureur de la République», a déclaré Me Patrick Klugman, maire adjoint chargé des relations internationales.

«plusieurs Attouchements»

«Lors de ces voeux, un agent de la ville a été victime de manière répétée, par trois fois, d'attouchements sexuels, de mains aux fesses assez poussées, dont une fois devant témoin», a appris l'AFP dans l'entourage de la mairie. Le jeune homme d'une trentaine d'années en a fait part à sa hiérarchie. Il travaille à la délégation générale aux relations internationales (DGRI) de la mairie.

Diplomate de carrière du Vatican, Mgr Ventura est en poste depuis 2009 à Paris, chargé des relations du Saint-Siège avec les autorités françaises d'une part et avec les évêques de France d'autre part. «La nonciature n'a rien à confirmer», a-t-elle fait savoir à l'AFP. Compte tenu de ses fonctions, Mgr Ventura bénéficie de l'immunité diplomatique.

Vous aimerez aussi

Faits divers Paris : il vendait des passes d'accès d'immeubles à des cambrioleurs
Depuis l'été, l'affaire Benalla a donné lieu à l'ouverture de cinq procédures judiciaires distinctes et de nombreux rebondissements.
Justice Affaire Benalla : les sénateurs saisissent la justice, Edouard Philippe et Richard Ferrand les boycottent
Les surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe/Alençon, en grève depuis le 6 mars, ont voté mercredi la reprise du travail, qui ne sera effective qu'après une «fouille générale de l'établissement» (photo d'illustration).
Enquête Prison de Condé/Alençon : les surveillants votent la reprise du travail

Ailleurs sur le web

Derniers articles