Gilets jaunes, en direct : entre 1.000 et 2.000 manifestants à Lille

Comme chaque semaine depuis trois mois, les gilets jaunes se mobilisent de nouveau ce samedi 23 février à Paris et dans plusieurs villes de France.

18h01

D'après les journalistes de l'AFP, entre 1.000 et 2.000 manifestants sont réunis à Lille. Malgré quelques heurts avec les forces de l'ordre, le défilé s'est déroulé dans le calme. 

17h45

Quelques milliers de gilets jaunes, selon la police, ont défilé dans le calme à Bordeaux.  

17h30

La police annonce environ 2.000 manifestants à Rennes. Quelques affrontements ont eu lieu avec les forces de l'ordre rapporte l'AFP. «Quelques fonctionnaires ont été blessés légèrement», a appris l'agence de presse auprès de la préfecture d'Ille-et-Vilaine. 

16h44

2.500 manifestants à Clermont-Ferrand. Des heurts ont eu lieu avec les forces de l'ordre. Selon les organisateurs, ils seraient «de 5.000 à 6.000». 

16h30

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, 11.600 manifestants sont rassemblés en France dont 4.000 Paris. La mobilisation est en baisse. 

14h27

De 1.500 à 3.000 gilets jaunes ont commencé à défiler samedi après-midi, dans le cadre d'un rassemblement régional, à Clermont-Ferrand, barricadée pour l'occasion dans la crainte de la présence de casseurs parmi les manifestants.

12h50

Le cortège parisien de la manifestation des gilets jaunes s'est élancé de l'Arc de Triomphe, en direction du Trocadéro. 

12h45

Quelque 750 gilets jaunes selon les gendarmes, se trouvaient rassemblés sur la pelouse du château de Chambord (Loir-et-Cher), l'un des points de rassemblement désignés par le mouvement pour sa 15e grande mobilisation. Les premiers gilets jaunes ont commencé à affluer vers 11h devant le château de Chambord où ils ont prévu d'organiser un grand pique-nique.

Par mesure de sécurité, les accès au château ont été bloqués par des gendarmes et une centaine de gilets blancs, le service d'ordre interne des gilets jaunes, a constaté un journaliste de l'AFP. Une dizaine de gendarmes bloquaient les petits ponts qui permettent d'accéder au château.

11h25

Une centaines de personnes, dont des gilets jaunes, bloquaient samedi matin la plateforme Amazon de Toulouse, qui a été fermée, empêchant toute livraison.

10h41

La figure des gilets jaunes, Eric Drouet était présente au Salon de l'agriculture à Paris pour tenter d'«approcher» le président Emmanuel Macron, qui a inauguré l'événement et commencé une déambulation dans les allées de la manifestation. «Le dialogue a été rompu il y a un certain temps» et «on voulait voir si on pouvait s'approcher du Président», a affirmé Eric Drouet, sans son gilet jaune, à des journalistes de l'AFP. 

09h50

Le leader grenoblois des gilets jaunes Julien Terrier, et un autre membre actif du mouvement, ont été placés en garde à vue ce samedi matin. Les deux hommes sont «dans les locaux de la gendarmerie dans le cadre d'une enquête de flagrance», a précisé à l'AFP le procureur de la République. L'enquête a été ouverte pour «participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou dégradations» et «organisation d'une manifestation sur la voie publique sans déclaration préalable».

Julien Terrier et Jérôme Bouzendorffer avaient appelé cette semaine à une opération péage gratuit à Voreppe, sur l'autoroute A48, à l'occasion de l'acte 15 du mouvement national, alors que ce week-end de chassé-croisé s'annonce très chargé sur les routes.

05h01

La liste de La République en Marche alliée au MoDem (25%) arrive nettement en tête des intentions de vote aux élections européennes devant celle du Rassemblement national (19%), selon un sondage BVA. A trois mois du scrutin du 26 mai, le duo de tête se détache de toutes les autres formations : Les Républicains obtiennent 10% d'intentions de vote, devant les écologistes d'EELV (9%), La France insoumise (7,5%), Debout la France (6%) et le Parti socialiste (5%). Si le scrutin avait lieu dimanche, une liste des gilets jaunes recueillerait 4%, Générations 3% et les listes UDI et PCF 2% chacune.

Vendredi 22 février

23H16

Alors que le salon de l'agriculture s'ouvre ce samedi à Paris, l'idée de voir des gilets jaunes autour du parc des expositions de la porte de Versailles fait son chemin. Sur Facebook, Eric Drouet a évoqué cette possibilité sur son groupe «la france en colere !!!».

22H32

A Saint-Josse, près du Touquet (Pas-de-Calais), Tiphaine Auzière, l’une des filles de Brigitte Macron, a organisé vendredi soir un débat avec un ancien «gilet jaune», Cyril Gest, pour «trouver des solutions», comparant ce mouvement aux débuts d’En Marche. Le mouvement des 'gilets jaunes', «ça me rappelle parfois le lancement du mouvement En Marche !, ce sont finalement des citoyens qui, sans aucune étiquette politique connue, décident de faire valoir des revendications, des envies, des propositions, et qui tentent de trouver une manière de se faire entendre», a-t-elle déclaré.

21H58

Toujours dans le livre de Cyril Graziani et Cécile Amar, paru ce jeudi chez Plon, on apprend qu'Emmanuel Macron aurait dû se rendre sur un rond-point pour rencontrer des gilets jaunes le 23 novembre, une semaine seulement après la naissance du mouvement.

19H12

Les gilets jaunes toulousains se retrouveront sur les allées Jean-Jaurès en début d’après-midi. Les organisateurs promettent beaucoup de monde car «toutes les villes aux alentours se coordonnent depuis des semaines pour cette énorme mobilisation à Toulouse».

16H23

Les gilets jaunes ont prévu deux manifestations, et trois rassemblements à Paris. Deux manifestations devraient avoir lieu, aux Champs-Elysées et au Trocadéro.

14h40

Les syndicats de police de Bordeaux, place forte des gilets jaunes et théâtre chaque samedi de heurts violents, ont saisi vendredi leurs autorités nationales sur la situation «critique» et la «lassitude» des policiers, réclamant des moyens de lutte plus efficaces contre «la guerilla urbaine».

Dans une lettre commune, remise à Bordeaux au Directeur général de la police nationale Éric Morvan et au Directeur central de la Sécurité publique Jean-Marie Salanova, les branches locales des syndicats Alliance et Unsa-Police ont démandé à être associées, au sein de «cellules de concertation», à la définition d'une stratégie de «réponse précise et cohérente» aux exactions. «Nous tenons absolument à vous rapporter la lassitude morale et physique de nos agents, qui outre le fait d'exposer leur intégrité physique, sont largement stigmatisés dans les médias, ou sur les réseaux sociaux», indique la lettre, remise à MM. Morvan et Salanova en marge de la cérémonie d'installation du nouveau directeur départemental de la sécurité publique de Gironde, Patrick Mairesse.

12h04

Le gilet jaune Maxime Nicolle, aka FlyRider, risque (encore) de s'attirer quelques ennuis. Il a déclaré dans une nouvelle vidéo postée sur les réseaux sociaux : «C'est le sionisme qui est raciste, pas l'antisionisme. C'est raciste, c'est même pire que ça, parce que quand on s'y intéresse, c'est vraiment déguelasse. C'est l'Etat qui dit qu'on peut être raciste, mais pas avec n'importe qui. On peut être raciste envers les roux, par exemple, ou avec une certaine catégorie de personnes à partir du moment où c'est dit par une idéologie sioniste».

06h56

Quatre personnes suspectées d'avoir participé mi-décembre à un incendie de la zone de péage sud de Narbonne ont été placées jeudi en détention provisoire. L'incendie impliquant les quatre suspects âgés de 29, 30, 36 et 37 ans avait eu lieu le 15 décembre en marge de l'acte 7 des gilets jaunes, soit deux semaines après un autre feu plus important qui avait endommagé la même barrière de péage de Narbonne sud, à la sortie de l'autoroute A9. 

Jeudi 21 février

23H02

Emmanuel Macron estime que le mouvement des «gilets jaunes» traduit «un gigantesque échec collectif» dont il dit prendre sa part, dans le livre «Le peuple et le président» (Plon) paru jeudi. Le chef de l'Etat a accordé début janvier une longue interview aux auteurs, qui retracent l'explosion de la crise à travers les témoignages de ceux qui manifestent pour la première fois, de policiers attaqués, de figures du mouvement et de responsables politiques.

19H17

L'homme soupçonné d'avoir proféré des injures à caractère antisémite envers le philosophe Alain Finkielkraut, en marge d'une manifestation parisienne de «gilets jaunes» samedi dernier, est convoqué devant le tribunal correctionnel de Paris le 22 mai pour y être jugé, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Le suspect avait été placé en garde à vue mardi soir à Mulhouse (Haut-Rhin) après avoir répondu à une convocation de la police judiciaire, dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet de Paris dimanche pour «injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion». Il a été remis jeudi en liberté.

15H38

Revendication phare des gilets jaunes, le référendum d'initiative citoyenne (RIC) tel que proposé par les Insoumis a été rejeté sans ambages jeudi à l'Assemblée, le groupe se voyant accusé par gouvernement et majorité de «récupération politique».

13H46

L'ancien Premier ministre Manuel Valls a estimé jeudi qu'il aurait fallu interdire des manifestations de gilets jaunes au vu selon lui des actes antisémites perpétrés en marge des rassemblements, pour «frapper fort et dur dès le début».

MERCREDI 20 FÉVRIER

21H30

Dans les rues de Clermont-Ferrand, à l'approche du 23 février, la psychose s'installe. Pour le 15ème samedi de mobilisation consécutif, de nombreux gilets jaunes et casseurs pourraient investir la ville. Mais cette mobilisation est loin d'être certaine.

17H47

L'homme soupçonné d'avoir proféré des injures à caractère antisémite envers le philosophe Alain Finkielkraut, samedi en marge d'une manifestation parisienne de «gilets jaunes», était toujours en garde à vue mercredi après-midi à Mulhouse, a-t-on appris de source proche du dossier.

Il avait été placé en garde à vue mardi soir, des sources proches du dossier précisant qu'il avait répondu à une convocation des enquêteurs en se rendant à 19H30 à l'antenne mulhousienne de la police judiciaire.

Le parquet avait ouvert dimanche une enquête préliminaire pour «injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion». Ces injures ont suscité une vague de condamnations par l'ensemble de la classe politique.

15h15

Un millier de «gilets jaunes» français ont manifesté dans le calme mercredi matin à Genève, en face du siège de l'ONU, pour protester contre les violences qu'ils affirment subir de la part des forces de l'ordre en France.

Rassemblés sur la place des Nations, qui fait face au Palais des Nations, le siège européen de l'ONU, les manifestants étaient encadrés par des gilets orange chargés de la sécurité, sous l'oeil vigilant, mais discret, de la police genevoise restée à distance. 

Des groupes de discussion ont été organisés sur la place, au milieu des drapeaux français et régionaux et des pancartes dénonçant la «dictature» en France ou les lanceurs de balles de défense LBD40, fabriqués en Suisse.

La plupart des manifestants étaient arrivés en provenance des départements frontaliers, à l'appel d'un Savoyard âgé de 30 ans, habitant à Albertville (Alpes françaises), Nicolas Mollier. 

Dans un entretien paru dans le journal La Tribune de Genève, ce formateur employé dans un lycée de Chambéry (également dans les Alpes françaises) avait déclaré s'attendre à la présence de plusieurs milliers de "gilets jaunes" dans ce lieu symbolique, afin d'attirer l'attention de l'ONU.

Les manifestants n'ont pas été autorisés à pénétrer dans l'enceinte du Palais des Nations, mais selon l'agence de presse ATS, une petite délégation dirigée par l'avocat français Farid Faryssy a été reçue au Haut-Commissariat aux droits humains, sur les bords du lac Léman. 

10h48

Comme prévu, Christophe Dettinger est sorti de prison dans la matinée. De nombreux proches l'attendaient.

000_1dn2rn.jpg

09h43

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNEWS et Sud Radio, la liste gilets jaunes est créditrée de 3% aux prochaines élections européennes. Elle a perdu 4,5 points en un mois et demi.

06h17

Deux gilets jaunes ont été interpellés mardi à Rennes par le Raid. Ils auraient commis d'importantes dégradations le 2 février dans les rues rennaises.

MARDI 19 FEVRIER

23H48

Selon les organisateurs du rassemblement contre l'antisémitisme, les manifestants étaient 20.000 place de la République à Paris. D'autres manifestations ont été organisées dans de nombreuses villes de France. A Lyon comme à Lille et Marseille, plus d'un millier de personnes se sont ainsi réunies.

21H30

Quelque centaines de manifestants, dont certains portant des gilets jaunes, protestaient mardi devant le Parlement fédéral d'Ottawa contre la politique énergétique du gouvernement de Justin Trudeau, et notamment sa taxe carbone, réclamant également une réduction de l'immigration.

20H32

L'ex-boxeur Christophe Dettinger, condamné à un an de prison ferme, aménageable en semi-liberté, et 18 mois de sursis avec mise à l'épreuve pour avoir frappé deux gendarmes lors de l'acte 8 des «gilets jaunes», doit sortir de prison mercredi, a-t-on appris auprès de son avocate. Incarcéré à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), «il sortira demain (mercredi, ndlr) dans la journée», a indiqué Me Laurence Léger à l'AFP, précisant que son client «ne souhaite pas s'exprimer. Il sera entouré de sa famille. Il ne souhaite pas être filmé, ni ses enfants qui seront présents».

18H34

Un employé du dépôt de préparation de colis d'Amazon, à Saran, prés d'Orléans, a demandé mardi aux prud'hommes d'annuler le licenciement dont il a été l'objet après avoir lancé sur Facebook un appel au blocage de l'entreprise, a-t-on appris auprès de ses avocats.

17H50

Les maires doivent remettre mercredi aux préfets les «cahiers de doléances» ouverts dans leurs mairies pour permettre aux Français de s'exprimer, a indiqué mardi la mission du grand débat. Ces cahiers ouverts «dans 10.000 mairies» seront transmis à la Bibliothèque nationale (BNF) chargée de référencer, d'indexer et de numériser leurs contenus. Un consortium spécialisé dans le traitement des données de masse se chargera ensuite de les analyser.

17H30

Une enquête a été ouverte après l'explosion lundi soir d'une bombe artisanale devant un centre des impôts de Villeneuve-les-Avignon (Gard), qui n'a pas fait de dégât ni de victime, selon des sources concordantes. L'explosion a eu lieu peu après 22h devant un centre des finances publiques situé dans le centre-ville de cette commune située au bord du Rhône, sur la rive opposée à Avignon, a indiqué à l'AFP une source policière.

16H20

Emmanuel Macron a promis mardi des actes «forts, clairs» mais aussi de légiférer contre l'antisémitisme, visitant le cimetière de Quatzenheim (Bas-Rhin) où 96 tombes ont été découvertes profanées le jour-même où la France se lève pour dire «Ça suffit !» face à la multiplication des actes antisémites. «On prendra des actes, on prendra des lois et on punira», a énoncé le chef de l'État qui portait la kippa pour se recueillir devant les stèles couvertes de croix gammées.

11h03

Une centaine de personnes, essentiellement des gilets jaunes, ont perturbé dès l'aube la raffinerie Total de Donges près de Saint-Nazaire. Un appel à des actions ciblant des dépôts et raffineries pétroliers a été lancé par des gilets jaunes pour la journée de mardi. A Donges, l'appel visait à bloquer le site à partir de quatre heures du matin et les manifestants étaient 120 à cette heure-là, selon la gendarmerie.

09h07

Les manifestants radicaux sont «plus nombreux» en proportion aujourd'hui parmi les gilets jaunes qu'au début du mouvement, mais n'ont pas mis la main sur le mouvement, a affirmé mardi le patron de la DGSI Nicolas Lerner dans une interview au Parisien.

7h21

Edouard Philippe appelle à être «totalement déterminé» contre l'antisémitisme «très profondément enraciné» dans la société française, ajoutant qu'il serait «faux et absurde de dire que le mouvement des gilets jaunes est antisémite», dans un entretien à l'Express publié mardi. «L'antisémitisme est très profondément enraciné dans la société française. On aimerait penser le contraire, mais c'est un fait», affirme le chef du gouvernement. «Il serait faux et absurde de dire que le mouvement des gilets jaunes est antisémite», selon lui. Mais «à l'occasion de la crise des gilets jaunes un certain nombre de garde-fous ou de digues sont tombés», dit-il.

lundi 19 février

21H30

Les manifestations non déclarées doivent être «interdites» et engendrer «des poursuites», a réclamé lundi le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez, qui accuse l'exécutif de ne pas parvenir à «rétablir l'autorité» après trois mois de manifestation des «gilets jaunes».

19H45

Des députés membres du groupe d'études de l'Assemblée nationale sur l'antisémitisme veulent pénaliser l'antisionisme, une proposition qui suscite des réserves dans les rangs du gouvernement. «On veut pénaliser l'antisionisme, sujet sur lequel nous travaillons depuis plusieurs mois», a déclaré lundi à l'AFP le président du groupe d'études, Sylvain Maillard (LREM), confirmant une information de franceinfo.

18H56

Matignon a annoncé que le Premier ministre Edouard Philippe va participer au rassemblement contre l'antisémitisme demain, à Paris.

Outre Edouard Philippe, au moins 18 membres du gouvernement seront également présents, selon un décompte gouvernemental provisoire transmis à l'AFP.

17H19

Le Rassemblement National a annoncé qu'il ne défilerait pas contre l'antisémitisme mardi 19 février, aux côtés des autres partis politiques, mais a annoncé qu'il rendrait un hommage séparé.

Le parti «n'entend pas défiler aux côtés de formations et de dirigeants politiques qui soit n'ont rien fait depuis trente ans contre l'implantation des réseaux islamistes dans les quartiers, soit les ont encouragés, soit même entretiennent à leur égard un double langage irresponsable et criminel», a-t-il détaillé dans un communiqué.

«C'est donc en dehors de cette manifestation-instrumentalisation que les élus du Rassemblement national et (la présidente) Marine Le Pen rendront hommage aux victimes des actes antisémites en prenant l'initiative de gestes à haute portée symbolique», a ajouté le parti.

16H58

Plusieurs partis politiques ont appelé à une marche contre l'antisémitisme, pour répondre à la recrudescence des agressions antisémites ou encore à la découverte d'une série de tags haineux. Dans cet article, CNews vous dit où et quand aura lieu cette marche.

15H49

Emmanuel Macron continue cette semaine ses consultations dans le cadre du grand débat en recevant jeudi les présidents des conseils départementaux, mais il n'effectuera pas de déplacement en province, a-t-on appris auprès de l'Élysée.

Le chef de l'Etat invite jeudi à déjeuner à l'Élysée les représentants des 96 départements de la métropole pour un «débat libre» sur «leurs attentes et leurs préoccupations», indique l'Élysée.

14h02

Les Républicains (LR) ont une nouvelle fois appelé lundi au «retour à l'ordre» après la quatorzième journée de mobilisation des «gilets jaunes», dénonçant un «effet de contemplation» de l'exécutif qui n'aurait pas la «détermination suffisante» pour ramener le calme. 

«Nous demandons au président de la République qu'il mette tout en œuvre pour le retour» à «l'ordre républicain et à l'ordre économique», a déclaré Laurence Sailliet, porte-parole du parti, lors d'un point-presse. 

13h41

L'enquête ouverte à Lyon sur l'attaque d'un fourgon de police samedi en marge d'une manifestation inclut un autre caillaissage survenu dans les mêmes circonstances, a indiqué le parquet.

Selon Le Progrès, un premier fourgon de la CRS autoroutière, chargé de sécuriser les lieux, a été pris pour cible, des jets de pierre brisant sa vitre. La seconde attaque, filmée, est survenue une demi-heure plus tard. 

12h24

Le président de la République Emmanuel Macron ne participera pas au rassemblement contre l'antisémitisme organisé mardi à Paris par quatorze partis politiques, mais des membres du gouvernement iront, a indiqué lundi l'Elysée.

11h21

«Ce n'est pas un rassemblement contre l'antisémitisme, c'est des partis politiques au pouvoir depuis trente ans qui n'ont strictement rien fait face à la montée de l'islamisme qui ont décidé de faire un petit coup de comm'», a réagi Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national pour les élections européennes, à propos du rassemblement  contre l'antisémitisme organisé mardi par 14 formations politiques .

10h52

Le chef de file des députés LREM Gilles Le Gendre s'est dit lundi opposé à une «interdiction générale des manifestations» des gilets jaunes, comme la réclame le député LR Eric Ciotti. Interrogé sur la possibilité d'une telle interdiction, le député de Paris a répondu sur Radio Classique: «Non, le droit à manifester est un droit constitutionnel, nous ne pouvons pas». «Ciotti a tort dans l'esprit d'une interdiction générale des manifestations en ce moment. Nous, nous sommes beaucoup plus respectueux des libertés publiques», a-t-il ajouté. «En même temps, c'est l'objet de la loi anticasseurs, nous nous donnons les moyens de prévenir les violences en empêchant ceux qui les commettent et que le ministère de l'Intérieur et la police connaissent parfaitement, en les empêchant de manifester et de semer le trouble dans les manifestations», a argumenté M. Le Gendre.

09h22

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a appelé lundi Emmanuel Macron à participer, pour «incarner la République», au rassemblement contre l'antisémitisme organisé mardi par quatorze partis politiques. «Je souhaite que le président de la République soit présent pour manifester, pour incarner la République et dire que la République condamne fermement, définitivement, de manière absolue, toute forme de haine et notamment l'antisémitisme», a déclaré sur RTL le chef du PS, à l'origine de cette initiative. 

08h50

Suite aux insultes antisémites visant Alain Finkielkraut,  un groupe de gilets jaunes, «Le conseil national de la Résistance gilets jaunes», organise un rassemblement contre l’antisémitisme ce lundi à 18h place de la République. 

06H14

La presse nationale dénonçait de façon unanime les dérives du mouvement des gilets jaunes. C'est devenu «un défouloir», regrette Paul Caraci dans Midi Libre. Pour Stéphane Siret, de Paris-Normandie, «le mouvement poursuit sa mue vers une forme évidente de radicalisation» . Dans L'Est Républicain, Sébastien Georges remarque qu'«une partie de ceux qui manifestent n'a plus rien à voir avec le peuple présent sur les ronds-points le 17 novembre». «Que retient-on de ce quatorzième samedi de manifestations si ce n'est la violente agression verbale dont a été l'objet Alain Finkielkraut?», se demande Cécile Cornudet dans Les Echos.

DIMANCHE 17 FEVRIER

20h 

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a appelé dimanche à ce que les manifestations des gilets jaunes s'arrêtent, critiquant vivement la «radicalisation» du mouvement et les propos antisémites contre le philosophe Alain Finkielkraut samedi.

16h30

L'aide-soignante gilet jaune Ingrid Levavasseur a été prise à partie lors de la manifestation des gilets jaunes dimanche à Paris. Insultée, la Normande a été expulsée de la manifestation. 

15h25

Quelques centaines de personnes ont descendu les Champs-Elysées, ce dimanche, avant de se rendre dans le calme sur le Champs de Mars, dans le 7e arrondissement.

08h01

Ce dimanche 17 février, une manifestation et trois rassemblements ont été déclarés à la préfecture. La marche partira à partir de 13 heures, avenue des Champs-Elysées et effectuera une boucle en passant par les Invalides, l'Ecole Militaire et la Motte-Piquet-Grenelle, pour revenir sur les Champs vers 17 heures.

Concernant les rassemblements, ils auront lieu tous les trois place de la République, entre 14 et 22 heures.

Samedi 16 février

22h50

Selon la préfecture de police, 26 personnes ont été interpellées à Paris, et parmi elles, 15 ont été placées en garde à vue d'après le parquet de Paris. 

21h12

2.000 personnes ont défilé dans une ambiance familiale, à Pontivy (Morbihan) à l'occasion de la manifestation bretonne des «gilets jaunes». Quelques échauffourées ont cependant éclaté en fin de cortège.

Une centaine de personnes ont voulu rester dans le centre-ville et les forces de l'ordre ont dû faire usage de la force pour les disperser, selon la préfecture. 

19h36

La permanence du député de la Sarthe, Damien Pichereau (LREM) a été complètement «saccagée» samedi après-midi au cours d'une manifestation de «gilets jaunes» au Mans, a-t-il indiqué à l'AFP.

«C'est un saccage en bonne et due forme avec plusieurs milliers d'euros de frais», a déclaré M. Pichereau, citant la destruction de matériel informatique, du mobilier et de la vitrine de sa permanence.

«C'est un petit groupe de casseurs, intégrés au cortège des gilets jaunes, qui a agi extrêmement vite et avec beaucoup de violence», a-t-il décrit, relatant les dires de témoins de la scène. «Un niveau complet de la permanence a été complètement détruit. Heureusement, il n'y avait personne à l'intérieur car samedi la permanence est fermée», a-t-il ajouté.

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) a exprimé sur Twitter son «soutien total au député @DamienPichereau». 

19h15

Le ministère de l'Intérieur a compté 41.500 manifestants en France contre 51.400 la semaine dernière. Ce samedi, 5.000 personnes se sont mobilisées à Paris pour l'acte 14 du mouvement. 

18H39

Les «gilets jaunes» sont actuellement bloqués aux abords des Champs-Elysées, à Paris. 

18h00

16 personnes ont été interpellées à Paris, depuis le début de journée en marge de la manifestation des «gilets jaunes». 

17H10

Un véhicule a percuté des manifestants à Rouen, vers 16h30. Trois personnes auraient été blessées, selon le Parisien. 

16H50

Le cortège parisien est atuellement bloqué aux Invalides, dans le 7e arrondissement de la capitale. Des altercations avec les forces de l'ordre ont eu lieu. Des manifestants ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogène. 

16h03

Selon le ministère de l'Intérieur, on comptabilisait 10.200 manifestants en France, à 14h, dont 3.000 à Paris. 

14H41

Le cortège parisien, qui compte plusieurs milliers de personnes, se trouve sur la rue Saint-Jacques, selon un journaliste de France 2 sur place. Les manifestants remontent vers la Sorbonne, le Panthéon et le jardin du Luxembourg, où se trouve le Sénat.

12H49

Présent dans la manifestation à Paris, Jérôme Rodrigues a promis d'autres journées de mobilisation, «tant qu'on ne sera pas écoutés». «On est là, on manifeste, c'est notre droit le plus strict. (...) On n'est pas écoutés donc on continuera à marcher», a-t-il lancé

11h29

Plusieurs centaines de «gilets jaunes» se sont regroupés sur la place de l'Etoile, à Paris. Les forces de l'ordre sont également présentes en haut de l'avenue des Champs-Elysées.

09H58

A Paris, le parcours prévoit de descendre les Champs-Elysées et de passer rive gauche devant l’Assemblée nationale, le ministère du travail et le siège du Mouvement des entreprises de France (Medef), avant de rallier le Champ-de-Mars. 

A Bordeaux et à Toulouse, autres places fortes de la contestation, des rassemblements sont prévus en début d’après-midi samedi, préludes à des défilés

08H22

Trois mois de manifestations, un mouvement toujours aussi éparpillé et un début de lassitude qui gagne l'opinion: pour leur acte 14, les «gilets jaunes» veulent agir tous azimuts samedi mais aussi dimanche avec des moyens d'action et des mots d'ordre parfois différents.

Vendredi 15 février

22h40

Après 13 samedis de mobilisation des gilets jaunes, les commerçants de Bordeaux sont inquiets pour l'avenir de leur commerce.

21h35

«Il faut qu'on se parle, qu'on se réconcilie», a exhorté Brigitte Macron, interrogée lors d'un déplacement à Bar-le-Duc (Meuse) sur le thème du patrimoine. «Je pense qu'il faut qu'on se parle, qu'on se réconcilie, parce que, franchement, on a tout à faire ensemble, j'en suis persuadée», a dit devant la presse la Première dame, qui ne s'est exprimée sur le sujet qu'en de très rares occasions depuis le début du mouvement en novembre.

17h40

Interpellé mercredi à son domicile à Grenoble, un gilet jaune porteur d'explosifs âgé de 26 ans a été placé sous contrôle judiciaire ce vendredi. Il comparaissait  devant le tribunal correctionnel.

16h34

Les gilets jaunes seront demain dans la rue pour le 14e samedi consécutif. Voici tout ce qu'il faut savoir sur cette nouvelle journée de mobilisation.

16h31

Pour rappel, le délibéré du procès d'Eric Drouet sera rendu le 29 mars.

14H08

Le président des Républicains Laurent Wauquiez a demandé à l'exécutif de «faire montre de courage et de fermeté» à la veille d'un possible acte 14 des «gilets jaunes».

«Il est temps de faire montre de courage et de fermeté. Le gouvernement a la responsabilité de tout mettre en oeuvre pour obtenir un retour au calme. Les Français sont en droit d'attendre du président de la République et de son gouvernement qu'ils assurent le maintien de la sécurité dans nos villes», écrit M. Wauquiez dans un communiqué.

11h56

Un mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende ont été requis à l'encontre d'Eric Drouet lors de son procès au tribunal correctionnel de Paris. 

10h49

Un groupe d'experts des droits de l'homme des Nations unies a publié un communiqué dénonçant les restrictions graves» au droit de manifester en France, estimant que «les autorités devraietn repenser leurs politiques en matière de maintien de l'ordre pour garantir l'exercice des libertés».

«Depuis le début du mouvement de contestation en novembre 2018, nous avons reçu des allégations graves d’usage excessif de la force. Plus de 1700 personnes auraient été blessées à la suite des manifestations dans tout le pays» ont déclaré les experts.

«Les restrictions imposées aux droits ont également entraîné un nombre élevé  d'interpellations et de gardes à vue, des fouilles et confiscations de matériel de manifestants, ainsi que des blessures graves causées par un usage disproportionné d’armes dites 'non-létale' telles que les grenades et les lanceurs de balles de défense ou 'flashballs' ont-ils ajouté. Garantir l’ordre public et la sécurité dans le cadre de mesures de gestion de foule ou d’encadrement des manifestations implique la nécessité de respecter et de protéger les manifestants qui se rendent pacifiquement à une manifestation pour s’exprimer».

«Nous sommes conscients du fait que certaines manifestations sont devenues violentes et ont entrainé des débordements, mais nous craignons que la réponse disproportionnée à ces excès puisse dissuader la population de continuer à exercer ses libertés fondamentales. Il est très inquiétant de constater qu'après des semaines de manifestations, les restrictions et tactiques de gestion des rassemblements et du recours à la force ne se sont pas améliorées», concluent-ils. 

10h05

Des gilets jaunes ont tenté de bloquer jeudi soir le siège des Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA) à Strasbourg où est imprimé le quotidien régional, indique ce vendredi le journal sur son site.

10h04

Le procès d'Éric Drouet s'est ouvert au tribunal correctionnel de Paris. Le parquet a immédiatement demandé le renvoi mais le tribunal a décidé de retenir l'affaire.

08h20

Eric Drouet est arrivé au tribunal, accompagné de Jérôme Rodrigues. 

07h20

Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, dénonce sur CNEWS «l'appel à l'insurrection» lancé par Christophe Chalençon, l'une des figures des gilets jaunes. «C'est clairement insupportable», a-t-il souligné au micro de Jean-Pierre Elkabbach. 

Jeudi 14 février

21h07

Le Premier ministre Édouard Philippe était ce jeudi dans le Finistère pour participer à une réunion dédiée aux questions rurales.

21h

Quatre manifestants gilets jaunes soupçonnés d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier, ou d'avoir participé à la scène, seront jugés le 13 mars. Dans l'intervalle, le jeune homme qui a reconnu avoir conduit l'engin restera en détention, tandis que deux autres hommes et une femme ont été placés sous contrôle judiciaire.

19h21

La figure des gilets jaunes Jérôme Rodrigues, blessé à un oeil lors d'une manifestation à Paris, et trois autres manifestants blessés ont déposé plainte jeudi pour violences volontaires avec arme par les forces de l'ordre, a-t-on appris auprès de leur avocat.

Elles ont également porté plainte contre le Préfet de police de Paris, Michel Delpuech, pour complicité. 

«Nous avons déposé ce jour devant le doyen des juges d'instruction auprès du Tribunal de grande instance de Paris quatre plaintes criminelles avec constitution de partie civile pour violences volontaires aggravées par personne dépositaire de l'autorité publique, en réunion et ayant entrainé une mutilation permanente ; et complicité de violences volontaires aggravées contre X et contre M. Delpuech, préfet de Paris», a déclaré à l'AFP Me Arié Alimi. 

Ces quatre plaintes concernent Jérôme Rodrigues, qui affirme avoir perdu l'usage de son oeil droit à cause d'un tir de lanceur de balle de défense (LBD) le 26 janvier à Paris, Sébastien Maillet, qui a eu la main arrachée samedi dernier selon lui par l'explosion d'une grenade près de l'Assemblée nationale, ainsi que Franck Bridon et Antoine Coste, qui affirment également avoir perdu un oeil à la suite de tirs de LBD lors de manifestations dans la capitale. 

17h51

L'employé de boulangerie de 32 ans qui avait fait le buzz en refusant de servir un policier lors de l'acte 12 des gilets jaunes, le 2 février, place de la République à Paris, a été condamné à 70 heures de travaux d'intérêt général pour outrage sur personne dépositaire de l'ordre public.

La vidéo le montrant empêchant le policier d'entrer dans son établissement parce qu'il portait une arme, avait fait le tour des réseaux sociaux. Les faits que lui reprochaient ce jeudi la justice n'apparaissent pas dans cette vidéo.

16h48

Plusieurs membres d'un groupe de gilets jaunes rassemblés devant une agence du Dauphiné Libéré à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) s'y sont introduits «pour apposer des affiches et lancer un projectile malodorant», a-t-on appris auprès de la préfecture. Deux d'entre-eux ont été interpellés par la police, venue disperser ce «rassemblement non déclaré», et ont été placés en garde à vue après qu'une journaliste venue leur demander de quitter les lieux «a été bousculée», a précisé la préfecture dans un communiqué.

16h11

Voici les principales déclarations faites par Emmanuel Macron devant les maires de l'Indre :

- «Nous allons mettre 15 milliards d'euros dans la formation des jeunes, pour remettre sur le marché du travail près de 2 millions de jeunes»

- «Il y a un avenir industriel dans le rural»

- «Nous sommes le seul pays européen qui n'a pas réglé le problème du chômage de masse»

14H28

Les députés européens ont condamné jeudi l'usage «disproportionné» de la force par la police dans les manifestations, une résolution inspirée par le débat français sur le recours aux lanceurs de balles de défense (LBD) au cours des manifestations des «gilets jaunes».

Dans cette résolution, votée par 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions, les députés ont «dénoncé le recours à des interventions violentes et disproportionnées de la part des autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques».

13H34

Un employé d'une boulangerie parisienne qui avait refusé de servir un policier le 2 février, en marge de la manifestation des «gilets jaunes», a été condamné mercredi à des travaux d'intérêt général (TIG), a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

L'homme a été condamné à Paris à 70 heures de TIG dans le cadre d'une «comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité» (CRPC), le plaider-coupable à la française, selon cette source. L'employé de 32 ans avait été placé en garde à vue mardi pour «refus de vente et outrage sur personne dépositaire de l'ordre public», selon une source policière, confirmant des informations de presse.

10h11

Maxime Nicolle, figure des gilets jaunes, a déposé plainte pour «menaces» et «entrave à la liberté de manifester» lors d'une manifestation à Toulouse en janvier.

09h33

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner indique qu'il y a 8.400 interpellations depuis le début du mouvement des gilets jaunes, et 7.500 ont été placées en garde à vue. 

09h22

Quatre des six personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier lors de la huitième journée de mobilisation des gilets jaunes, ont été déférées au parquet. 

Mercredi 13 février

22h42

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a indiqué mercredi qu'il était «opposé» à toute amnistie pour les gilets jaunes condamnés depuis le début du mouvement, qui a été émaillé à plusieurs reprises de violences. Interrogé à LCI et RTL par l'une des leaders des protestataires, Ingrid Levavasseur, quant à l'opportunité d'accorder une amnistie, le Premier ministre a rétorqué qu'«il n'en (était) pas question».

22h33

Christophe Castaner a réagi à la peine infligée à Christophe Dettinger.

22h15

Christophe Dettinger a été condamné à 30 mois de prison, dont 12 ferme aménageable en semi-liberté.

20h42

Le montant de la cagnotte en ligne pour les forces de l'ordre blessées lors des manifestations des gilets jaunes, lancée par le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur Renaud Muselier, sera remise jeudi matin aux Invalides, à Paris. Près de 1,4 million d'euros seront reversés à l'amicale de la police nationale, une «association d'entraide» qui oeuvre pour les gendarmes, policiers et sapeurs-pompiers

20h11

Environ 350 personnes ont défilé jeudi soir à Argenteuil (Val-d'Oise), en soutien à Sébastien Maillot, originaire de la ville, dont la main a été arrachée samedi lors de la manifestation parisienne des gilets jaunes.

19h53

3 ans de prison, dont 2 ferme, ont été requis contre Christophe Dettinger à son procès.

18h53

Au procès Dettinger, les plaidoiries sont en cours. 

18h28

Le soutien aux gilets jaunes s'effrite (-5) et une majorité de Français (56%) souhaite que le mouvement s'arrête pour la première fois depuis le début de la mobilisation, selon un sondage Elabe diffusé mercredi. Si le «soutien» ou la «sympathie» pour les gilets jaunes reste majoritaire au sein de la population (58%), c'est 5 points de moins en deux semaines, et 31% (+7) des Français se disent en «opposition/hostilité» au mouvement.

16h31

La justice interroge désormais Christophe Dettinger sur la série de coups de poings visant un CRS qui a massivement circulé sur les réseaux sociaux. Le boxeur avait indiqué dans sa vidéo d'excuse avoir réagi à des violences policières. Une version qui ne convainc pas pour le moment la présidente du tribunal.

 

15H26

Le procès de l'ex-boxeur «gilet jaune» Christophe Dettinger, jugé pour avoir violemment frappé deux gendarmes début janvier en marge de l'acte 8 du mouvement social, a débuté ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris.

L'ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers doit répondre devant le tribunal correctionnel de «violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique», un délit passible de sept ans d'emprisonnement.

15H25

Le gouvernement a promis mercredi un plan d'action pour les villes qui ont subi des dégradations liées au mouvement des «gilets jaunes», qui dure depuis près de trois mois, après une réunion avec des maires de plusieurs grandes villes.

«Nous avons décidé de travailler à un plan d'action global qui permettra de compléter les réponses apportées aux commerçants, qui tiendra compte de l'impact de ces manifestations sur le budget des villes et apportera aussi les réponses sécuritaires nécessaires», a déclaré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

14H20

Les élus des grandes villes affectées par la mobilisation des «gilets jaunes» réclament des mesures concrètes au gouvernement pour répondre aux préjudices subis, notamment par les commerçants, lors des manifestations.

«Des commerces sont à l'agonie, nous ne pouvons pas rester sans rien faire et les abandonner», écrit Jean-Luc Moudenc (LR), maire de Toulouse et président de France Urbaine, dans un communiqué diffusé à l'issue d'une réunion mercredi à Bercy avec les ministres concernés.

14H33

Toujours lors du Conseil des ministres, Emmanuel Macron a estimé que ce n'était «pas par une hausse de la fiscalité qu'on répondra à la colère», alors qu'un retour de la taxe carbone a été défendu par plusieurs membres de la majorité, selon le porte-parole du gouvernement.

«Le président a souligné que nous étions entrés dans ce moment, le 17 novembre dernier, suite à une hausse de la fiscalité et ce n'est sans doute pas par une hausse de la fiscalité qu'on répondra à la colère qui s'est exprimée», a déclaré le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, dont la «conviction, c'est plutôt moins d'impôt que plus d'impôt à l'issue de ce débat».

13H49

En Conseil des ministres, ce mercredi, Emmanuel Macron a estimé que «les démonstrations de violences» chaque samedi lors des manifestations des «gilets jaunes» «doivent cesser», jugeant que «le temps de la clarification républicaine» était venu.

«Cette clarification républicaine, c'est à la fois la fermeté absolue à l'égard de ceux qui pratiquent ces actes violents et la réaffirmation de nos principes intangibles qui font notre République», a précisé le chef de l'Etat selon des propos rapportés par le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux à l'issue du conseil.

12h15

Jérôme Rodrigues, figure du mouvement des «gilets jaunes», a annoncé ce mercredi sur sa page Facebook qu'il avait perdu définitivement l'usage de son oeil droit après avoir été blessé lors d'une manifestation à Bastille, le 2 janvier dernier. «Je m'étais fait à cette idée, mais là c'est très dur», a-t-il déclaré. 

Il a ajouté avoir l'intention de consulter «toute une équipe de médecins et de spécialistes pour tenter d'au moins garder [son] œil, qu'il ne soit pas retiré». «Ce n'est pas que j'ai une obsession pour la beauté, mais c'est quand même mon physique. Ce que je vois tous les matins en me regardant dans le miroir», a-t-il ajouté. «Je veux dire que le combat continue et on qu'on ne s'arrêtera pas, a-t-il conclu. Macron paiera pour tout ça». 

Jerôme Rodrigues affirme avoir été victime d'un tir de LBD, alors qu'une autre hypothèse fait état d'un éclat de grenade assourdissante qui serait venue se loger dans son oeil. 

10h04

Une taxe carbone est «une arme fiscale» qui doit s'inscrire dans le cadre d'«un plan global» visant à réduire la consommation d'énergies fossiles, «dans une démarche socialement équitable et acceptée», plaide Gilles Le Gendre, patron des députés LREM.

09h16

Les gardes à vue des six personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier lors de la 8e journée de mobilisation des gilets jaunes, ont été prolongées. 

08h34

Le Conseil constitutionnel devra, s'il est saisi sur la loi anticasseurs, se prononcer pour «savoir si tel ou tel article relève d'une loi anticasseurs ou d'une loi antimanifestants», a expliqué son président Laurent Fabius.

07h

Dans une tribune, à l'origine de Matthieu Orphelin (ex LREM), 86 députés de plusieurs groupes politiques, plaident pour «fiscalité carbone juste socialement».

La taxe carbone, qui s'applique notamment sur les carburants, est le point de départ de la mobilisation des gilets jaunes. En réponse au mouvement, le gouvernement avait annulé l'augmentation de cette taxe prévue au 1er janvier. 

Mardi 12 février

21h07

La scène avait eu un fort retentissement sur les réseaux sociaux: un employé d'une boulangerie parisienne qui avait refusé de servir un policier le 2 février, en marge de la manifestation des gilets jaunes, a été placé en garde à vue mardi.

20h34

L'homme suspecté d'avoir incendié un véhicule Sentinelle a été mis en examen et écroué.

16h21

La rencontre de Ligue 1 entre Nîmes et Dijon, comptant pour la 25e journée, est avancée de samedi (20h00) à vendredi (19h00) à la demande de la Préfecture du Gard.

15h39

Edouard Philippe a annoncé que près de 1.800 condamnations avaient été prononcées par la justice depuis le début du mouvement des gilets jaunes.

15H22

Élus et commerçants des grandes villes, qui réclament une réponse aux préjudices subis après treize semaines de mobilisation des «gilets jaunes», seront reçus mercredi à Bercy par le ministre de l'Économie, a annoncé mardi le porte-parole du gouvernement.

12H40

Six personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier, lors de l'acte 8 des «gilets jaunes», ont été interpellées mardi, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Ces six personnes ont été placées en garde à vue mardi matin, selon le parquet. L'enquête est confiée aux enquêteurs du 3e district de la police judiciaire parisienne.

11h51

Bruno Retailleau, le chef de file des sénateurs LR, a réclamé un référendum sur les retraites et sur l'immigration pour donner «une issue au débat» et sortir de la crise des gilets jaunes. «Il faut une issue au débat, le risque, c'est qu'il s'embourbe dans des propos contradictoires et qu'il se focalise sur la figure du chef de l'État qui a une tendance à admirer son reflet dans le miroir des écrans de télévision», a mis en garde le sénateur LR au micro de France Inter.

10h38

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a affirmé mardi que le mouvement des gilets jaunes avait provoqué une «catastrophe» pour les petits commerçants, évoquant 70.000 personnes en «activité partielle», à la veille d'une réunion de crise à Bercy.

09h05

Elus et commerçants des grandes villes, qui réclament une réponse aux préjudices subis après treize semaines de mobilisation des gilets jaunes, seront reçus mercredi à Bercy par le ministre de l'Economie, annonce le porte-parole du gouvernement.

08h58

Quatre personnes soupçonnées d'avoir forcé avec un chariot élévateur l'entrée du ministère de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, le 5 janvier, lors de l'acte 8 des gilets jaunes, ont été interpellées. Cette intrusion violente avait contraint le secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre à être évacué de ses bureaux, situés rue de Grenelle à Paris.

Lundi 11 février

22h32

Pour rappel, deux gilets jaunes seront jugés cette semaine à Paris : Christophe Dettinger, comparaîtra mercredi pour avoir boxé des gendarmes sur une passerelle et Eric Drouet, sera jugé vendredi pour l'organisation d'une manifestation «sans autorisation».

22h17

Après trois mois de manifestation des gilets jaunes, les commerçants et les maires des villes touchés par les casseurs interpellent les autorités sur une situation qu’ils estiment insupportable.

19h59

Un homme de 35 ans a été condamné à huit mois de prison ferme pour avoir frappé le 19 janvier le gérant d'un magasin de la périphérie de Brest lors d'une manifestation de gilets jaunes.

19h23

Un homme revendiquant son appartenance aux gilets jaunes a été condamné lundi à un an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Béziers (Hérault) pour obstruction à la circulation, vol de barrières de péage et destruction de matériel.

19h07

L'homme suspecté d'avoir incendié samedi un véhicule Sentinelle va être présenté à un juge mardi en vue d'une mise en examen.

18h02

Le match Dijon-Saint-Etienne (26e journée de Ligue 1) initialement programmé le samedi 23 février à 20h00, a été avancé au vendredi 22 février à 19h00. Ce changement a été effectué «à la demande de la préfecture de Côte-d'Or», en raison de la mobilisation des gilets jaunes.

16h21

Des gilets jaunes ont empêché la distribution de 75.000 exemplaires du Courrier de l'Ouest, du Maine-Libre et d'Ouest-France.

14h29

Hayk Shaninyan, ancien directeur de campagne du «Ralliement d'Initative Citoyenne» (RIC), la liste «gilets jaunes» emmenée par Ingrid Levavasseur, a annoncé la création de sa propre formation, le «Mouvement alternatif citoyen» (MAC). Il a dit espérer rassembler entre 10.000 et 15.000 adhérents d'ici fin mars. Un débat interne sera oganisé courant mars pour décider de la présence ou nom d'une liste MAC aux élections européennes. 

10h33

L'ultragauche était «à la manoeuvre» à l'occasion des violences survenues lors de la manifestation parisienne organisée dans le cadre de l'acte 13 des gilets jaunes samedi, a estimé le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez. «Samedi à Paris, c'est l'ultragauche qui était à la manoeuvre», a déclaré M. Nuñez sur France Info. Le secrétaire d'État a réaffirmé que «les manifestations qui dégénèrent» sont «en partie» la conséquence d'un «noyautage d'ultras», ultragauche et ultradroite, suivis par des «gilets jaunes radicalisés». «Je ne dis pas stop aux manifestations mais stop à la violence», a-t-il complété.

10h21

Marine Le Pen a estimé lundi que sans «réponse politique», il n'y aurait «pas d'arrêt du mouvement» des gilets jaunes, et dénoncé «la complaisance» du gouvernement à l'égard des «milices d'extrême gauche» qu'elle tient pour responsable des violences samedi.

07h

Les Français qui se définissent comme «gilets jaunes» sont plus sensibles que la moyenne aux théories du complot, selon un nouveau volet d'une étude de l'Ifop pour la Fondation Jean Jaurès et l'observatoire Conspiracy Watch, publiée lundi. 23% des gilets jaune" sont notamment d'accord quand on leur demande si l'attentat du marché de Noël à Strasbourg est «une manipulation du gouvernement pour détourner l'attention des Français et créer de l'inquiétude dans la population en plein mouvement des gilets jaunes», contre 10% des Français en moyenne. 19% considèrent qu'il subsiste «des zones d'ombre», 48% que l'attentat a bien été perpétré par Chérif Chekatt (contre 63% des Français), et 10% ne se prononcent pas.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles