L'assurance-vie ferait perdre de l'argent aux Français

Le rendement moyen des contrats d'assurance-vie les plus répandus s'élevait à 1,7 % en 2018, contre 1,8 % pour l'inflation. Le rendement moyen des contrats d'assurance-vie les plus répandus s'élevait à 1,7 % en 2018, contre 1,8 % pour l'inflation. [PHILIPPE HUGUEN / AFP]

Les principaux contrats d'assurance-vie feraient perdre de l'argent aux épargnants, à cause de rendements plus faibles que l'inflation, alerte l'association de consommateurs CLCV dans une étude parue ce jeudi 28 février.

Ce constat vaut pour les fonds en euros, qui constituent la partie la plus sécurisée et la plus répandue de l'assurance-vie, épargne préférée des Français avec 1 700 milliards d'euros d'encours en 2018. En effet, l'an dernier, sur les contrats dépassant 10 milliards d'euros (BNP Paribas Multiplacements 2, Ecureuil Projet, LCL Vie...), le rendement moyen devait être aux alentours de 1,7 %, selon la CLCV, en baisse de 10 centimes par rapport à 2017.

«Comparé à une inflation moyenne de 1,8 % en 2018, le taux des fonds en euros ne permet pas aux épargnants de maintenir leur pouvoir d’achat», indique le communiqué de l'association. D'autant plus que le rendement moyen ne prend pas en compte ici les prélèvements sociaux, qui s'élèvent à 17,2 %. Selon RTL, la perte de pouvoir d'achat s'élève donc à 50 euros sur sur 10 000 euros déposés. «Pour maintenir le pouvoir d’achat de l’épargne après prélèvements sociaux, en 2018, il fallait afficher un rendement de 2,18 %», concluent les auteurs de l'étude.

Les assureurs dans l'oeil du cyclone

D'après la CLCV, les assureurs avaient pourtant les moyens de protéger le pouvoir d'achat des épargnants. Ils disposent en effet d'une réserve, composée d'une partie des profits annuels des fonds en euros. Représentant 50 milliards d'euros, elle permet de proposer une meilleure rémunération en période de taux bas.

«Quand on questionne les assureurs, ils nous disent : 'pour les années difficiles, vous pouvez compter sur nous, assureurs, on répondra présent'. Eh bien là, il nous semble que c'était une année difficile, parce qu'avec une inflation élevée. Il fallait donc faire un effort sur le rendement. Et ils ne font pas cet effort-là», a déploré, sur RTL, François Carlier, le secrétaire général de la CLCV. «Des fois, on se demande ce qu'ils vont faire de cet argent. C'est une vraie interrogation et on va se retourner vers les professionnels et les autorités de tutelles pour mettre ça au clair», a-t-il ajouté.

Un placement qui reste relativement rentable

Contactée par Le Parisien, la Fédération française de l'assurance (FFA) a répliqué que, «d’après (ses) premières estimations, le rendement des fonds euros en 2018 serait très proche de l’inflation».

Même si le constat de la CLCV est juste, il est tout de même à noter que l'assurance-vie reste l'un des placements sans risque et liquides les plus rémunérateurs. En comparaison, le livret A ne rapporte que 0,75 % (un taux gelé jusqu'en 2020) et le PEL (plan épargne logement) 1 %.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles