Paris : les infractions vidéo-verbalisées ont augmenté de 42 % en un an

Près de 1.000 caméras de ce type ont été installées dans Paris depuis 2013. Près de 1.000 caméras de ce type ont été installées dans Paris depuis 2013.[© KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

L'unité de vidéo-verbalisation (UVV) a relevé 119.193 infractions en 2018, contre 83.667 en 2017, a indiqué ce mardi 12 février la Préfecture de police de Paris. Soit une hausse de 42 % en un an.

Si l'unité de vidéo-verbalisation (UVV) parisienne existe depuis le 2 avril 2013, ce n'est que très récemment qu'elle est entrée en phase offensive, avec le recours aux caméras pour la constation de certaines infractions au Code de la route (circulation dans une voie réservée aux bus, franchissement d'un feu rouge, non-respect du sas vélo...).

En 2018, l'UVV a ainsi relevé 119.193 infractions, contre 83.667 en 2017. Parmi elles, 71,56 % concernent la verbalisation dans les voies réservées (dont 59 % pour circulation dans la voie des bus), mais également 6,5 % pour le non-respect du sas vélo. Une nouvelle infraction inscrite à la liste de l'ensemble de celles qui peuvent être verbalisables.

capture_decran_2019-03-06_a_10.58.18.png

Depuis fin 2018, plus de 900 caméras de vidéo-protection de la Préfecture de police de Paris sont donc disséminées dans toute la capitale, notamment autour des gares et sur les grands axes. Rien qu'aux abords des gares du Nord, de Lyon, Saint-Lazare et Montparnasse, 22.591 infractions ont été constatées. Soit près de 19 % de l'activité globale de l'UVV en 2018.

A titre de comparaison, deux ans après la mise en place de ce dispositif en 2013, seules 61.465 infractions avaient été constatées par l’UVV (environ 30.732 infractions par an donc). Soit une augmentation de 287 % entre les chiffres émis en 2015 et ceux de 2018.  

Cette année, de nouvelles infractions entrent dans la liste de celles qui pourront être «verbalisables», comme celle de l'encombrement des carrefours. S'engager et gêner ainsi la circulation au niveau d'un carrefour est désormais verbalisable à hauteur de 90 euros. Au total, ce sont quinze infractions qui peuvent désormais être constatées par l'UVV.

Mais si la plupart de celles-ci sont classiques comme le non-port du casque, la circulation, le franchissement des lignes continues ou encore le stationnement sur les bandes d'arrêt d'urgence, certaines ne sont pas forcément connues du grand public, à l'instar du non-respect des distances de sécurité entre les véhicules ou encore le non-respect de la priorité due à un piéton. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles