Un syndicat de gynécos menace d'une grève des IVG, Agnès Buzyn «condamne»

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a «condamné» une «prise en otage des femmes». La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a «condamné» une «prise en otage des femmes». [KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Le Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (Syngof) a menacé d'une grève des interruptions volontaires de grossesse (IVG).

Un message jugé «inadmissible» mercredi par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui a «condamné» une «prise en otage des femmes».

Le Syngof a invité dans un message ses adhérents à «être prêts à arrêter la pratique des IVG» pour faire pression sur le ministère afin de régler le cas de quinze médecins condamnés à de lourds dommages pour erreur médicale.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles