Paris : l'inquiétude monte pour les migrants à quelques jours de la trêve hivernale

A minima, 4.500 places d'hébergement d'urgence seraient menacées de fermeture. A minima, 4.500 places d'hébergement d'urgence seraient menacées de fermeture. [© F. Mori/ AP/ Sipa]

Plusieurs associations qui oeuvrent en faveur des migrants dans la capitale tirent la sonnette d’alarme, à l'approche de la fin de la trêve hivernale.

Les équipes dirigeantes du Samu social de Paris, d'Emmaüs Solidarité ou encore de France Terre d’Asile ont récemment fait part de leur inquiétude au sujet de la situation des migrants dans la capitale, quinze jours avant la fin de la trêve hivernale.

Décrétée le 31 mars prochain, celle-ci ira ­­forcément de pair avec «la hausse des personnes à la rue», selon France Terre d’Asile, sachant que 4 500 places ­d’hébergement d’urgence sont menacées de fermeture.

Une inquiétude que partage Dominique Versini, l’adjointe à la mairie de Paris chargée des réfugiés et de la lutte contre ­l’exclusion, qui a appelé l’Etat ce mercredi 13  à «ouvrir des centres d’accueil humanitaire dans toute la France et le long des routes ­­migratoires».

Selon elle, 1.000 à 1.200 migrants seraient déjà à la rue à ce jour, dans les arrondissements du nord-est de Paris. Mais les associations l’espèrent, le gouvernement pourrait très bien décider de pérenniser tout ou partie de ces places.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles