Xi Jinping en visite officielle à Paris

Le président chinois Xi Jinping entame lundi le volet officiel de sa visite en France, où Emmanuel Macron tentera de le persuader de jouer selon les règles d'un multilatéralisme mal en point et alors que les Européens sont divisés face à l'offensive diplomatico-commerciale de Pékin.

Gouvernance mondiale, règles commerciales, respect de l'environnement, investissements... Le titan chinois est en train de changer la face du monde en investissant massivement un peu partout, notamment dans ses «nouvelles routes de la soie». Emmanuel Macron aimerait cadrer ce bouleversement et trouver une position européenne commune pour y faire face.

«Cette visite va renforcer notre partenariat stratégique et affirmer le rôle de la France, de l'Europe et de la Chine en faveur d’un multilatéralisme fort», a tweeté dimanche soir le président français, après avoir reçu son homologue à Beaulieu-sur-Mer, sur la Riviera française, où les deux hommes ont dîné en compagnie de leurs épouses dans le volet privé de la visite.

Arrivé dimanche d'Italie, Xi Jinping, après un crochet par la principauté de Monaco, a passé la nuit dans le prestigieux hôtel Negresco de Nice et arrivera à Paris en début d'après-midi. Il sera formellement accueilli sous l'Arc de triomphe par Emmanuel Macron vers 14H30 GMT.

La visite sera l'occasion, comme à chaque rencontre, de signer des contrats commerciaux ou autres accords de coopération. Les deux chefs d'Etat devraient s'exprimer devant la presse en fin d'après-midi avant un dîner d'Etat protocolaire.

Mais le volet le plus important de cette visite d'Etat se déploiera sans doute mardi matin, quand les deux dirigeants seront rejoints au palais de l'Elysée par la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

En effet, dans le panorama mondial, entre une Chine aux ambitions immenses et un Donald Trump partisan des négociations directes entre pays, le multilatéralisme est bien mal en point. L'Union européenne, gigantesque et appétissant marché, n'a pas de ligne politique claire face à Pékin et certains pays ont déjà commencé à céder aux propositions chinoises.

Depuis plusieurs années déjà, Pékin travaille au corps les pays d'Europe centrale, dans le cadre du format 16+1. La Chine a aussi investi dans plusieurs actifs stratégiques de pays membres, comme le port du Pirée en Grèce, ou le fournisseur historique d'électricité portugais.

Mais elle continue de monter en puissance et vient de faire adhérer un pays fondateur de l'Union, l'Italie, à son projet d'infrastructures maritimes et terrestres des «nouvelles routes de la soieÛ. Le gouvernement italien a signé vendredi des accords qui prévoient par exemple des investissements chinois dans les ports de Gênes et Trieste. Une ouverture à la Chine qui préoccupe certains leaders européens, critiques envers le gouvernement populiste italien.

Le commissaire européen allemand Gunther Oettinger dit voir «avec inquiétude qu'en Italie et dans d'autres pays européens, des infrastructures d'importance stratégique comme les réseaux d'électricité, les lignes ferroviaires à grande vitesse ou les ports ne sont plus dans des mains européennes mais chinoises».

«L'Europe a un besoin urgent d'une stratégie pour la Chine, une stratégie digne de ce nom», a-t-il ajouté.

«La Chine n'est pas une démocratie libérale»

Emmanuel Macron avait appelé jeudi à une «une prise de conscience et la défense d'une souveraineté européenne» face à Pékin, qualifié par la Commission européenne de «rival systémique».

«Dans un monde avec des géants comme la Chine, la Russie ou nos partenaires comme les Etats-Unis, nous ne pouvons survivre que si nous sommes unis en tant qu'Union européenne», a déclaré au journal dominical allemand Welt am Sonntag le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas.

«Si certains pays croient pouvoir faire de bonnes affaires avec les Chinois, ils seront surpris quand ils s'apercevront qu'ils sont devenus dépendants», a-t-il dit, relevant que «la Chine n'est pas une démocratie libérale» en référence au régime communiste chinois, dont les atteintes aux droits de l'Homme sont dénoncées régulièrement par de nombreuses ONG.

C'est cette position européenne unifiée que va tenter de trouver le président français avec Angela Merkel et Jean-Claude Juncker, sans qu'il soit acquis qu'ils puissent convaincre les autres pays membres de les suivre.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles