Paris : la ville se dote d'un «plan lumière» pour lutter contre la pollution lumineuse

Si le plan est voté, l'éclairage public pourrait devenir plus respectueux de la biodiversité et de la vie animale. Si le plan est voté, l'éclairage public pourrait devenir plus respectueux de la biodiversité et de la vie animale. [© KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Vers une capitale plus écologique et plus sûre ? Le «plan lumière» – proposé par le groupe des Radicaux de gauche au conseil de Paris – a été voté ce mardi 2 avril par les élus parisiens.

Son objectif : diminuer la consommation d’énergie de la capitale, tout en continuant de mettre en valeur le patrimoine parisien, plus particulièrement la nuit, et ce, en garantissant la sécurité et le bien-être de ses habitants.

 «Ce projet doit être le point de départ d'une politique ambitieuse pour la lumière à Paris», a fait savoir Laurence Goldgrab, présidente du groupe RGCI au conseil de Paris, qui souhaite avant tout sensibiliser les habitants et les commerçants à la lutte contre cette pollution lumineuse.

Un «comité de la lumière» créE

Pas question pour autant de ne plus éclairer les monuments historiques parisiens, a rassuré Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris. Une exigence évidemment prise en compte par le groupe RGCI, qui propose la création d'un «comité de la lumière à Paris».

Composé des acteurs de l'aménagement du territoire parisien, ce comité aura pour mission de «proposer une politique de mise en valeur du patrimoine de la capitale en cohérence avec le schéma directeur de ce plan préalablement établi», selon la délibération.

capture_decran_2019-04-01_a_16.25.17.png

L'application dans ma rue étendue

Pour ce faire, le groupe a également demandé à ce que l'application «Dans ma rue» – qui permet aux Parisiens de recenser les incivilités et autres pollutions des murs et du sol – soit étendue à la «pollution lumineuse». Les sources de lumières «à l'origine de nuisances pour les riverains» pourront ainsi être signalées et donc, mieux traitées.

Pour la municipalité parisienne, il s'agit «d'inciter les commerçants et les entreprises à la sobriété» lumineuse, «sans être trop strict pour autant». Tout l'enjeu étant, selon le premier adjoint, de conserver «l'attractivité touristique de la ville lumière, tout en prenant en compte la soutenabilité et le respect de la vie animale».

A terme, cette réflexion globale sera donc prise en compte et intégrée au cahier des charges du futur appel d'offres (été 2019) du marché public de la ville de Paris consacré à l'éclairage public. «Il s'agit du plus important marché public de la ville, avec un budget de 600 millions à 1 milliard d'euros sur douze ans», a fait savoir Emmanuel Grégoire, qui souligne que celui-ci prend en 2020.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles