Européennes : Les Républicains choisissent Nîmes pour lancer la campagne

François-Xavier Bellamy (g) et Laurent Wauquiez (d) lanceront la campagne des Européennes, mardi 16 avril, à Nîmes (Gard) lors d'un meeting au Parnasse. [Romain LAFABREGUE / AFP].

François-Xavier Bellamy, tête de liste Les Républicains aux Européennes, et Laurent Wauquiez, président du parti, sont attendus à Nîmes, mardi 16 avril, pour lancer officiellement la campagne, avec un premier gros meeting.

Un déplacement en terre gardoise qui n'a pas été choisi au hasard, la cité occitane, célèbre pour ses férias et ses monuments romains, étant traditionnellement acquise à la droite. 

Dans la perspective du scrutin du 6 mai prochain, LR entend ainsi mobiliser sa base, dans le but de se poser en alternative aux favoris LREM et RN, qui, selon un dernier sondage, sont crédités de 24 % et 20 % des voix respectivement.

En embuscade à 13,5 %, alors que les scores de la droite ne cessent de progresser dans les enquêtes d'opinion, le projet de défense de la «civilisation européenne», au coeur des 75 propositions défendues par François-Xavier Bellamy, semble donc gagner du terrain.

Un discours qui, à coup sûr, sera répété ce mardi soir à Nîmes, et qui devrait, en outre, trouver un echo des plus favorables auprès d'une partie de l'électorat RN local. 

Cela d'autant plus que, lors des élections européennes de 2014, le Front national était arrivé en tête dans la région.

La liste conduite alors par Louis Aliot y avait en effet recueilli 26,16 % des suffrages, devant la liste UMP de Michèle Alliot-Marie (23,3 %) et loin devant celle du PS (11,61 %).

Le souvenir de Nicolas Sarkozy

Mais le choix de la capitale gardoise pour lancer la campagne européenne 2019 n'est pas non plus sans rappeler l'emblématique campagne européenne de 2009.

Dix ans plus tôt, c'est en effet à Nîmes que Nicolas Sarkozy, alors président de la République, avait fait le déplacement pour apporter son soutien à la liste de sa famille politique, l'UMP, conduite par Dominique Baudis.

A l'époque, le parti avait fini en tête au niveau national, raflant 27,88 % des voix.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles