Paris : à un an des municipales, la mairie lance un «plan d'action» en faveur des quartiers du nord-est

Le plan prévoit notamment de «renforcer la présence policière» dans le bord-est parisien. [© Capture d'écran/ Twitter]

Afin d'endiguer les trafics et reconquérir l'espace public, la municipalité parisienne a dévoilé ce lundi 15 avril un «plan d'action» à destination des quartiers du nord-est de la capitale. A savoir, le 18e, 19e et une partie du 10e.

Consommation de drogues, occupation illégale de l’espace public, nuisances sonores... sont le lot quotidien des riverains de ces quartiers populaires situés au nord de l'axe Jaurès-Barbès. «Depuis 2015, ces quartiers connaissent des difficultés, c'est pourquoi nous mettons en place de nouvelles mesures concrètes, qui amélioreront rapidement la situation», a ainsi fait savoir Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris.

Améliorer la sécurité publique

Le plan prévoit ainsi de «renforcer la présence policière» dans le bord-est parisien, avec une brigade dédiée, présente 7 jours/7 au niveau de la promenade urbaine Barbès-Stalingrad et ses alentours.

Cette présence policière sera également renforcée sur les places, les principaux axes urbains, dans les parcs et jardins mais également aux entrées et sorties du métro, «mobilisée notamment dans la prévention des rixes».

vérifier les commerces

Alors qu'ils protègent et abritent toute sorte de trafics (contrebande de cigarettes, blanchiment...), certains petits commerces installés dans ces quartiers vont faire l'objet de vérifications, avec «des opérations de contrôles coordonnés entre la préfecture de police de Paris, l'Ursaff et les services sanitaires».

Et pour ceux qui se trouveraient dans l'illégalité ou ne respecteraient pas la réglementation en vigueur, des mesures «d'expropriation» seraient alors immédiatement lancées par la mairie de Paris.

Lancer un «plan crack»

Depuis dans années, ces quartiers sont gangrenés non seulement par les trafics de drogues mais également par la prise, à ciel ouvert, de celles-ci et plus particulièrement du crack. Cette drogue dure consommée via une piqûre ou par inhalation. 

Alors que la salle de consommation à moindre risque (SCMR) a ouvert ses portes, accolée à l'hôpital Lariboisière (10e), la mairie entend renforcer cette présence associative auprès des usagers mais également des riverains, notamment avec une maraude spécifique composée de six personnes chargées de la «médiation».

Par ailleurs, et ce, afin de résoudre le problème des seringues abandonnées partout au sol, des opérations de nettoyage seront amplifiées, pour devenir «hebdomadaires».

créer des espaces verts

La municipalité parisienne compte notamment sur le projet de «promenade urbaine», déjà en travaux, qui doit voir le jour entre Barbès, La Chapelle et Stalingrad, pour apaiser et améliorer l'espace public. 

De plus, 22 opérations budgétisées à hauteur de 40 millions d'euros sont prévues dans ou autour d'espaces verts du quartier (square Alban Satragne (10e), chapelle Charbon (18e)...), même si certaines ne concernent pas ces quartiers.

développer les animations culturelles

Enfin, pour recréer une émulation collective, la municipalité parisienne entend organiser – le 29 juin prochain – un important rendez-vous festif le long du bassin de la Villette, à la frontière entre les 18e et 19e arrondissements.

D'une ampleur similaire à ce qui est mis en place pour le 14 juillet à la tour Eiffel, ce festival «Canal en scène» combinera des jeux nautiques en journée, avant de laisser place à un marché nocturne suivi d'un bal populaire et d'un grand spectacle son et lumière. Feu d'artifice, pyrotechnie sur l'eau et autres spectacles pourraient attirer des dizaines de milliers de personnes.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles