En direct, incendie de Notre-Dame de Paris : le recteur de Notre-Dame va déposer plainte pour «destruction involontaire»

Le parvis de Notre-Dame est toujours interdit d'accès. [PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP]

Presque une semaine après l'important incendie qui a en partie ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris en travaux, l'émotion reste immense. Des fragilités de la structure inquiètent toujours. Lundi, une partie du périmètre de sécurité a été levée mais le parvis reste fermé aux fidèles et aux touristes.

Le gouvernement serbe fait un don d'un million d'euros

Le gouvernement serbe a décidé de faire un don d'un million d'euros pour aider la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, une décision qui « confirme l'amitié centenaire avec le peuple français».

Belgrade « exprime le souhait que ce symbole de la civilisation française et du monde soit reconstruit au plus vite et que ce temple de la culture soit rouvert à ses futurs admirateurs », précise un communiqué du gouvernement.

LE RECTEUR DE NOTRE-DAME VA DÉPOSER PLAINTE POUR «DESTRUCTION INVOLONTAIRE»

Le recteur de Notre-Dame de Paris, Mgr Patrick Chauvet, a annoncé qu'il allait «déposer plainte» pour «destruction invonlontaire» au micro de FranceInfo, lundi 22 avril. Ajoutant que «la cathédrale appartient à l'État. Nous avons à l'intérieur du mobilier, les chaises, la sono, les projecteurs... Cela nous appartient et ça ne marche plus. Il faudra bien que je dépose une plainte avec l'État pour que les assurances puissent fonctionner et en même temps pour que je sache exactement ce qui s'est passé».

Le recteur assure que la plainte sera déposée pour «destruction involontaire parce que je ne pense pas qu'il y ait quelqu'un qui a voulu mettre le feu»Selon lui, c’est «soit une imprudence, soit un court-circuit.» 

le périmètre de sécurité installé autour de l'édifice a été partiellement levé

Près d'une semaine après le drame, le périmètre de sécurité installé autour de la cathédrale Notre-Dame a été partiellement levé. Ainsi, la rue d'Arcole et la rue du Cloître ont à nouveau ouvertes aux touristes.

Toutefois, le parvis est toujours interdit d'accès.

Un Hommage a été rendu aux pompiers de Paris lors de la messe de Pâques

L'archevêque de Paris, Michel Aupetit, a remis au général Jean-Claude Gallet, qui commande la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, un lectionnaire sauvé de l'incendie de Notre-Dame, lors de la messe de Pâques, dimanche 21 avril. Précisant qu'il s'agissait d'«un moyen bien humble pour nous de vous remercier»«Vos hommes ont pu sauver bien des choses dans la cathédrale, mais ils ont aussi sauvé un objet qui est pour nous précieux. C'est ce lectionnaire, cette parole de Dieu. Il est encore tout abîmé, plein de cendres, et sans doute marqué par l'incendie, a expliqué Michel Aupetit. Vous l'avez sauvé et je voulais vous le remettre.» 

La messe de Pâques, qui a habituellement lieu dans la cathédrale, s'est cette fois tenue à l'église Saint-Eustache, dans le quartier des Halles, devant près de 2 000 personnes.

La FRANCE RÉCLAME UNE COOPÉRATION EUROPÉENNE POUR LE PATRIMOINE EN DANGER

Le président français Emmanuel Macron va proposer à l'UE de créer «un mécanisme de coopération pour le patrimoine européen en péril», qui sera discuté lors d'une réunion à Paris le 3 mai prochain, a-t-on indiqué de source gouvernementale.

« Comme le patrimoine n'est pas une compétence européenne, le président a pris l'initiative d'écrire à ses homologues pour leur proposer de créer un mécanisme de coopération pour le patrimoine européen en péril, visant à se prêter assistance, à partager des compétences et des savoir-faire », a déclaré la secrétaire d'État aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin, dans un entretien au JDD. 

Un grand parapluie pour protéger Notre-Dame de la pluie

Une immense strcuture bâchée, en forme de parapluie, va recouvrir dans les prochains jours l'édifice sinistré. Grâce à ce toit provisoire monté sur échafaudages, l'idée est de protéger Notre-Dame de Paris et ses oeuvres d'art des intempéries.

les pompiers FélicitÉS DE TOUTEs PARTs

«Je veux ici vous dire notre gratitude infinie, notre reconnaissance éternelle», a dit jeudi Anne Hidalgo lors de l’hommage rendu aux pompiers devant le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris ajoutant qu'elle proposerait «au prochain conseil de Paris que vous soit accordée la citoyenneté d'honneur de la Ville de Paris pour honorer cet acte de bravoure mais aussi votre engagement au quotidien».

«Le pays et le monde tout entier nous ont regardés et vous avez été exemplaires», a lancé Emmanuel Macron jeudi à l'Elysée en recevant les pompiers et d'autres personnes mobilisées pour sauver lundi Notre-Dame de Paris.«Vous avez été l'exemple parfait de ce que nous devons être», a-t-il ajouté dans la salle des fêtes de l'Elysée, devant 300 personnes, 250 pompiers de Paris, des pompiers des départements franciliens, des policiers, des membres de la Croix Rouge et de la Protection civile.

encore «trois points de fragilité majeurs»

Franck Riester, ministre de la Culture, a indiqué ce jeudi 18 avril qu'il restait encore «trois points de fragilité majeurs». Des travaux ont été réalisés dans la nuit sur le «pignon du transept nord», qui «menaçait de s'écrouler». Le pignon occidental est «très fragilisé». «Il penche notamment parce que la statue de l'ange, en haut, est tellement brûlée qu'elle est fendue sur toute la hauteur», a détaillé le ministre.

Dernier point inquiétant : l'angle du beffroi sud. Il «a été tellement chauffé, avec des pierres devenues totalement friables, qu'il y a un risque que les chimères s'effondrent». «Si elles s'effondrent elles pourraient mettre en danger les grands orgues qui ont pour l'instant été préservés», a souligné Franck Riester. «L'opération pour enlever les chimères est lancée.»

la piste accidentelle AU COEUR DE L'ENQUÊTE

Selon les constatations effectuées par les premiers secours arrivés sur les lieux, l'incendie de très grande ampleur est «potentiellement lié» aux travaux de rénovation du monument. Une enquête a été ouverte pour «destruction involontaire par incendie».

Mardi matin, le procureur de la République de Paris avait indiqué que la piste accidentelle était privilégiée, une hypothèse hautement probable. «Des enquêteurs de l'identité judiciaire et du laboratoire central de la préfecture ont pu accéder à certains endroits du site et commencer leurs constatations», a indiqué mercredi le ministère public. «A ce stade, les investigations n'ont pas mis en évidence d'éléments désignant une origine criminelle» et «la piste accidentelle demeure privilégiée», a précisé le parquet qui, toutefois, «n'exclut aucune hypothèse».

Les enquêteurs avaient entamé dès la nuit de l'incendie les auditions des ouvriers travaillant sur le chantier.

Le récit des pompiers de Paris

Les pompiers de Paris sont revenus mercredi sur les «9 heures d’engagement acharné» durant lesquelles ils ont lutté contre l’incendie de grande ampleur qui a ravagé une partie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. « C'est clair que si on n'avait pas été aussi rapides, les deux tours seraient tombées, c'est une certitude (…). A partir du moment où la toiture est partie, on a compris qu'on n'allait pas pouvoir enrayer facilement l'incendie» a témoigné l’adjudant-chef Philippe Demay, de la BSPP.

Le lieutenant Gabriel Plus a démenti une fake news massivement relayée sur les réseaux sociaux qui faisait état de la présence possible d’un membre des gilets jaunes dans la cathédrale. « Il s’agit du commandant des opérations de secours, qui portait un chasuble, sur lequel était inscrit commandant des opérations», a-t-il précisé.

Un projet de loi et un concours

A l'issue d'un Conseil des ministres entièrement consacré au terrible incendie, le Premier ministre a annoncé un projet de loi visant à donner «un cadre légal» aux dons qui affluent en masse. Il a ainsi précisé que les particuliers bénéficieront d'une réduction fiscale de 75% jusqu'à 1.000 euros et 66% au-delà. 

Edouard Philippe a par ailleurs annoncé le lancement d'un concours international d'architecture sur la reconstruction de la flèche, qui s'est effondrée lundi soir. Ce, afin de «doter Notre-Dame d'une nouvelle flèche adaptée aux techniques et enjeux de notre époque». 

LA BARRE EMBLéMATIQUE DU MILLIARD DE DONS

La barre du milliard euros de dons devait être franchie dans la journée. Les dons avaient afflué dès mardi matin. La famille héritière de L'Oréal, les Bettencourt-Meyers, ainsi que le géant mondial des cosmétiques avaient annoncé un don total de 200 millions d'euros pour Notre-Dame de Paris, dont 100 millions d'euros via la fondation Bettencourt Schueller.

Il s'agit pour l'heure du don le plus important pour reconstruire la cathédrale dévastée lundi soir par le feu, autant que celui du groupe LVMH et de la famille Arnault. De leur côté la famille d'industriels Pinault (Kering) et le géant pétrolier Total ont débloqué 100 millions d'euros chacun. Les dons d'entreprises et de fortunes françaises dépassent les 700 millions d'euros. La région Ile-de-France va quant à elle débloquer 10 millions d'euros d'aide d'urgence. Walt Disney a promis 5 millions d'euros de dons.

Les oeuvres transférées

Les oeuvres et reliques sauvées de l’incendie à Notre-Dame ont d'abord été transférées vers l’Hôtel de ville de Paris puis au Musée du Louvre.

Des dégâts considérables, RISQUE D'EFFONDREMENT DE DEUX PIGNONS

Si la façade et les tours du monument ont pu être sauvées, le «bilan matériel est dramatique». «L'ensemble de la toiture est sinistrée, l'ensemble de la charpente est détruite, une partie de la voute s'est effondrée, la flèche n'existe plus», a ainsi détaillé le lieutenant-colonel Gabriel Plus. La feu s'était en effet propagé sur l'ensemble de la toiture, soit sur 1.000 mètres carrés. 

En revanche, plusieurs oeuvres qui se trouvaient à l'intérieur de l'édifice ont pu être sauvées. C'est notamment le cas de couronne d'épines et la tunique de Saint Louis. Selon la fédération du bâtiment spécialisée dans les monuments historiques, dix ou quinze ans seront nécessaires pour rénover Notre-Dame. Alors qu'on le croyait fondu, le coq a finalement été retrouvé. 

Près de 600 pompiers ont été mobilisés pour éteindre l'incendie. Neuf heures ont été nécessaires pour éteindre le feu mais des vulnérabilités ont été identifiées sur la structure de l'édifice, deux pignons risquant toujours de s'effondrer.

Les cloches à l'unisson mercredi

Les cloches des cathédrales de la centaine de diocèses en France sonneront toutes mercredi à 18H50, après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris dans la nuit de lundi à mardi. Toutes les cloches des cathédrales de France ont sonné mercredi à 18H50, «heure du début de l'incendie à Notre-Dame», en «solidarité avec le diocèse de Paris».

«NOUS REBÂTIRONS NOTRE-DAME», assure EMMANUEL MACRON

Le président avait reporté son allocution télévisée prévue lundi soir et s'était rendu sur place.

Le chef de l'Etat avait salué l'action des pompiers et fait état de sa vive émotion. «Ce qui s'est passé est un terrible drame (...). Mais le pire a été évité, la façade et les deux tours ont été préservées. Les pompiers devront encore lutter longtemps avant de pouvoir éteindre le feu (...). Nous rebâtirons Notre-Dame».

Interrogé par l'AFP, Stéphane Bern a estimé qu'il faudra «dix à vingt ans minimum» pour la restauration complète. «Cette fois, ce n'est pas l'argent qui va manquer, mais tout va prendre du temps, il va falloir faire un état des lieux de la charpente, des rosaces, de la voûte, étudier comment stabiliser et sécuriser», a-t-il détaillé. 

émotion mondiale

L'information faisait la une des médias du monde entier et de nombreuses personnalités politiques témoignaient de leur émotion.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles