Paris : Anne Hidalgo propose deux sites à l'Etat pour accueillir les migrants dans la capitale

Près d'un millier de migrants ou réfugiés seraient actuellement à la rue, dans Paris. Selon les associations, près d'un millier de migrants ou réfugiés se trouveraient actuellement à la rue, dans Paris.[© Capture d'écran/ Twitter/ @AnneHidalgo]

Un site parisien pourrait très prochainement accueillir les migrants, dont plusieurs centaines se trouvent actuellement à la rue dans le nord-est de la capitale, a récemment annoncé Anne Hidalgo, la maire de Paris.

L'édile socialiste a en effet proposé deux sites différents à l'Etat, et répond ainsi à la demande de Michel Cadot, le préfet de Paris et d'Ile-de-France, qui lui avait expressément demandé le mois dernier de lui proposer des sites disponibles. 

«Je vais proposer deux terrains à la préfecture de Paris où elle pourra créer un centre d'hébergement», a ainsi fait savoir Anne Hidalgo, lors d'un déplacement auprès des migrants ce mardi 7 mai. Ces derniers seraient plus de 850, selon le dernier décompte de France Terre d'asile, à ne pas être hébergé.

Dans le 17e ou dans le 12e arrondissement

Le premier site proposé est un terrain «appartenant à un propriétaire privé», qui s'est dit «prêt à le mettre à la disposition de la mairie pendant deux ans pour y accueillir un centre humanitaire», a ainsi fait savoir Anne Hidalgo.

Alors que le second site proposé est un bâtiment municipal que la mairie vient d'acheter dans le 12e arrondissement, sans que l'on sache pour autant son emplacement exact et quel type de centre d'accueil il pourrait accueillir.

«Travaillons ensemble», demande la maire

«Je réitère mon appel au gouvernement : travaillons ensemble, avec les associations, pour mettre en place un vrai accueil des réfugiés en France, qui soit digne et bien organisé», a relancé la maire de Paris, après plusieurs semaines de mobilisation intensive à ce sujet.

L'élue a d'ailleurs souligné qu'elle n'avait «pas reçu de réponse» à sa lettre envoyée avec plusieurs autres maires français, également concernés par cette thématique. Dans ce contexte, nous sommes en train «d'étudier l'hypothèse de saisir la justice pour carence» et «inaction de l'Etat», a-t-elle ainsi assuré.

Ce contentieux viserait à établir «la responsabilité de l'Etat dans la mise à l'abri, car c'est de sa compétence». Cette action en justice – qui n'a pas encore été lancée – serait «sans doute une première» mais «on est au bout du rouleau», a-t-elle répété.

Quid du nouveau centre d'accueil municipal

Par ailleurs, Anne Hidalgo, qui avait également annoncé le mois dernier la création d'un nouveau centre d'accueil municipal «de jour» allait ouvrir ses portes «d'ici à deux semaines» pour accueillir, informer et soigner les migrants qui le souhaiteraient.

«Ces aides municipales ne peuvent pas remplacer une prise en charge durable par l'Etat», assure la maire socialiste, qui rappelle que «la situation des réfugiés en France est très préoccupante». 

Depuis le début de l'année et plus particulièrement encore ces dernières semaines, plusieurs «mises à l'abri» ont permi d'héberger des familles dans l'urgence, sans pour autant que des solutions plus concrètes de prise en charge gloable et inconditionnelle soient proposées.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles