Disneyland Paris : un jeune trisomique recalé devant une attraction

La mère du jeune homme trisomique a décidé de porter plainte [BERTRAND GUAY / AFP]

Un jeune homme de 24 ans atteint de trisomie 21 s'est vu refuser l'accès à une attraction à Disneyland Paris, après avoir fait la queue pendant près d'une heure.

Benjamin, qui se réjouissait de monter dans le Toy Soldiers Parachute Drop, n'avait pas souhaité de passe-droit. «Je n'ai donc pas pris de carte handicapée», a indiqué la mère du jeune homme au Parisien.

Puis de poursuivre, invoquant un délit de faciès : «A aucun moment il n'était indiqué sur place qu'elle était interdite aux handicapés mentaux. Si cela ne s'était pas vu sur son visage, on nous aurait laissés passer». 

Le service de communication de Disneyland Paris s'est justifié en expliquant que l'attraction était la seule interdite aux personnes déficientes mentales, pour des raisons de sécurité. «Elle est unique, très en hauteur. Cela demande une procédure d'évacuation particulière et plus contraignante», a indiqué le parc. 

Peu convaincue, la mère de Benjamin a porté plainte pour discrimination et contacté le Défenseur des Droits Jacques Toubon et la secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées Sophie Cluzel.

Disneyland Paris reconnaît une erreur 

Face à la polémique, Disneyland Paris a finalement présenté ses excuses publiques à la famille, rappelant accueillir «chaque année plus de 110.000 personnes en situation de handicap ou ayant des besoins spécifiques». 

La mère du jeune homme, elle, n'est pas près de se rendre à nouveau au célèbre complexe touristique : «Pour le moment, je n'ai plus envie d'y retourner. Pour Benjamin, ils lui ont rappelé qu'il était différent, lui qui ne supporte pas son handicap». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles