Elections Européennes : à J-3, le RN en tête dans toutes les études

La présidente du Rassemblement National (RN) Marine Le Pen, avant le débat de France 2, à Saint-Cloud, le 22 mai 2019 [Lionel BONAVENTURE / AFP] La présidente du Rassemblement National (RN) Marine Le Pen, avant le débat de France 2, à Saint-Cloud, le 22 mai 2019. [Lionel BONAVENTURE / AFP]

Ultime débat télévisé et derniers meetings : à trois jours des élections européennes, les candidats redoublent d'efforts pour faire pencher la balance avant un scrutin pour lequel le RN est désormais en tête dans tous les sondages.

Le gouvernement aussi se déploie sur tous les terrains, sommé par Emmanuel Macron de défendre la liste LREM, désormais systématiquement en deuxième position en intentions de vote.

Le Premier ministre Edouard Philippe en campagne à Valencienne, le 21 mai 2019 [FRANCOIS LO PRESTI                   / AFP]
Le Premier ministre Edouard Philippe en campagne à Valencienne, le 21 mai 2019 [FRANCOIS LO PRESTI / AFP]

A commencer par son chef, le Premier ministre Edouard Philippe, qui était ce jeudi matin sur CNews avant de participer à une nouvelle réunion publique en soirée dans le Loiret.

A Paris, un créneau a été réservé dans l'après-midi au QG d'en Marche pour permettre à des ministres de faire une opération de sensibilisation par téléphone.

Emmanuel Macron, qui n'a eu de cesse de dramatiser l'enjeu de ces Européennes, a lancé mercredi un appel à la «mobilisation générale» en vue d'un scrutin marqué traditionnellement par une forte abstention.

Même si le taux de participation annoncé est en légère hausse dans les derniers sondages, moins d'un Français sur deux devrait se rendre aux urnes dimanche.

Il est difficile de prévoir l'impact d'une forte abstention sur le résultat. LREM en a fait une priorité cette semaine pour tenter de mobiliser les électeurs d'Emmanuel Macron lors de la présidentielle 2017 (24,01% au premier tour), afin de coiffer sur le poteau le RN de Marine Le Pen, dont la base est traditionnellement déterminée.

La plupart des récentes enquêtes d'opinion donnent le RN en tête avec une avance de 0,5 à 2 points sur LREM.

Selon un sondage Ifop-Fiducial diffusé jeudi, le RN (24,5%) devance LREM (23%) et la liste Les Républicains (14%). Loin derrière, La France insoumise pointe à 8,5%, Europe Écologie-Les Verts à 6,5% et la liste PS/Place publique est créditée de 6% (+0,5).

Onze candidats en débat

Avant les derniers meetings programmés vendredi soir, un ultime débat télévisé réunira jeudi à partir de 20h45 sur BFMTV onze têtes de liste qui débattront autour de trois thèmes, la vie quotidienne des Européens, la souveraineté et la place de l'Europe dans le monde.

La tête de liste de la France insoumise (LFI)<br />
Manon Aubry, avant le débat de France 2, à Saint-Cloud, le 22 mai 2019  [Lionel BONAVENTURE / AFP]https://static.cnews.fr/sites/default/files/styles/image_630/public/d64b..." data-icon="" src="//static.cnews.fr/sites/default/files/directmatin/image_placeholder_rect_basic.gif" typeof="foaf:Image">
La tête de liste de la France insoumise (LFI) Manon Aubry, avant le débat de France 2, à Saint-Cloud, le 22 mai 2019 [Lionel BONAVENTURE / AFP]

Les représentants des six listes en tête des sondages - Jordan Bardella (RN), Nathalie Loiseau (LREM), François-Xavier Bellamy (LR), Manon Aubry (LFI) , Yannick Jadot (EELV), Raphaël Glucksmann (PS/PP) - seront rejoints par cinq candidats qui espèrent toujours franchir la barre des 5% dimanche, seuil minimal pour pouvoir envoyer des élus au Parlement européen: Ian Brossat (PCF), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), Benoît Hamon (Générations), Jean-Christophe Lagarde (UDI) et Florian Philippot (Les Patriotes).

Jusque-là, les débats ont eu du mal à passionner les Français, à l'image d'une campagne souvent brouillonne.

Mercredi soir sur France 2, les échanges ont notamment été marqués par une joute entre François Bayrou, le chef du MoDem qui représentait la liste de la majorité, et Laurent Wauquiez. Le premier a déploré que «l'Union européenne (soit) au bord de la disparition», le second accusant Emmanuel Macron d'avoir «accompagné cette dislocation».

Le chef des Républicains s'est ensuite écharpé avec Mme Le Pen: à la finaliste malheureuse de la présidentielle de 2017, M. Wauquiez a demandé si elle était «dans ce tempérament (du débat, jugé raté) du second tour de la présidentielle». «Vous avez l'air assez agressive ce soir», lui a-t-il lancé.

Le patron de LR, Laurent Wauquiez participait au débat de France 2 à Saint-Cloud, le 22 mai 2019 [Lionel BONAVENTURE / AFP]
Le patron de LR, Laurent Wauquiez participait au débat de France 2 à Saint-Cloud, le 22 mai 2019 [Lionel BONAVENTURE / AFP]

«Vous savez quoi, M. Wauquiez ? J'espère qu'un jour, vous aurez la possibilité de faire un débat au second tour de la présidentielle», lui a répondu Mme Le Pen.

Peu de temps après, ce sont Manon Aubry et Raphaël Glucksmann qui se sont opposés sur l'opportunité de sortir des traités pour mettre en place une TVA à 0% sur les produits de première nécessité, mesure à laquelle ils sont tous deux favorables.

À suivre aussi

Philippe Laurent : « Nous sommes restés un peu sur notre faim sur tout une série de sujets »
Politique «Nous sommes restés un peu sur notre faim sur de nombreux sujets», déplore le secrétaire général de l’association des maires de France
Emmanuel Macron a déploré, jeudi à Amiens, que la France soit actuellement un «pays trop négatif».
Politique «Notre pays est trop négatif», déplore Emmanuel Macron à Amiens
Un milliard d'euros débloqués par la région pour le Val d'Oise.
Urbanisme Europacity : Valérie Pécresse débloque un plan d'urgence pour le Val d'Oise après l'abandon du projet

Ailleurs sur le web

Derniers articles