Nordahl Lelandais : une photo troublante intrigue les enquêteurs sur la mort d’un jeune de 18 ans

La culpabilité de Nordahl Lelandais est jugée plausible dans une quarantaine d'affaires. La culpabilité de Nordahl Lelandais est jugée plausible dans une quarantaine d'affaires. [AFP]

En mars dernier, le père de Thomas Rauschkolb, un jeune homme de 18 ans décédé en 2015, a reçu une photo de Nordahl Lelandais prise dans la boîte de nuit où son fils a fait la fête avant sa mort. Cette photo troublante intrigue les gendarmes qui se lancent sur cette piste, tout en restant néanmoins prudents.

Thomas Rauschkolb avait été retrouvé mort à proximité d’une boîte de nuit savoyarde. La photo en question, envoyée anonymement à son père et dévoilée par «Le Parisien», montre Nordahl Lelandais dans cette même discothèque, prise en 2012.

Francis Rauschkolb, le papa du jeune homme, a confié, dans une interview accordée à RTL, reprendre espoir suite à ce rebondissement.

«C'est d'une incohérence absolue»

Depuis le drame, le père de famille n'a jamais cru aux conclusions faites par les enquêteurs, qui assurent que son fils Thomas a succombé à «une mort accidentelle due à l'ébriété» : «À écouter les enquêteurs, mon fils était ivre mort sur la voie publique et il est mort en étant rentré dans des propriétés, c'est d'une incohérence absolue», a-t-il déclaré.

Aujourd'hui, le lien présumé établi entre Nordahl Lelandais et Thomas apparaît, pour ce père meurtri, comme une évidence.

Plusieurs éléments de l’affaire sont troublants. En sortant de la boîte de nuit qu'il avait l'habitude de fréquenter, Thomas avait emprunté cette fois un chemin contraire à celui qu'il prenait habituellement pour rentrer chez lui. Il avait enjambé une barrière privée, et y avait perdu une chaussure : «Il voulait échapper à quelqu'un et fuyait», estime son père.

Vers l'exhumation du corps ? 

La ceinture du jeune homme avait également été retrouvée sur le grillage, à des dizaines de mètres de son cadavre. «Il a dû vouloir se défendre avec, c'est ma conviction depuis longtemps», confie le père.

Francis Rauschkolb était tellement convaincu qu'il ne s'agissait pas d'une mort accidentelle, qu'il avait refusé l'incinération de son fils, lui préférant l'inhumation, dans l'espoir que l'enquête entourant sa mort soit un jour relancée.

Aujourd'hui, le père de famille attend l'exhumation du corps de son fils, qui pourrait, peut-être, permettre de confondre Nordahl Lelandais, qui demeure pour l'heure présumé innocent dans ce dossier. Depuis plusieurs mois, ce dernier a été confronté à 900 cas de disparitions inquiétantes, et la culpabilité de Nordahl Lelandais est jugée plausible dans une quarantaine d'entre elles.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles