Une électricité plus chère dès le 1er juin

Cette hausse devrait représenter, pour un foyer de taille moyenne, un surcoût d'environ 85 euros par an. [Photo d'illustration / DAMIEN MEYER / AFP].

Ce n'est plus un doute mais une certitude. Dès le 1er juin 2019, le prix de l'électricité va augmenter de 5,9 %.

Alors qu'ils avaient été gelés par le gouvernement l'hiver dernier, François de Rugy, ministre de la Transition écologique, avait prévenu, en mars, que les tarifs réglementés d'électricité, allaient «sans doute» augmenter en juin.

Or, ce premier avertissement a ensuite confirmé, à la mi-mai par EDF. Dans le détail, cette hausse des tarifs va ainsi impacter l’ensemble des consommateurs résidentiels abonnés au tarif bleu d’EDF, soit plus de 25 millions de foyers français.

85 euros en moyenne par an

Concrètement, cet ajustement pourrait représenter, pour un foyer moyen utilisant l’énergie électrique pour se chauffer, un surcoût d'environ 85 euros par an. Par ailleurs, plus de 3 millions de petites entreprises bénéficiant de ce tarif ne seront pas non plus épargnées.

De plus, cette hausse pourrait même en cacher une autre. Car si le gel des prix a été décidé jusqu'à la sortie de l'hiver, en réponse à la gronde des gilets jaunes, les coûts supportés par les fournisseurs ont, eux, de leur côté, augmenté entre janvier et juin.

En clair : des rattrapages rétroactifs, s'ajouteraient à la hausse déjà prévue, ne sont pas exclus. 

Une hausse de 40 % en dix ans

Dans son rapport d'activité 2018, rendu public le 14 mai dernier, le médiateur de l'énergie avait tenu à rappeler que les prix de l'électricité ont pourtant déjà augmenté de 40 % sur les 10 dernières années.

Autorité publique indépendante, le médiateur avait également relevé que cette augmentation attendue de 85 euros viendrait absorber la revalorisation de 50 euros du chèque énergie, décidée en décembre par le gouvernement.

En 2019, 5,8 millions de foyers sont éligibles au chèque énergie, selon leurs conditions de ressources.

L'UFC QUE CHOISIR lance un site pour contrer la hausse

De son côté, pour limiter l’impact pour les consommateurs, l’UFC Que choisir a lancé une offensive et mis en place une opération de commande groupée de gaz et d’électricité.

Le principe : il s’agit tout simplement de réunir un maximum de consommateurs, le groupe pouvant ensuite peser sur les fournisseurs d’électricité et de gaz et, in fine, négocier les meilleurs tarifs.

Pour cela, il suffit de s’inscrire sur le site Choisirensemble.fr. Charge ensuite à l’association de consommateurs UFC Que choisir de négocier les prix avec les fournisseurs.

«En moyenne, au vu des expériences passées, (le dispositif avait déjà été mis en place en 2017, ndr) c’était 200 euros d'économies par souscripteur, mais c’est une moyenne et plus la consommation est importante, plus les économies seront significatives», indique Cédric Musso, responsable auprès de l'association, cité par Europe 1.

Chaque inscrit recevra début septembre une offre personnalisée, avec des tarifs garantis pendant deux ans. Offre qu'il pourra librement accepter ou refuser.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles