Affaire Vincent Lambert : en quoi consiste l'arrêt des traitements de maintien en vie ?

En état végétatif jugé irréversible, Vincent Lambert doit faire l'objet d'une procédure d'arrêt des traitements de maintien en vie, lundi 20 mai. En état végétatif jugé irréversible, Vincent Lambert doit faire l'objet d'une procédure d'arrêt des traitements de maintien en vie, lundi 20 mai.[FRANCOIS NASCIMBENI / AFP]

L'arrêt des soins de Vincent Lambert, patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de 10 ans, a débuté lundi matin au CHU de Reims, après dix ans d'affrontements judiciaires. Mais comment se déroule ce processus qui obéit à un cadre strict ?

Comment arrête-t-on les traitements ?

Les médecins vont arrêter la nutrition et l'hydratation artificelles qui sont prodiguées à Vincent Lambert, tout en mettant en oeuvre une «sédation profonde et continue» jusqu'à sa mort. 

Une disposition encadré par la loi Claeys-Leonetti de 2016, qui interdit l'euthanasie et le suicide assisté mais autorise l'arrêt des traitements en cas «d'obstination déraisonnable». D'après cette loi, les traitement peuvent être «suspendus» lorsqu'ils «apparaissent inutiles, disproportionnés ou lorsqu'ils n'ont d'autre effet que le seul maintien artificiel de la vie». La décision doit être prise par les médecins de façon «collégiale». 

Va-t-il souffrir ? 

Selon des recommandations publiées l'an dernier par la Haute autorité de santé (HAS), dans le cas des personnes qui ne peuvent pas exprimer leur volonté, la «sédation profonde et continue jusqu'au décès» est «une mesure de précaution» pour être certain «que le patient ne souffre pas». 

Pour la sédation, le midazolam est utilisé en voie intraveineuse. C'est un médicament de la famille des benzodiazépines qui est puissant et son action rapide. 

Combien de temps cela dure-t-il ? 

Avec l'arrêt simultané de l'hydratation et de l'alimentation, la mort survient après quelques jours, aux alentours d'une semaine, comme l'a expliqué à l'AFP, le Dr Bernard Devalois, spécialiste des soins palliatifs à la maison de santé protestante de Bordeaux Bagatelle. 

La mort sera entraîné à la suite de la défaillance des organes, qui cesseront de fonctionner après l'arrêt des traitements. En raison de l'insuffisance rénale, le potassium s'accumulera dans le sang et finira par provoquer l'arrêt du coeur. 

L'équipe soignante accompagne le patient jusqu'au bout. Les soins comme la toilette, le toucher-massage, les soins de bouche (compresses humidifiées contre la sécheresse) ou des yeux continuent. Le processus «n'est pas un arrêt de soins, c'est un arrêt du maintien artificiellement en vie», précise le Dr Devalois. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles