Crise chez Les Républicains : Jean Leonetti chargé d'organiser l'après-Wauquiez

Un passage de témoin sans éclat pour tourner la page. Une semaine après la déroute des Républicains aux élections européennes qui a poussé Laurent Wauquiez à la démission, la première mission de Jean Leonetti, président par intérim du parti, est d'organiser l'élection du nouveau patron.

Suivant les statuts des Républicains, qui fixent les règles internes du parti, c'est en effet le vice-président délégué de LR qui, en cas de démission du président, doit assurer son remplacement.

Convoqué ce mardi 4 juin, le bureau politique des Républicains, qui a entériné la démission de Laurent Wauquiez, a donc désigné Jean Leonetti, 70 ans, pour le remplacer provisoirement, dans l’attente de l’élection du nouveau chef.

En termes de calendrier, l'actuel maire d'Antibes (Alpes-Maritimes) a indiqué sur France 2 qu'il souhaitait l'organiser à la rentrée prochaine, en septembre ou en octobre.

Car, en théorie, le scrutin est censé se tenir dans les deux mois, ce qui fixerait la date entre le 22 juillet et le 6 août, soit en pleines vacances d'été.

Un timing pas vraiment idéal, qui ne devrait donc pas être respecté, d'autant plus que le règlement du parti permet de s'en affranchir «en cas de force majeure constatée par la Haute autorité du mouvement».

De son côté, Annie Genevard, secrétaire générale du parti de droite, a au contraire jugé «qu'il serait préférable que cette élection ait lieu après les municipales [...] compte tenu de la fragilité de notre parti».

Un successeur à trouver

Dans la perspective des municipales 2020, trouver un candidat à la succession pour prendre la tête d’un parti qui a déjà essuyé plusieurs déroutes électorales successives, est l'autre grand défi des Républicains.

Dans ce contexte, l'idée d'une direction collégiale a émergé sans faire l'unanimité. Souhaitée par Annie Genevard, elle est au contraire rejetée par Jean Leonetti qui a estimé que dans ce cas de figure «on ne sait plus qui fait quoi».

Seuls les militants LR appelés à voter

Seule certitude à ce stade, Jean Leonetti a précisé qu'il ne serait pas lui-même candidat à cette élection interne et, sans surprise, ce sont bien les militants LR qui seront appelés à voter pour élire leur nouveau président.

Pas question, cette fois, d'ouvrir le vote aux sympathisants, contrairement à la primaire organisée pour désigner le candidat à l'élection présidentielle de 2017.

Organisée en novembre 2016, cette primaire avait vu François Fillon s'imposer largement avec 66,5 % des voix, avant que son épouse et lui soient l'objet de plusieurs affaires, à la suite de révélations dans la presse.

LES MODALITÉS DU SCRUTIN À FIXER

Pour en revenir à la succession de Laurent Wauquiez, le règlement du parti explique par ailleurs qu'il faut convoquer un Congrès pour organiser l'élection, qui comportera deux tours s'il y a suffisamment de candidats.

Quant aux modalités du vote, celles-ci sont flexibles : selon les statuts, celui-ci peut en effet avoir lieu dans le cadre d'une assemblée de militants réunis en Congrès, dans des bureaux de vote qui seraient tenus par les fédérations de chaque département, ou même en ligne.

Là encore, c'est le bureau politique des Républicains qui devra trancher cette question, sur proposition de la Haute autorité.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles