Qui pour remplacer Laurent Wauquiez à la tête des Républicains ?

Poussé vers la sortie par son propre camp, Laurent Wauquiez a annoncé, ce dimanche 2 juin sur TF1, sa démission du poste de président des Républicains (LR). Une décision qui intervient une semaine après la déroute du parti aux Européennes (8,48%). Se pose désormais la question de sa succession.

Nicolas Sarkozy

Personnalité préférée de nombreux militants LR, Nicolas Sarkozy reste bien présent dans les esprits. Alors que l'ancien chef d'État avait siégé à la tête de l'UMP et des LR jusqu'à son entrée à l'Élysée en mai 2007, son retour est loin d’être exclu. D’autant plus qu’il conserve une cote de popularité élevée. Publié juste avant la démission de Laurent Wauquiez, un sondage Ifop pour le JDD a révélé que Nicolas Sarkozy incarne bien la droite pour 60% des Français.

Et si l’ancien président n’a pas encore pris la parole publiquement depuis les élections européennes, d’autres l’ont fait ouvertement : «Nicolas Sarkozy est attentif et préoccupé», a déclaré dimanche soir sur LCI le député européen Brice Hortefeux. «Pour l’instant, personne n’arrive à la cheville de Nicolas Sarkozy, il incarnait un charisme incroyable», avait renchéri la semaine dernière, sur LCI également, la députée européenne Nadine Morano, autre fidèle de Nicolas Sarkozy.

Gérard Larcher

Le président du Sénat Gérard Larcher a de son côté initié une «démarche» pour construire «un projet rassemblant la droite et le centre». Premier à mener une fronde contre Laurent Wauquiez, Gérard Larcher a d’ailleurs convié ce mardi 4 juin à Paris, les présidents de groupes parlementaires, les présidents des grandes associations d'élus, ainsi que les présidents de régions LR, pour repenser les Républicains.

Figure respectée, le président du Sénat apparaît comme un candidat sérieux pour l’après-Wauquiez. En effet, le sénateur avait annoncé l’organisation de cette réunion dès la semaine dernière, avant même la démission de Laurent Wauquiez. Pour de nombreux membres du parti, Gérard Larcher a l’avantage de rassembler : «Il est une figure morale qui a la capacité de nous rassembler tous, qu’on soit dedans ou dehors», avait déclaré Valérie Pécresse sur France Info.

Xavier Bertrand

Très discret lors de la campagne des européennes, Xavier Bertrand pourrait bien faire son grand retour afin d'aider à la reconstruction des Républicains. Alors qu’il a quitté le parti en 2017, le président de la région Hauts-de-France bénéfie de nombreux soutiens au sein de la droite.

Deuxième personnalité préférée des sympathisants de droite derrière Nicolas Sarkozy, selon un sondage de l’Observatoire Elabe, Xavier Bertrand apparaîtrait comme un choix judicieux. Par ailleurs, il n'assistera pas à la réunion organisée par Gérard Larcher selon son entourage. Une façon de se démarquer ?

Eric Woerth

Interrogé sur la présidence future du parti, sur RTL, le député LR Eric Woerth a plaidé lundi pour une direction collégiale à la tête du parti. «Il peut y avoir peut-être une collégialité dans un premier temps», a-t-il déclaré, en ajoutant qu'il y a plein «de jeunes députés talentueux».

Au lendemain de la démission de son président Laurent Wauquiez, Eric Woerth a pour objectif de construire une «alliance des forces de droite et du centre» dans la perspective des municipales. Il a salué sur RTL la décision de Laurent Wauquiez, «digne» et « responsable», «peut-être pas suffisante mais nécessaire pour reconstruire la droite», après son échec historique aux européennes.

Bruno Retailleau

Autre nom avancé pour siéger à la place de Laurent Wauquiez, celui de Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat. Ce proche de François Fillon avait fait partie de ceux qui avaient questionné l’ex-chef de parti sur sa démission, en estimant que Laurent Wauquiez devait quitter son poste après les Européennes. Dimanche soir, il a salué son «élégance» et sa «dignité».

A noter que lors de l’élection à la présidence des Républicains, en 2017, Bruno Retailleau n’avait finalement pas souhaité concourir face à Laurent Wauquiez, préférant se concentrer sur son club de réflexion politique, Force Républicaine.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles