Pourvoi en cassation contre la mise en liberté de l'anesthésiste de Besançon

L'anesthésiste français Frédéric Péchier le 29 mars 2017 à Besançon  [SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives] L'anesthésiste français Frédéric Péchier le 29 mars 2017 à Besançon [SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives]

Le parquet général a décidé lundi de se pourvoir en cassation contre la décision de la cour d'appel de Besançon de laisser en liberté sous contrôle judiciaire le Dr Frédéric Péchier, soupçonné de 24 empoisonnements, dont neuf mortels, a-t-on appris de source judiciaire.

Le parquet dispose désormais "d'un mois pour rédiger le mémoire" qui détaillera les motifs de ce pourvoi, qui était vivement souhaité par les parties civiles, a-t-on précisé de même source. "C'est une excellente nouvelle", s'est félicité Me Frédéric Berna, l'un des avocats des parties civiles qui "compte sur le parquet général pour convaincre la cour de casser cet arrêt", rendu mercredi par la chambre de l'instruction.

"C'était important pour les victimes de sentir qu'on n'allait pas laisser passer ce genre de comportement", a-t-il ajouté, interrogé par l'AFP. Le Dr Péchier, âgé de 47 ans, a été mis en examen en 2017 puis à la mi-mai pour un total de 24 empoisonnements présumés de patients, dont neuf mortels. A quatre reprises - en première instance puis en appel -, la justice a décidé son maintien en liberté sous contrôle judiciaire, la dernière fois mercredi.

Selon Me Berna, des "soupçons de partialité" pèsent sur cette dernière décision, du fait d'un soupçon de "connivence" entre le président de la chambre de l'instruction, qui a rendu la décision en appel, et des avocats de la défense. Malgré les accusations qui pèsent contre lui, Frédéric Péchier n'a jamais été placé en détention depuis sa première mise en examen en 2017.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles