Une retraitée handicapée coincée chez elle à cause d'un logement inadapté

Le bailleur social de la retraitée ne lui a toujours pas proposé de logement adapté. Le bailleur social de la retraitée ne lui a toujours pas proposé de logement adapté. [Kenzo TRIBOUILLARD / AFP]

A Serquigny, dans l'Eure, une retraitée de 66 ans ne peut plus sortir de chez elle depuis qu'elle a perdu l'usage de ses jambes, il y a neuf mois. La raison ? Son fauteuil roulant ne passe pas la porte d'entrée.

«Vous voyez, je suis prisonnière chez moi», a confié Corinne Duval à L'Eveil Normand. Elle ne vit en effet que dans le salon de son appartement de 20 m2, situé au premier étage d'un immeuble. Construit dans les années 1960, il n'est pas du tout adapté pour les personnes à mobilité réduite.

Alerté après son accident, qui lui a valu deux mois d'hospitalisation, son bailleur social, Eure Habitat, ne lui a toujours pas proposé de logement adapté. Le souhait de Corinne Duval serait de pouvoir occuper une petite maison avec un jardin, la retraitée ne voulant pas entendre parler d’un placement en maison de retraite. «Si j’avais 80 ans, pourquoi pas, mais là je suis trop jeune», a-t-elle expliqué à L'Eveil Normand.

Un logement pourrait se libérer

Du côté d'Eure Habitat, interrogé par France 3 Normandie, on affirme qu'un appartement «devrait se libérer dans les prochains mois». «Une étude technique est en cours pour savoir si le logement peut faire l'objet d'une adaptation pour personne en situation de handicap», a déclaré au média local Fabien Mancel, directeur du pilotage interne chez Eure Habitat.

Problème pour Corinne Duval, son bailleur n'a pas d'obligation légale d'adapter le logement à son handicap, car elle ne rentre dans aucune case de la loi. Selon l'Insee, 1,2 million de personnes rencontrent d’importants problèmes d’accessibilité à leur logement.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles