Canicule : alerte à la pollution à l'ozone dans plusieurs agglomérations

La mairie de Pairs a demandé à la préfecture de police de «mettre en place la circulation différenciée» mercredi 26 juin. [GERARD JULIEN / AFP]

Conséquence de la canicule qui sévit actuellement sur le pays, un pic de pollution à l’ozone est attendu à Paris et dans plusieurs autres agglomérations.

A Paris, Airparif (l’organisme de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France) prévoit cet épisode de pollution pour la journée de mercredi. La municipalité a toutefois pris les devants dès ce mardi 25 juin, annonçant la gratuité du stationnement résidentiel à Paris ce jour.

La mairie a par ailleurs demandé à la préfecture de police de «mettre en place la circulation différenciée» mercredi 26 juin.

Limitations de vitesse à Lyon

Dans l’agglomération lyonnaise également des mesures d’anticipation ont été prises. Le préfet du Rhône, Pascal Mailhos, a activé le niveau d’alerte 1 et a annoncé des limitations de vitesse. Dès 5h ce mardi, la vitesse sera réduite de 20 km/h sur l’ensemble des routes limitées à 90 km/h et plus. Et sur les axes limités à 80 km/h, il ne faudra pas dépasser les 70 km/h.

Afin d’inciter les habitants à privilégier les transports en commun, le Sytral, le service des transports lyonnais, met par ailleurs à vente dès ce mardi 25 juin un billet spécial pollution : le Tick’Air. Vendu au prix de trois euros, il permet de voyager toute la journée sur l’ensemble du réseau.

David Kimelfeld, président de la Métropole, a par ailleurs demandé la mise en place de la circulation différenciée.

Dans le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, Atmosud (l’organisme de surveillance de la qualité de l’air dans la région PACA), prévoit « un épisode de pollution à l’ozone de longue durée».

Niveau d'alerte 1

Ce mardi, la préfecture des Bouches-du-Rhône a déclenché le niveau d’alerte 1 pour ces deux départements en raison du dépassement des taux de concentration en ozone. La préfecture a ainsi annoncé plusieurs mesures, parmi lesquelles la baisse maximale de 20km/h des vitesses maximales autorisées (sans descendre en-dessous des 70), le raccordement électrique à quai des navires et des bateaux fluviaux, ainsi que mesures d'urgence dans le secteur industriel. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles