Canicule : les détenus souffrent de la chaleur dans les prisons

Les détenus se plaignent des conditions climatiques des établissements pénitenciers français en période de canicule. [©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP]

Alors que les températures montent encore d’un cran dès aujourd’hui, la chaleur suffocante qui s’abat sur le pays rend difficile les conditions de détention des 71.000 personnes incarcérées.

Interrogé par 20 Minutes, François Bees de l’Observatoire international des prisons, a déclaré recevoir depuis deux jours des coups de fils de proches de détenus, inquiets : «Après être allées les voir au parloir, ces personnes remarquent qu’ils n’en peuvent plus, qu’ils crèvent de chaud en cellule», explique le coordinateur du pôle enquêtes de l’OIP (Observatoire international des prisons).

En ajoutant : «Malgré les quelques mesures prises par l’administration pénitentiaire pour faire face à la canicule qui touche le pays, les prisonniers cuisent dans ces taules-là.» En effet, en ce moment, le thermomètre affiche jusqu'au 46 degrés dans certaines cellules.

Un détenu quadragénaire, dans l’attente de son procès dans une maison d'arrêt du sud de la France, s’est confié à France Info quant aux conditions de vie dans les prisons : «Il n'y a pas d'air, le soleil tape. Ce n’est pas aéré, il fait une chaleur effroyable, on transpire, raconte le détenu. Il n'y a pas de climatisation, et les ventilateurs, il faut les acheter... Sauf que tout le monde n'a pas d'argent en prison».

Des mesures prises

Outre les bouteilles d’eau et les ventilateurs qui ont été distribués dans certains étbalissements, la direction de l’administration pénitentiaire assure que des mesures sont prises dans chaque centre pour faire face aux problèmes rencontrés pendant la canicule.

Mais c’est surtout dans les maisons d’arrêts que les conditions sont les plus difficiles. En effet, les prisonniers sont trois, voire quatre, dans des cellules de 9 m², et ce, 22 heures par jour.

Contactée par nos confrères de 20 Minutes, la direction a notamment indiqué que les heures de promenade peuvent être décalées à des heures de la journée où le soleil est moins agressif, en ajoutant que les détenus peuvent également remplacer leur promenade par une douche.

Car si la moyenne d'âge des détenus est de 31 ans, en France, certains ont plus de 60 ans et les malaises sont fréquents.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles