La privatisation d'ADP abandonnée ?

Selon Le Canard Enchaîné, Emmanuel Macron aurait décidé de faire marche arrière sur le projet controversé de privatisation d'ADP. [Photo d'illustration / ERIC PIERMONT / AFP].

La privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) aurait-elle du plomb dans l'aile ? A en croire le Canard Enchaîné de ce mercredi 26 juin, pour Emmanuel Macron, le projet pourrait en effet être abandonné dans la mesure où il n’est pas compris de l’opinion publique.

D'après l'hebdomadaire satirique, c'est le chef de l'Etat lui-même qui aurait fait cette confidence à des «visiteurs».

Son ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, serait d'ailleurs sur la même ligne et aurait lui aussi abandonné toute idée de privatisation du gestionnaire des aéroports de Paris.

Pas de communication officielle prévue dans l'immédiat

Le Canard Enchaîné ajoute toutefois que le président de la République n'aurait pas prévu de communication officielle.

«Il faut prendre son temps, a expliqué Emmanuel Macron, il ne faut pas faire comme si le référendum n’existait pas. Il convient de respecter les Français signataires du projet de référendum d’initiative partagée. Et de ne pas donner l’impression, en attaquant cette procédure, que nous les méprisons. Le processus doit aller sereinement jusqu’au bout, comme le prévoit la Constitution».

Soutenus par une partie de l'opinion publique, quelque 250 députés et sénateurs (de LFI à LR et avec le soutien du RN) avaient enclenché début avril la procédure de référendum d'initiative partagée (RIP), introduite dans la Constitution en 2008 mais jamais utilisée.

Agitant le traumatisme de la privatisation des autoroutes de 2003, ces élus entendaient ainsi s'opposer à la privatisation du groupe aéroportuaire décidée par le gouvernement et destinée à financer un fonds «d'investissements d'avenirs», valorisé à 10 milliards d'euros.

La période du recueil des 4,7 millions de signatures nécessaires à l'organisation d'un RIP s'étant ouverte le 13 juin dernier pour une durée de neuf mois, l'annonce de l'abandon du projet, si elle a effectivement lieu, ne devrait selon toute vraisemblance pas être faite avant février 2020.

De longues semaines en perspective qui n'excluent pas d'autres péripéties.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles