Canicule : du sud au nord, le pays face au pic

Une vague de chaleur qui signe des records de températures partout sur le territoire. [Photo d'illustration / MIGUEL MEDINA / AFP].

Alors que la France connaît un épisode caniculaire sans précédent pour un début d'été, ce jeudi 27 juin marque la journée la plus chaude de la semaine. Tant redouté, le pic de chaleur est donc désormais arrivé.

Une France en surchauffe. Avec 76 départements en vigilance orange canicule aujourd'hui et 4 en rouge dès demain - du jamais vu - c'est tout l'Hexagone qui suffoque. Et même l'Ouest, qui jusque là était relativement épargné, s'est fait rattrapé par la vague de chaleur.  

Des records en cascade

A Nantes, en Loire-Atlantique, les spécialistes sont formels, jamais la température n'a été aussi haute, et avec 41 degrés Celsius (C) relevés à l'ombre ce jeudi, la cité des Ducs voit désormais rouge.

La veille, dans un sud pourtant déjà aguerri, pour la première fois la barre des 40°C a été franchie pour un mois de juin à Montclus (Gard) avec 41,1°C, mais aussi à Peyrolles-en-Provence (Bouches-du-Rhône) avec 40,6°C, ou encore à Apt (Vaucluse) avec 40°C .

QUATRE DEPARTEMENTS du sud EN VIGILANCE ROUGE VENDREDI

Mais cette vague de chaleur, dont tout porte à croire qu'elle vienne à se répéter en raison du réchauffement climatique, va encore s’amplifier.

Météo-France a en effet placé pour la journée de vendredi les départements de l'Hérault, du Gard, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône en vigilance rouge. Une première en France depuis le début de la mise en place de la vigilance canicule, en 2004.

Cette vigilance est valable «de vendredi 10 heures à samedi 6 heures, précise l'institut national de météorologie, (...) la chaleur sera exceptionnelle : on atteindra fréquemment 42 à 45 °C et des records absolus de températures maximales pourraient être battus».

Concrètement, ce niveau correspond à un seuil très intense et durable, avec apparition d'effets collatéraux dans différents secteurs (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux ou des pompes funèbres, pannes d'électricité, feux de forêts, nécessité d'aménagement du temps de travail ou d'arrêt de certaines activités...). 

Sur cette période, des «températures exceptionnelles» sont en outre annoncées en basse vallée du Rhône, de 42 et 44°C.

L'Ile-de-France chauffée à blanc samedi

Enfin, samedi, c'est la région parisienne qui vivra sa journée la plus chaude, avec de 38 à 40°C attendus.

D'une manière générale, il faudra ensuite attendre au minimum jusqu’à mardi prochain pour voir l’ensemble du pays retrouver des températures moins élevées, mais qui devraient néanmoins rester au-dessus des normales de saison.

Les autorités font part de leurs consignes

Dans ce contexte, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, et le docteur Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, ont fait part de leurs consignes.

Concernant plus particulièrement la vigilance rouge à la canicule dans les quatre départements du Sud, Agnès Buzyn a indiqué que les sorties scolaires et les événements sportifs, ainsi que les activités sportives dans les établissements scolaires, seront annulés ou reportés, sauf s'ils se déroulent dans des lieux frais.

Les parents d'élèves sont en outre autorisés à garder leurs enfants chez eux s'ils le souhaitent, après avoir prévenu les établissements scolaires.

Les maraudes vont par ailleurs êtres renforcées dans les départements concernés par la vigilance rouge et le plan bleu sera activé dans les établissements médico-sociaux. Les préfets vont par ailleurs activer leurs cellules de crise.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles