Paris : le test du VIH rendu gratuit et sans ordonnance dans tous les laboratoires de la capitale

Dès le 1er juillet 2019, il sera possible de faire le test du VIH gratuitement dans tous les laboratoires parisiennes. Dès le 1er juillet 2019, il sera possible de faire le test du VIH gratuitement dans tous les laboratoires parisiennes.[© CLAUDIO REYES / AFP]

Dès le 1er juillet 2019, il sera possible de faire le test du VIH gratuitement, sans avoir besoin d'ordonnance, et ce, dans tous les laboratoires de Paris. Mis en place par la municipalité parisienne sous le nom de «Labo sans ordo», ce dépistage vise – selon elle – à «accélérer la fin du sida».

Cette expérimentation pilote – d'une durée d'un an – doit permettre à tous ceux qui le souhaitent de faire le test du VIH, sur simple demande et sans rendez-vous, et ce, sans débourser un centime, qu'ils soient munis d'une carte vitale ou non. 

«La région Ile-de-France est particulièrement concernée, car les populations les plus touchées y sont les plus représentées», a ainsi expliqué Anne Souyris, l'adjointe à la mairie de Paris en charge de la santé, qui souligne qu'il faudrait que «90 % de la population contaminée soit dépistée et soignée» pour que «le sida ne soit ne se démultiplie plus».

«rendre cet acte banal»

Pour l'élue, il s'agit avant tout de «rendre cet acte banal» et de «le dédramatiser». En 2017, 6.400 personnes ont découvert leur séropositivité en France, dont 2.500 en Île-de-France et 1.000 à Paris. Soit 500 découvertes de séropositivité par million d’habitants, comme le rappelle la municipalité.

«Il faut décupler le nombre de tests. C’est bien que cette facilité là existe, que monsieur Tout-le-monde puisse se faire dépister», se réjouit Anne Souyris, qui rappelle qu'il faut en moyenne 3 ans pour qu'une personne contaminée l'apprenne.

volonté de pérenniser le dispositif

A l'issue de cette expérimentation d’un an – mise en place pour des raisons juridiques et pour «aller vite» –, ce dispositif «Labo sans ordo» pourrait être inscrit dans la loi et généralisé, et pourquoi pas, comme le souhaite l'adjointe parisienne, «élargi à toute la France». En attendant, l'expérimentation est menée conjointement avec la région PACA, deuxième la plus touchée après la région parisienne. 

L'objectif à terme pour la municipalité qui a mis en place en 2017 le plan «Paris sans sida» ? «Permettre à plus de personnes séropositives d'être dépistées et d’avoir accès aux traitements rapidement, pour atteindre l'objectif de zéro nouvelle infection par le VIH d'ici à 2030».

À suivre aussi

Le Sénat a adopté à l'unanimité mercredi en première lecture une proposition de loi transpartisane visant à interdire la vente aux mineurs du protoxyde d'azote.
Santé publique Gaz hilarant : le Sénat vote à l'unanimité l'interdiction de sa vente aux mineurs
Le protoxyde d'azote se vend sous forme de cartouches de siphon à chantilly.
Santé publique Protoxyde d'azote : une proposition de loi présentée ce mercredi au Sénat pour protéger les jeunes du gaz hilarant
Les filles seraient plus touchées par l'addiction au smartphone.
Santé publique Technologie : un jeune sur quatre serait addict à son smartphone

Ailleurs sur le web

Derniers articles