Lynchés sur les réseaux sociaux pour un «safari chasse» en Afrique, les gérants d'un Super U veulent désormais ouvrir un McDo

Propriétaires du Super U de l'Arbresle (Rhône), plusieurs membres d'une même famille ont été attaqués sur Facebook et Twitter après la publication de photos, mettant en scène une partie de chasse en Afrique. Face à la pression, ils ont démissionné mardi soir et ont l’intention d’ouvrir un McDonald's juste à coté.

Sur les clichés, massivement partagés par les internautes, on reconnaît très distinctement les gérants de la grande surface poser fièrement avec des animaux sauvages - lions, léopards ou encore alligators - qui viennent tout juste d'être abattus.

Disponibles directement sur Google en tapant le nom de famille des propriétaires, les photos de leur safari, pratiqué dans un cadre légal, n’ont pas laissé les internautes insensibles. Nombre d'entre eux appelaient notamment au boycott du supermarché. L'information a en outre été partagée plus de 14.000 fois par un sympathisant du Parti animaliste.

Sur Twitter, des personnalités avaient également réagi, qualifiant ce massacre de «fléau» et de «crime», à l'image par exemple d'Hugo Clément, de Julien Courbet, ou encore de Florian Philippot.

La Coopérative U de l'Arbresle était même intervenue sur Twitter en expliquant qu’elle «se désolidarisait fermement de ces pratiques qui vont à l’encontre des valeurs que nous défendons et de nos engagements», en soulignant par ailleurs que «ces images relèvent d’activités personnelles en dehors de la sphère professionnelle».

Un autre projet en perspective 

Après cette vive polémique, les gérants s'apprêtent à ouvrir prochainement un McDonald's au bout du parking du Super U de l'Arbresle. Propriétaire de nombreux terrains, le couple a obtenu le permis de construire l'année dernière.

À suivre aussi

Enquête Affaire Epstein : la police française élargit son appel à témoin à l'international
Télévision Steven Soderberg s'attaque avec délectation au scandale des Panama Papers dans «The Laundromat»
Le «Dieselgate» a déjà coûté à Volkswagen plus de 30 milliards d'euros en frais juridiques, amendes et dédommagements, déboursés pour l'essentiel aux Etats-Unis.
Automobile Tout savoir sur le «Dieselgate», dont le premier grand procès de clients démarre ce lundi

Ailleurs sur le web

Derniers articles