Criblé de dettes, Luc Besson cède sa société EuropaCorp à un fonds américain

Le réalisateur croule sous les dettes après que sa société ait enregistré une troisième année consecutive de pertes[STEFANIE LOOS / AFP]

Après des semaines de discussions, Luc Besson aurait finalement tranché et cédé sa société de production EuropaCorp à Vine, un fonds de gestion alternative américain.

Un accord aurait été conclu entre les deux parties le 3 juillet dernier, selon les informations relayées par le JDD. Celui-ci devra être validé par le tribunal de commerce de Bobigny.

Placée en procédure de sauvegarde le 14 mai dernier après avoir enregistré une troisième année consécutive de pertes, EuropaCorp avait bénéficié de six mois pour sortir la tête de l'eau. En 2019, l'entreprise du célèbre réalisateur affichait 88,9 millions d'euros de pertes. Elle devrait rembourser au total 229 millions d'euros d'ici le mois d'octobre 2019. 

Intéressé par le rachat de la société, Jérôme Seydoux et le groupe Pathé se sont finalement heurtés au refus de Luc Besson. Les créditeurs d'EuropaCorp avait précédemment rejeté une première offre du groupe, car «plusieurs conditions essentielles» n'étaient pas remplies. 

Sale temps pour le réalisateur

Récemment accablé par des accusations de viol (depuis classées sans suite), Luc Besson a également essuyé un échec cuisant au box-office américain avec la sortie de son dernier film «Anna», qui n'a récolté que 6,7 millions de dollars de recettes en deux week-ends. 

Loin de ses succès passés (son film Lucy est le film français le plus vu à l'étranger depuis vingt ans avec plus de 56 millions d'entrées), le metteur en scène français peine à convaincre les critiques américains, qui estiment que la sortie du film est entaché par les accusations d'agressions sexuelles. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles