En 1911, la canicule avait fait 40.000 morts en France

Le Café de la paix à Paris, en 1911. Le Café de la paix à Paris, en 1911. [Wikimedia Commons]

Avec un record absolu de chaleur jamais enregistré en France, le mois de juin a été particulièrement chaud en France. Ce que l'on sait moins, c'est que l'été 1911 fut particulièrement mortel, la température ayant atteint des sommets en juillet, août et jusqu’au début du mois de septembre.

En juillet 1911, une vague de chaleur exceptionnelle a déferlé sur l’Europe, après avoir fait des dizaines de morts aux États-Unis. Les 22 et 23 juillet 1911, 38 °C ont été relevés à Lyon, Bordeaux et Châteaudun. En août, à Paris, les températures étaient supérieures à 30 °C pendant 14 jours.

Cette canicule fit ainsi plus de 40.000 morts en France, principalement des enfants en bas âge (29.000). Ce sont les moins de deux ans qui ont le plus souffert à l’été 1911, décédant des suites de diarrhées (gastro-entérites), notamment lorsqu’ils recevaient le biberon.

Un lait mauvais et peu nourrissant

Beaucoup de mères ayant abandonné l’allaitement au sein, cette épidémie va de pair avec celle qui sévit chez les vaches laitières. Cet été là, le lait est effet de plus en plus mauvais et peu nourrissant, les fermiers donnant trop de tourteaux, pulpes et betteraves pourries à leurs animaux, explique le site Sciencepost.fr. En parralèle, une épidémie conjointe de fièvre aphteuse à cette même époque avait eu un impact sur la quantité de lait produite pour nourrir les nourrissons.

Les personnes âgées ont elles aussi été touchées durant cet épisode de chaleur intense, mais les autorités s'émurent davantage de la mortalité infantile, vue comme une priorité nationale.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles