Saint-Etienne : un patient reste 5 jours sur un brancard aux urgences

Au CHU de Saint-Étienne, le personnel des urgences est en grève depuis le 5 juin pour dénoncer le manque de moyen.[©FRANCOIS GUILLOT / AFP]

Un triste record battu aux urgences stéphanoises. Faute de chambre disponible, un patient de 72 ans a quitté le CHU de Saint-Etienne ce mardi, après avoir passé 120 heures sur un brancard, soit 5 jours dans un couloir.

Selon le personnel hospitalier, des patients restant plus de 70 heures sur des brancards ne sont pas rares et la situation ne fait qu'empirer : «Le patient n'a plus d'intimité, même si on met une espèce de paravent. Dans un couloir, il n'y a plus ni confort ni respect de la pudeur», regrette une aide soignante du CHU au micro de France Bleu Saint-Étienne Loire.

Selon la charte du patient du CHU, un patient se voit garantir «le respect de la vie privée» mais aussi «la qualité de l’accueil, de traitement et des soins […] pour assurer à chacun une vie digne (article 2)». Mais ces engagements sont loin d'être respectés selon une autre aide-soignante : «On commence à voir des gens qui repartent avec des débuts d’escarres, parce qu’ils restent trop longtemps sur des brancards. On fait ce qu’on peut pour les masser mais on n’est pas assez.».

Mardi, en fin de journée, il ne restait que quelques patients dont le temps de brancard excédait 70 heures. Au CHU de Saint-Étienne, le personnel des urgences est en grève depuis le 5 juin pour dénoncer le manque de moyen. Près d'une trentaine de lits post-urgences ont été supprimés temporairement au mois de juillet.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles