La conversion de votre vieille voiture à l'électrique pourrait bientôt être facilitée

Près de 5500 emplois pourraient être créés grâce au rétrofit électrique. [© Ian Motion]

Une dizaine de start-up réunies au sein d'une association tentent de faire aboutir d'ici la fin de l'année un arrêté facilitant le «rétrofit» électrique en France. Une pratique qui consiste à transformer de vieilles voitures thermiques en voitures électriques.

Depuis janvier dernier, Transition-One, Carwatt, Ian Motion, Brouzils Auto ou encore OscarLab travaillent sur ce projet d'arrêté au sein de l'association AIRe (Acteurs de l'industrie du rétrofit électrique), créée par Arnaud Pigounides, cofondateur de Retrofutures

«Nous avons travaillé avec la DGEC (direction générale de l'énergie et du climat) sur un arrêté, qui est aujourd'hui quasiment prêt : nous espérons qu'il sera signé avant la fin de l'année» a confié aux Echos Arnaud Pigounides. 

Ce nouveau texte faciliterait les démarches pour homologuer un vieux véhicule transformé, compliquées à mettre en place aujourd'hui à cause notamment de l'accord nécessaire du constructeur. Et prévoit également de réduire les coûts élevés de la conversion à l'électrique (20 000 euros par exemple pour une vieille Fiat 500) en industrialisant le processus. 

Selon l'AIRe, cette transformation pourrait générer dans l'hexagone, en cinq ans, un chiffre d'affaires de plus d'un milliard d'euros pour 65 000 anciens véhicules convertis. Elle pourrait aussi créer près de 5500 emplois. Plus de 22 pays à travers le monde autorisent et favorisent déjà ce passage à l'électrique. 

L'association veut convertir plusieurs milliers de vieilles voitures dès l'an prochain.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles