Un vote en ligne pour élire l'emballage plastique le plus inutile dans les supermarchés

«Elisez l'emballage le plus stupide», propose la plateforme d'Aline Gubri. [© capture blog «Consommons sainement»]

Des magasins mis devant leur responsabilité. Une blogueuse adepte du courant «zéro déchet» a récemment lancé un scrutin en ligne pour élire l'emballage plastique «le plus stupide» que l'on peut dénicher dans les supermarchés.

Sur son blog baptisé «Consommons sainement», Aline Gubri, auteure de «Zéro plastique zéro toxique» (2017, éd. Thierry Souccar), invite les internautes à choisir parmi une pré-selection de produits issus de différentes grandes marques, classés selon trois catégories à problèmes : «l'idée du siècle», «inexcusable» et «si seulement la nature avait tout prévu». Une semaine son lancement fin juillet, l'initiative a recueilli plus de 8.000 réponses. «J'ai reçu beaucoup de réponses très intéressantes, mais ce qui revient le plus, c’est que c’est très difficile de choisir car ils sont tous ridicules», explique la blogueuse dans les colonnes du Huffington Post.

«Ridicules» car totalement contraires aux enjeux environnementaux contemporains: un melon entier dans un panier en bois puis entouré de film plastique, des bananes pré-découpées vendues sur une barquette en polystyrène, des œufs pré-cuits et mis sous vide, des boulettes de viande dans des emballages individuels, du fromage prédécoupé dans de l'aluminium, des cubes de levure emballées deux fois... Soit une quantité astronomique de plastique utilisé pour rien, ou presque.

«Un plafond de verre»

Selon la jeune blogueuse, qui estime que chacun a son rôle à jouer en matière de protection de l'environnement, multinationale comme citoyen, la plupart des grandes surfaces ne s'impliquent pas suffisamment, voire pas du tout, face à l'urgence écologique. La preuve avec ces photos qui révèlent toute l'absurdité de certains produits de consommation vendus sur les étalages.

categorie_1_5d4c3db1d7c64_0.jpg

ps-categorie2_5d4c3dd7d49f3_0.jpg

ps-categorie3-1_5d4c3dee710b3_0.jpg

© captures d'images du blog «Consommons sainement»

Après le vote, qui s'achèvera le 11 septembre, la blogueuse compte contacter publiquement les magasins «vainqueurs» pour les inciter à changer concrètement leurs habitudes de vente, loin du greenwashing habituel. «Je fais tout ce que je peux à mon échelle de consommateur, mais il y a encore beaucoup de produits, d'aliments que je ne peux pas trouver sans emballage. Tant que les entreprises n'auront pas cette offre-là sans plastique, je vais me heurter à un plafond de verre», explique-t-elle au HuffPost, estimant que «si des entreprises [lui] en offraient la possibilité», elle pourrait «faire bien plus».

A noter que ce n'est pas la première fois que la question du suremballage fait réagir les internautes, qui avaient déjà remarqué les oranges pelées puis individuellement empaquetées, les asperges pré-coupées vendues dans un bocal d'eau, ou encore les bananes pré-épluchées vendues sous vide, depuis retirées des étalages. Reste que nombre de produits de ce type sont toujours dans le commerce sans pour autant créer la controverse, comme les mélanges de légumes pré-découpés, le fromage en tranches, les biscuits en sachet individuel, les produits bio vendus sous emballage pour être différenciés...

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles