Rentrée scolaire : les 4 nouveaux collèges de Seine-Saint-Denis porteront des noms de femmes

En plus d'être des femmes, les quatres personnalités choisies se sont battues pour les droits des femmes et l'égalité. [HO / NEW BETHEL BAPTIST CHURCH / AFP / Boyan Topaloff / AFP]

En Seine-Saint-Denis, quatre nouveaux collèges publics vont ouvrir leurs portes à la rentrée. À chacun, le Conseil départemental a décidé de donner le nom d’une femme.

La démarche se veut progressiste dans un domaine qui ne laisse qu'une place dérisoire aux grandes femmes de l'histoire. En 2015, Le Monde faisait état du nombre restreint des établissement baptisés aux noms de femmes, comparé aux hommes.

Pour réduire cet écart, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis a pris une décision radicale : «Nous donnons désormais systématiquement des noms de femmes à tous les nouveaux collèges que nous construisons. […] L’Histoire a également été façonnée par les femmes, et nos bâtiments publics doivent eux aussi en témoigner», avait confié son président, en 2018. En plus d'être des femmes, les quatres personnalités choisies se sont battues pour les droits des femmes et l'égalité. 

FIGURES FÉMINISTES

Ainsi, cette année, la ville d’Aubervilliers inaugurera le collège Gisèle Halimi, du nom de la célèbre avocate féministe, aujourd'hui âgée de 92 ans. Sa victoire au procès de Bobigny, en 1972, avait notamment permis à Simone Veil de faire voter la loi de 1975 sur l’intervention volontaire de grossesse. Le collège Miriam Makeba ouvrira également ses portes à cheval entre Aubervilliers et Saint-Denis. Double rareté ici, car les personnalités étrangères sont encore moins représentées que les femmes.

A Drancy, c'est le nom d'une autre femme étrangère qui ornera le nouveau collège. Celui de la légendaire Aretha Franklin, décédée l'année dernière. Surnommée la «Reine de la soul», elle est l'artiste ayant vendu le plus de disques au monde. Sa chanson «Respect», sortie en 1967 est un véritable hymne féministe, repris encore aujourd'hui par les jeunes militantes. 

Le quatrième et dernier lycée portera le nom de l'anthropologue de la domination masculine Françoise Héritier. Seconde femme à entrer au Collège de France, elle a consacré sa vie à dénoncer les rapports inégalitaires entre les hommes et les femmes, à travers le monde.

Des modèles inspirants pour les jeunes générations qui auront le privilège d'étudier entre ces murs.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles