Un buraliste et PMU s'arrachent un parieur capable de miser 100.000 euros par jour

Le parieur représentait 95 % du chiffre d'affaires du bar à lui seul. [©JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP]

Ils se l’arrachent. Le responsable d’un bar parisien accuse le PMU de lui avoir pris son meilleur parieur. Et pour cause, celui-ci pouvait jouer plus de 100.000 euros par jour sur des courses hippiques.

Comme le révèle Le Parisien, la société PMU et le bar «Deauville flyer», dans le VIe arrondissent de la capitale, gèrent ensemble la dette du joueur depuis 2016. Ils surveillent de près les sommes engagées par leur client VIP, mais surtout son solde négatif et ses remboursements.

un effondrement du chiffre d'affaires

«J’ai organisé mon activité autour de lui. J’ai engagé deux personnes à temps plein pour prendre ses mises, car il faut être disponible en permanence», a déclaré le patron au Parisien.

Mais depuis quelque temps, ce dernier a le sentiment que la société PMU veut récupérer la gestion du parieur en l'incitant à jouer sur la plateforme Allopari, le privant ainsi de commissions.

Petit à petit, le parieur cesse donc de se rendre à son bar habituel, entraînant une chute de son activité. Il faut dire qu’à lui seul, il représentait 95 % du chiffre d'affaires du «Deauville flyer». Face à cette situation, le gérant a donc décidé d’engager un bras de fer judiciaire avec le PMU, en assignant l'opérateur au civil pour la perte de gain qu'il estime avoir subi.

«Le PMU a droit de vie ou de mort sur les détaillants. Il peut les débrancher à tout moment. Il les soumet à des règles strictes dont il s’affranchit sans scrupule», a déploré l’avocat du responsable.

Le buraliste attaque également le PMU pour «exercice illégal de la profession de banquier». En effet, l’organisme de paris aurait autorisé le joueur miser à crédit, ce qui est interdit. Contacté par Le Parisien, le PMU n’a pas souhaité répondre aux questions du quotidien, «On ne s'exprime pas sur une affaire en cours», a-t-il indiqué.

À suivre aussi

litige La police appelée pour une épilation du maillot qui tourne mal
Banque Problèmes bancaires : des litiges bien encadrés
Meurthe-et-Moselle Nancy : condamnée à raser sa maison qui fait de l’ombre à la voisine

Ailleurs sur le web

Derniers articles