Vidéo : l'IGPN saisie à la suite d'une violente interpellation à Saint-Ouen

Un homme a été arrêtée, vendredi 9 août, dans la cité Cordon de Saint-Ouen par des agents de la compagnie de sécurité et d'intervention (CSI)[FRANCOIS GUILLOT / AFP]

L'IGPN a de nouveau été saisie après une violente interpellation filmée dans une cité de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

Un homme a été arrêté, dans l'après-midi du vendredi 9 août, dans la cité Cordon par des agents de la compagnie de sécurité et d'intervention (CSI) du département de Seine-Saint-Denis.

Mais une vidéo partagée par un habitant d'un des bâtiments de la cité montre la violence de l'interpellation. On peut en effet voir une bagarre éclater entre deux hommes, avant que l'un d'eux, vêtu de blanc, se déchaîne sur l'individu interpellé par la suite. Il lui assène de nombreux coups de poing et le maîtrise au sol.

«C'est un keuf»

En commentaire audio de la vidéo, on entend une personne affirmer qu'il s'agit d'un «keuf» (flic en argot, ndlr). Une version confirmée par les faits puisque l'homme dont le T-shirt se déchire dans la bagarre n'est pas inquiété par les policiers qui arrivent dans un second temps pour procéder à l'interpellation du suspect. Un des agents assène un coup de pied à l'homme se trouvant à terre avant de l'arrêter. Quant à l'homme en blanc, il le frappe violemment avec son pied et s'éloigne.

3 jours d'ITT

Après son arrestation, l'homme a été placé en garde à vue pour trafic de drogue, laquelle a été levée samedi après-midi, d'après une source judiciaire.

Le parquet a indiqué que l'individu interpellé s'était vu prescrire trois jours d'ITT (incapacité totale de travail). Il a également été entendu par l'IGPN et a porté plainte pour violences contre les policiers. 

Un coup d'achat de drogue qui tourne mal ? 

Il pourrait s'agir d'un coup d'achat de drogue - soit une opération de la police visant à se faire passer pour un client auprès d'un dealer - qui aurait mal tourné. Mais l'information n'est pas confirmée à ce stade. 

Le 10 août, le parquet de Bobigny a saisi l'IGPN pour faire la lumière sur cette arrestation musclée. Une enquête a été ouverte pour violences par une personne de l'autorité publique, selon l'AFP, confirmant ainsi une information du Parisien

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles