Paris : le «Bouquet de Tulipes» de Koons inauguré par Emmanuel Macron lors de la Nuit Blanche ?

La sculpture, faite de bronze, mesurera 10 m de haut.[© Jeff Koons. Courtesy Noirmontartproduction]

Après plusieurs années de polémiques, le «Bouquet of Tulips», proposé par le célèbre artiste Jeff Koons à la ville de Paris, devrait être inauguré pour la Nuit Blanche, en présence d'Emmanuel Macron.

En bordure des Champs-Elysées (8e), dans un jardin derrière le Petit Palais et le pavillon Ledoyen, le chantier préparatoire démarre en effet ces jours-ci, explique ce jeudi 22 août Christophe Girard, l'adjoint à la maire de Paris en charge de la Culture. Il s'agit d'abord «d'aménager le terrain, creuser les fondations et installer les premiers éléments de la structure, comme pour la construction de tout édifice», indique-t-il.

La sculpture en bronze de 10 m de haut «sera vraiment complète à peu près vers la fin du mois de septembre. L'inauguration pourrait ainsi avoir lieu vers la Nuit Blanche [prévue le 5 octobre], par Jeff Koons, Anne Hidalgo et Emmanuel Macron. Le président de la République souhaite être présent», révèle Christophe Girard.

Les tulipes acheminées depuis l'allemagne

L'œuvre, actuellement stockée à proximité de Francfort-sur-le-Main, dans le centre de l'Allemagne, à 500 km de Paris, doit arriver progressivement en morceaux séparés en plusieurs convois.

Le plasticien américain avait offert le bouquet monumental à la capitale française à la suite des attentats de 2015. Mais plusieurs polémiques s'étaient ensuivies, en particulier sur le lieu d'installation (initialement sur le parvis du palais de Tokyo) et son coût.

Après d'âpres négociations entre l'artiste, la mairie de Paris et l'Etat, relancées par Christophe Girard à son arrivée à son poste actuel en octobre 2018, cet «épilogue heureux» contente l'adjoint à la Culture : «l'emplacement est très bien. C'est le meilleur lieu possible, qui va y susciter un regain de visiteurs».

Concernant l'aspect financier, l'œuvre en elle-même (d'une valeur de 3,5 millions d'euros) sera bien payée par des mécènes. «Paris finance seulement les coûts pour creuser le jardin, l'aménager et l’entretenir, ce qui est le cas pour toutes les œuvres de ce type», assure le membre de l'équipe municipale.

«Le coût pour creuser un terrain et faire des fondations est classique, cela n'a rien d’extraordinaire. Puis l'entretien est estimé à 50.000 euros par an. Mais de toute façon, cet espace vert allait être refait, donc c'est ce que la ville allait déjà payer», précise Christophe Girard.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles