Ile-de-France : à quelle date pourra-t-on acheter des tickets de métro sur son téléphone ?

Il sera possible d'acheter et de valider leurs titres directement depuis son téléphone. [© William BEAUCARDET/Ile-de-France-Mobilités]

Après un an de test, la dématérialisation des titres de transport en région parisienne est sur le point de devenir une réalité. Elle sera en effet accessible à tous à partir du 30 septembre.

Dès la fin du mois, les volontaires pourront ainsi acheter des tickets et des passe Navigo (jour, semaine ou mois) sur leur smartphone, puis les valider, sans contact, en les présentant devant un portique de contrôle. Des opérations possibles dans un premier temps via l'application Vianavigo, avant d'être ensuite étendues sur les applications des transporteurs RATP, Transdev et l'Assistant SNCF.

Android uniquement, pas d'Apple

Mais pour y prendre part, il faudra impérativement être doté d'un smartphone Android, muni de la technologie NFC. Cela concerne notamment l'ensemble des Samsung. De plus, il faut impérativement être chez les opérateurs Orange ou Sosh.

Concernant un éventuel élargissement du service, «des discussions sont en cours avec les autres fabricants et opérateurs», indique-t-on chez IDF Mobilités. Mais aucune date n'est encore prévue.

Ce dispositif novateur était testé depuis fin-septembre 2018, avec l’application «Navigo Lab». Les premiers bêta-testeurs viennent d'ailleurs tout juste d'être mis au courant de la fin de l'expérimentation et de la mise en fonction officielle du service.

Après quelques bugs lors des premières semaines, il s'est montré fiable et très pratique. D'ailleurs, selon IDF Mobilités, 80 % des 3500 testeurs volontaires se sont dit satisfaits ou très satisfaits. A noter que SNCF Transilien précise que les titres achetés sur cette appli de test «seront toujours utilisables au-delà de cette date, ces derniers étant stockés dans votre carte Sim ou dans votre téléphone».

Cette action, menée par SNCF Transilien, IDF mobilités et la RATP, s'étendra à terme au réseau de bus Optile, et vise trois millions d’utilisateurs.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles