Mise en examen de Richard Ferrand : les réactions politiques

Richard Ferrand a reçu le soutien du chef de l'Etat et de la majorité. [KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Mis en examen pour «prise illégale d’intérêts » dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne, Richard Ferrand a exclu de démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale. Une décision qui suscite les réactions dans la classe politique.

Le gouvernement, et plus largement LREM, soutient Richard Ferrand. A commencer par le chef de l’Etat qui lui accorde «toute sa confiance».

«C’est un homme loyal, droit, qui a un parcours exemplaire», a souligné de son côté Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement. Et d’ajouter : «il n’y a pas de logique politique» à ce qu’il démissionne car «un membre du gouvernement est nommé ; un parlementaire est élu ; quand on est président de l’Assemblée nationale, on est élu deux fois».

Un argument repris par d’autres collègues du gouvernement, notamment Jacqueline Gourault et Sébastien Lecornu.

Présomption d'innocence

Aurore Bergé, député des Yvelines et porte-parole de LREM, a estimé également que Richard Ferrand peut «continuer à être président de l’Assemblée nationale ». «A partir du moment où vous êtes mis en examen, vous n’avez pas de présomption de culpabilité mais bien une présomption d’innocence. Ce serait délétère qu’on considère qu’une mise en examen vaut culpabilité, que ce soit pour Richard Ferrand, ou pour n’importe quel Français », a-t-elle ajouté sur CNEWS.

Bernard Tapie, a également réagi sur CNEWS : «il ne faut surtout pas que monsieur Ferrand démissionne. Surtout pas». Lorsqu' aucun politique ne démissionnera parce qu'il est mis en examen, ceux qui les mettent en examen pour obtenir leur démission ne le feront plus», a-t-il insisté lors de l’émission L’Heure des Pros.

Appels à la démission de Richard Ferrand

La décision de Richard Ferrand de se maintenir à son poste suscite a contrario la controverse dans l’opposition.

Oliver Faure, Premier secrétaire du PS, a estimé qu’il devrait démissionner afin de maintenir «la sérénité du débat public», et Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne et président du mouvement Debout la France, a appelé à sa démission.

Lydia Guirous, porte-parole des Républicains, a de son côté estimé que la position du président de l’Assemblée est «très difficilement tenable sur le court terme».

À suivre aussi

Retraites : réforme reportée
Politique Retraites : la réforme reportée ?
Le débat autour du voile divise la majorité
Politique Le débat autour du voile divise la majorité
Politique Polémique sur le voile : Emmanuel Macron appelle à «ne pas stigmatiser» les concitoyens

Ailleurs sur le web

Derniers articles