Municipales à Paris : quelles sont les premières propositions concrètes de Cédric Villani ?

Le mathématicien accorde notamment une grande place à l'écologie. [© FRANCOIS GUILLOT / AFP]

Très attendu après sa déclaration de candidature – sans étiquette – aux municipales 2020 à Paris, Cédric Villani commence enfin à entrer dans le concret et dévoile quelques propositions de son programme.

Même s'il ne présentera son «projet chiffré» qu'«à la fin de l'année», le mathématicien aborde plusieurs thèmes dans une interview au JDD ce dimanche 8 septembre.

L'écologie

Souhaitant devenir «le premier maire véritablement écologiste de Paris », il a fait de l'environnement son sujet phare. Cédric Villani entend notamment proposer «des plans de végétalisation discutés avec des experts et des citoyens».

Il souhaite également «aller plus rapidement vers le zéro déchet», espérant que «des centaines de rues zéro déchet voient le jour» en «soutenant les collectif citoyens».

Enfin, celui qui est aussi député de l'Essonne veut «des menus 100 % bio dans les cantines des Ephad, dont une partie issue de circuits courts». Il désire aussi «développer beaucoup plus qu'aujourd'hui les alternatives végétariennes».

La circulation

A l'image de la politique menée par Anne Hidalgo, Cédric Villani estime lui aussi qu'il faut continuer à diminuer la place de la voiture, «à Paris comme ailleurs, mais en multipliant les alternatives».

Celui qui a rédigé en 2017 un rapport sur l'intelligence artificielle prédit même, sans préciser d'échéance que «les voitures individuelles ont vocation à disparaître». Selon lui, «demain, nous circulerons en minibus autonomes, partagés, à la demande et propres». 

Mais en attendant, pour fluidifier la circulation, il pense que «la modélisation mathématique sera précieuse. Ce sera l'une de mes priorités. Je m'impliquerai même personnellement».

En revanche, le candidat LREM dissident ne veut pas supprimer le périphérique, comme c'est proposé par certains, car il considère que l'anneau «participe à la fluidité de l'ensemble de la région».

Le logement

Défendant l'efficacité de l'encadrement des loyers [ré-appliqué depuis le 1er juillet 2019], Cédric Villani souhaite aller plus loin, car il «ne craint pas la radicalité sur ce sujet». Il veut ainsi «analyser le gel des loyers». Il s'inspire d'une expérimentation déjà lancée à Berlin, pour une durée de cinq ans.

L'urbanisme

Le médaillé Fields ne veut pas «continuer à densifier Paris». Il est ainsi hostile aux grattes-ciel et «réexaminera chaque projet» de construction de tour. Le scientifique se dit notamment favorable à ce que «le projet de Bercy-Charenton soit réétudié».

A noter que sur ce sujet polémique de création d'une zone d'aménagement concertée (ZAC) de 70 ha dans l'extrême sud-est du 12e arrondissement, qui comprend six buildings d'habitation, l'équipe d'Anne Hidalgo a d'ores et déjà prévu de retravailler sa copie.

Le Grand Paris

Défendant l'idée de «raisonner en grand», Cédric Villani «aime à imaginer un élargissement de Paris aux communes voisines». Il cite par exemple «Belleville qui était un village extérieur avant de devenir un quartier parisien» » [en 1860].

Une volonté qui irait de pair avec «le débat» qui mériterait d'être posé, selon lui, à propos de «l'atténuation de la frontière» que représente le périphérique.

Mais face à un sujet qui s'annonce controversé, le député prédit déjà «qu'il faudra faire de la pédagogie».

La façon de gouverner

A travers cette interview, Cédric Villani livre aussi la façon dont il imaginerait diriger Paris. Il assure que sa méthode sera toujours la même : «les politiques porteront la vision, les experts fixent le champ des possibles et les citoyens donnent leur opinion».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles